MOINS

26.2.15

J'ai fait une autre vidéo la semaine dernière, ouais la meuf enchaîne, j'espère qu'elle vous plaira.

Bisous smack.


MINIMALISME 4 , LA BOUCLE

20.2.15

thesartorialist, superstar

Encore photo du Sartorialist, ma fucking préférence de toutes façons


Maintenant qu'on a déblayé les problématiques liées à la compréhension du phénomène (ici, ici, ici et ou làil est temps d'aller plus loin.

L'une d'entre vous m'avez laissé un commentaire sous l'un des posts en question en me disant que finalement je "tournais en rond" et que mes problématiques étaient plus ou moins toujours les mêmes... Et c'est plutôt vrai, je ne vais pas me cacher derrière un orgueil menteur. C'est vrai parce que finalement, c'est vrai pour beaucoup de gens.
Je n'ai jamais trouvé que les gens changeaient profondément en 10 minutes. Finalement si vous analysez les chose, êtes vous si différents de qui vous étiez il y a 10 ans ou 20 ans (phrase de vieux hein?). Je ne parle pas de votre contexte (enfant, taf, mariage... Un individu n'est pas qu'un contexte on est bien d'accord!) non mais dans le fond je veux dire, ce qui fait que vous c'est vous?

Mais, et c'est je pense important avant d'aller plus loin (parce que le caractère "jugeant" intégré du regard sociétal peut être contre-productif pour avancer sereinement et profondément. La lenteur est aussi un gage de réussite et de douceur), il faut faire attention au rythme d'évolution que le groupe (la société) estime être le bon. Si on se sent décalé de ce rythme dit être le bon (la norme), la dureté de notre jugement sera terrible. On ne peut pas se dresser.Les choses peuvent prendre plus ou moins de temps chez les gens, c'est de la faute à personne et sûrement pas uniquement à une forme de laisser aller ou à une paresse intellectuelle, c'est comme ça c'est tout. Base de base, ne pas se juger, ne pas juger son rythme, ce que vous vivez, votre cadence à vous n'est pas un problème pour les autres donc on se détend.
Donc suis-je en boucle? Sûrement oui. Est-ce que c'est mal? Non je ne le crois pas... On arrête pas les choses à coup de volonté bête et primaire, c'est plus complexe. Mais je ne baisse pas les bras, des changements ont tout de même eu lieu. Pas assez au goût de certains? Peut-être oui... Et?

Et puis qu'est-ce que le bon rythme? Pourquoi parfois on a le sentiment de piétiner? Pourquoi ces retours en arrière?
Je n'en sais tout simplement rien.

Donc, maintenant que vous avez (j'ai) fait un point sur vos raisons qui vous ont fait basculer du côté de l'achat compulsif, il faut trouver des solutions pour arranger cela...

Il y a deux sens au titre du post, la boucle.

1) Celui qu'on vient de décliner, être en boucle, avoir le sentiment de faire 6 pas en arrière en permanence.

2) Revenir au point de départ.

Ce deuxième point m'a toujours profondément surprise.
Ma compulsion vestimentaire (entre 22 et 27 ans) m'a fait partir de jeans t-shirt et baskets pour aller dans les sphères de la "fashion" (On va dire que la fashion c'est d'abord péjoratif et ça serait cette mode qui se renouvelle en permanence à laquelle on se plie sans réfléchir un poil de seconde à se propres goûts et préférences) pour enfin revenir au même endroit.

Mon point de départ a été:

- Jeans
- Baskets, Stan Smith et autre simplicité
- Sweat gris
- T-shirt blanc, noir, gris débraillé
- Sweat à capuche
- Blouson jeans / cuir

J'ai traversé des top chauve-souris, du rose, du violet qui pique, des jupes n'importe comment, des bottes en poil d'un goût douteux, des vestes fleuries, des tricots géométrico-colorés, des tas de fringues que j'aimais pas... Enfin je ne le savais pas vraiment parce que sur le moment j'étais sûre de les vouloir...

Et puis est venu l'apaisement... Et avec l'apaisement est venu le temps de

- Jeans
- Baskets, Stan Smith et autre simplicité
- Sweat gris
- T-shirt blanc, noir, gris débraillé
- Sweat à capuche
- Blouson jeans / cuir
Et UGG

Voilà voilà... tout ça pour ça. Le voyage initiatique qui te ramène à chaque fois chez toi.


Pour les trucs de beauté, tout pareil...
Je suis quasi revenue à un point de départ...

Une putain de boucle, voilà ce que ma compulsion m'aura appris. Je n'y aurais rien trouvé d'autre que moi et mes goûts, farouchement ancrés. Cette boucle m'a montré une chose essentielle, je ne peux pas m'échapper de moi, c'est comme ça.
Et dans le fond, j'ai trouvé ça assez beau et plutôt joyeux.


Bisous smack sur tes joues rougies par le froid.
Bon week-end

BEAUTÉ 2014

19.2.15

Ces trucs de belle beauté préférés de 2014 sont, tadadadadada (bruit de tambour)


✔︎ Papiers matifiants Sephora, 5, 95 Euros

✔︎Parfum Musc ravageur, Editions de parfums Frédéric Malle, Cher. À partir de 34 Euros les 10 ml... Ouais ça pique mais c'est beau.

✔︎ Dallas, Benefit , 33,50 Euros

 ✔︎Blush Bourjois 12,60 Euros

 ✔︎Bois Farine, Artisan parfumeur , 100 Euros les 100 ml


✔︎Huile argan, 10 euros

✔︎Huile démaquillante DHC, 26 euros

MON VENTRE ET MOI 2

18.2.15

760807883705417994-1404917402

Photo du Sartorialist 


(Finalement la vidéo ça sera pour demain)

Je vous ai parlé il y a quelques temps de la relation douloureuse et complexante que j'entretenais avec mon ventre .

Je vous fais quand même un petit récapitulatif au cas où: j'ai mal au ventre depuis que je suis née, ultra angoissée mais pas que, mon ventre est une souffrance quasi permanente pour moi. Ma vie est ultra cool en plus en plus d'être glamour. J'en avais pris mon parti...

Mais les troubles se sont accentués et leur fréquence a augmenté. J'ai vu un naturopathe qui m'a conseillé de tester 3 semaines sans gluten (ouais se priver de ce truc est très très à la mode) et de lait de vache (direct et produits assimilés).

Ce que j'ai fait.
Mais arrêter les pâtes et le pain éliminait de fait 80 % de mon alimentation. J'ai toujours adoré le pain blanc, mon aliment préféré. J'avais des appréhensions mais comme pour la clope, ce truc m'a appris un truc essentiel sur mon fonctionnement. Enfin appris pas vraiment, confirmé plutôt.

Ca fait plus d'un mois, quasi un mois et demi et que j'ai modifié une bonne partie de mon alimentation.

J'ai d'abord commencé par éliminer TOUS (ouais je m'énerve) les produits qui contenaient du gluten. Ne tenant pas à m'alimenter de la même manière,  je n'ai pas cherché à acheter des trucs qui ressemblent mais qui ne sont pas. Genre du pain sans gluten, ça je m'en foutais, plutôt que d'avoir moins bien que l'original, ça me paraissait plus pertinent d'aller vers des trucs différents.
Pareil pour les pâtes (je me suis ravisée depuis essayant les pâtes Barilla sans gluten que je trouve bonnes, autant que les autres c'est dire).

Alors avant de vous dire ce que je fais au quotidien et ce que cette "expérience" (qui n'en est plus une puisque je vais garder tout ça comme fonctionnement habituel) m'aura appris, ça a été quasi miraculeux.

JE N'AI PLUS MAL AU VENTRE DEPUIS 1 GROS MOIS. 

Je n'en reviens pas. Que ça soit si simple m'énerve même un peu, pourquoi je n'ai pas fait ça.
je n'ai ressenti aucune douleur, même légère, rien du tout, je m'étire et pas de douleurs dans mon ventre (ouais même en m'étirant j'avais mal, même quand j"appuyais n'importe où dessus je ressentais une douleur... Là, mon ventre est apathique *___*, ça fait même bizarre...)

Après les moments extrêmes du début, j'ai une alimentation que je qualifierais maintenant de "souple"...
Je ne mange plus de pain blanc (mais beaucoup de galettes de riz qui m'apportent le truc croustillant que j'aime avec le pain bien cuit), plus de gâteaux industriels mais j'en fais de mes mains (ouais je sais, ça fait rêver comme je sais tout faire) avec de la farine de blé (qui contient donc du gluten).
Je mange du riz, plus de fromages (enfin au lait de vache je veux dire), plus de légumes mais rien de foufou non plus...
Je mange normal mais sans pain...

Je ne suis pas allergique au gluten (un soir j'ai mangé une pizza et tout le monde s'en est foutu dans mon ventre) mais j'en avais une consommation énorme, donc réduire a eu des effets exceptionnels sur moi.

Je ne suis pas médecin, je vous rapporte simplement ce qui se passe pour moi, peut-être que c'est plus complexe, peut-être que c'est autre chose mais sincèrement je ne le pense pas.

Le pain ne me manque pas, les viennoiseries non plus, tous ces trucs que je pensais adorer je m'en passe finalement très bien.

Attention quart d'heures narcissisme plutôt inutile, mais rebondissons plus largement sur ça.

C'est sûrement un trait de ma personnalité, j'angoisse plus que j'ai du mal à vivre les choses.
En fait ne plus manger de pain ça m'en touche sans remuer l'autre ("Classe Marie, ultra classe"). Comme la clope il y a quelques années, j'en m'en contre-carre le coquillard.
C'est comme ça c'est tout, j'arrête c'est tout, je ne me prive pas. Même les trucs qui me semblaient indispensables... En fait c'est superflu. J'ai de la chance je crois.

Donc je ne sais pas si ça vaut pour tout le monde, mais enlever le pain de mon alimentation a eu un effet exceptionnel sur moi. Mon ventre a aussi désenflé mais je ne crois pas avoir minci (j'ai pas de balance, je peux pas savoir vraiment). Mais surtout, je n'ai plus mal (ouais ça fait 20 fois que je le dis, mais c'est juste dingue).

Allez bisous smack. Hésitez pas à me poser des questions, si je peux vous aider.



CHERS MES COPAINS QUE JE SUIS IMPARDONNABLE, ALORS MACÉDOINE

17.2.15

IMG_5908

Je suis partie comme une voleuse, je suis désolée. Ca a été un poilou la galère ces derniers temps mais là, c'est mieux.

Donc un peu de tout dans ce post sans queue ni tête ni poumon (mauvais, on est d'accord) pour raconter ce qui s'est passé ces derniers temps chez moi.

✔︎ Il a fait un temps de dingue ces derniers jours en Bretagne (ouais on commence par le temps qui fait, exactement comme chez ta grand-mère).
Ca fait 4 ans que je vis ici, et c'est chaque année mieux que la précédente, c'est vraiment beau la Bretagne.

✔︎ Le dernier épisode de Girls  (épisode 5 de la saison 4) m'a un peu brisé mon petit coeur... Je n'arrive toujours pas vraiment à comprendre les relations qui lient Hannah à ses amies et même si elle m'énerve souvent, j'avais ma petite lèvre de midinette qui tremblotait (mais digne quand même déconne pas, je suis une femme) à la fin de l'épisode en écoutant ce superbe morceau de Lucy Rose, Shiver .

C'est très étrange ce que je ressens en regardant cette série, je la trouve la plupart du temps tristounette, vaguement glauque, ennuyeuse et puis bim, à un moment, c'est la grâce totale.
C'est la seule que je suis, que j'attends et sincèrement je n'arrive pas à savoir pourquoi, elle est aussi gênante que traversée par de vraies belles envolées (la meuf s'emballe...).

EDIT: Ca spoile en commentaires donc faites gaffe!



(La beauté de cette chanson...)


✔︎ Très très emballée par une des dernières vidéos de Solange te parle.


   

✔︎ J'ai passé une très grande partie de mon année 2014 cosmétique à être insatisfaite. (Oui j'ai des années cosmétiques).
Rien n'allait, j'ai acheté quantité de produits teint en pensant trouver enfin le Graal bonne mine. Et ça n'allait jamais.
Je te jure, j'ai fouillé au fond de tous les pots que j'ai pu trouver sur mon passage et rien. Nada.
Et puis sûrement à force de voir des trucs qui parlaient de réduire, j'ai petit à petit fait pareil.
Je ne mets plus de fond de teint, j'ai réduit mes produits cosmétiques, même abandonné l'huile DHC, pour le moment c'est récent mais si ça continue sur cette voie je vous parlerais de ce que je fais. Y a 2  produits cosmétiques, un blush et un truc qui corrige les cernes. Et du truc teinté pour les lèvres.
Je ne crois pas avoir ma peu si jolie depuis longtemps.
Elle graisse plus, le soir j'ai pas la tête de ma grand-mère en sortie de gastro et puis je vois même ma peau... Ca fait bizarre et ça fait moins peur que prévu. Evidement, comme j'ai tout allégé, ma peau s'améliore de jours en jours, mais on va quand même attendre, sait-on jamais.

4f1cbbeb4dc26a5cb341dcd5ce694db1

✔︎ Je suis à 2 doigts d'aller voir 50 nuances de Grey au cinéma (livre que je n'ai pas lu après avoir entendu ma mère dire, au premier degré "mais qu'est-ce que c'est que ce truc de midinettes, n'importe quoi, c'est mièvre.. Sade, voilà, ça, ça a de la gueule... -__-' ma mère aka la perverse).
Je suis quasi sûre que c'est tout pourri mais j'ai une passion pour les navets que je ne m'explique pas...

✔︎  J'ai beaucoup tricoté ces derniers temps, j'avais plus de temps, et je crois que j'ai envie de revendre des pulls, pour le moment, je suis pas ultra sûre, mais j'y repense. Des tricots de corps. Bref, on verra.

✔︎ J'ai vu le film Foxcatcher de Benett Miller et ça m'a beaucoup impressionnée, je crois qu'il n'est plus à l'affiche mais si vous avez et l'occasion et l'envie, c'est un film dingue.

✔︎ J'apprends à jouer au baby-foot, et c'est drôle comme ça me demande moins d'effort d'y aller que de me motiver pour un footing. Y a quand même deux catégories d'activités, celles que tu kiffes, qui ne te nécessitent aucun effort (au hasard, le baby depuis 3 semaines et le basket depuis toute la vie) et les autres (au hasard, la course) .C'est vraiment bien les activités plaisir où tu passes 3 heures à faire des trucs, à progresser, à chialer (ouais j'aime pas trop perdre, je me soigne, mais c'est des jours bien timide cette histoire) et que le temps passe comme ça, comme un souffle. Souffle et baby dans le même paragraphe, en roue libre je suis.

✔︎ Les Huarache Flight de mon enfance (blanche, violet et bleu) sont sur le site de Footlocker...


83438481e4e2bdc69a7cf239401367fb
J'ai un revival Nike de dingue là... Trop de Adidas sûrement, mais je regardais les Air Force en tout blanc (qui sont sorties depuis longtemps) et que je trouve toujours aussi jolies...


d6d6a09d5fe9235454b500f7b7c757ce


Et les Air force one wheat que je n'avais pas vue quand elles étaient sorties...


55e138f5b13c1b0798843ca519056d13

Sans parler des Air force x Ricardo Tisci qui sont mortelles de beauté(ouais je suis dans le délire grosses semelles visiblement)


18d171ee0833f23de4dfb64a981de92b

(La beauté de ces pompes là, c'est fou... Les couleurs vraiment c'est *__*)

Allez, salut les copains, et encore désolée de négliger le blog ces derniers temps, je reviens demain avec une vidéo qui est maintenant un peu obsolète, mais quand même, ça ne coûte rien de la mettre.

Je vous bisous smacks dans ton cou...

MINIMALISME 3, DU "BESOIN BÉQUILLE" À LA DÉPENDANCE, PARTIE 2

4.2.15

tumblr_mvla5yvlYc1s78fkio1_500



Reprenons notre réflexion entamée la semaine dernière.

Donc on a constaté que l'achat (dans le cas qui nous intéresse je le reprécise, pas du tout pour l'humanité entière) pouvait être considéré comme une "béquille".
Je vais remettre ici la conclusion du dernier post pour que l'on puisse rebondir dessus.

 « On est loin de lutter pour satisfaire le besoin réel ou pour comprendre les blessures qui le sous-tendent. On est en train de passer à l'acte sans réfléchir pour se débarrasser d'une tension intérieure. Même en mobilisant toutes ses forces contre la substance en question, pour arrêter de fumer par exemple, on risque d'aboutir à un échec si on n'accepte pas de prendre conscience des mobiles de fond »
Ok, les mobiles de fond?

Je vais prendre mon cas à moi pas parce qu'il est plus pertinent qu'un autre mais parce que je le vis de l'intérieur et surtout parce qu'il est tout ce qu'il y a de plus banale.

J'ai dégagé 3 points inhérents à ma compulsion. 3 mobiles donc.

1) Les complexes, le souci d'apparence

2) Les problématiques liées à la classe sociale dont je suis issue

3) L'ennui

Ces 3 points sont mes 3 mobiles à moi.
Les comprendre ne me fera pas changer de comportement, mais me rendra plus lucide, ce qui est un putain bon début.
Je pense que, pour celles et ceux que ça intéresse, dégager vos propres mobiles peut être une bonne entrée en matière. Je ne sais pas si j'ai raison ou tort mais je ne peux pas m'empêcher de penser que la bienveillance et la réflexion sont les deux clés importantes pour résoudre tout ça.

1) Les complexes

Quand et pourquoi est apparue ma compulsion?

Ma compulsion s'est développée franchement (même si j'avais un goût pour les vêtements depuis quasiment toujours) au moment où j'ai arrêté de fumer la première fois. J'avais 22 ans.
Et quand j'ai arrêté de fumer, j'ai grossi. Mon corps changeant prenait des formes dont je ne savais pas du tout quoi faire.
Mes vêtements ne tombaient plus bien sur moi et mes petits complexes disparates, légers et sans conséquences ont disparu pour donner naissance à un complexe global et généralisé. Je n'aimais plus mon apparence. Je m'en voulais un peu quand même d'être aussi superficielle et d'avoir abandonné la tendresse à mon égard pour quelques kilos de plus.
Mais si je dois être honnête, j'ai acheté des vêtements plus que de raison quand mon apparence est devenue importante et dans le même temps insatisfaisante.
Mes nouveaux vêtements ne changeaient rien au regard profond que je portais sur moi, je ne me sentais pas moins complexée mais je continuais imaginant que l'achat suivant serait celui qui règlerait mon problème d'estime.

Bien sûr que ça ne marche (ai-je vraiment besoin de niquer le suspense?) mais je ne savais pas quoi faire d'autre.
Mes complexes m'ont rendu égocentrique... Et m'ont fait acheté beaucoup, beaucoup de choses que j'imaginais pouvant régler "cette tension".
Mon penchant pour le make-up trouve ses origines dans ce même point... Tant qu'on se trouve trop moche, trop grosse et trop vieille le business est satisfait, c'est bien ça?

(Bonne ambiance ce post hein? )


2) La classe sociale

Je suis issue d'une classe populaire.
Je n'ai manqué de rien, suis partie en vacances et donc peut-être considérée comme une vraie chanceuse.
Mais j'ai été élevée par une mère célibataire donc on était clairement pas Rotschild mais on était bien quand même.
Au collège je suis allée dans un établissement privé (ce post donne l'impression que je raconte grave ma vie mais je vous jure ça a de la pertinence par rapport au sujet qu'on développe) et une très grande majorité des gamins dans ce collège avaient des parents aux revenus nettement supérieurs à ceux de ma mère.
Et de ça je retiens deux éléments qui sont importants aussi dans la mise en place de ma compulsion.
D'abord l'importance des marques et de l'apparence qui apparaissent au collège comme marqueur social et révélateur de "cool" (Chevignon, Benetton, Oxbow à l'époque...) et de l'autre l'étrange sensation que j'étais de toutes façons plus pauvres que mes camarades. D'ailleurs ça s'est vérifié longtemps ce truc, mes copains ont quasiment tous eu des parents  "plus riches" que les miens.
Ca n'est pas grave, mais à 11 ans ça définissait un truc... Alors quand j'ai pu j'ai acheté des vêtement chers comme pour que ça ne se voit pas que j'étais plus pauvre qu'eux.

(J'ai conscience du ridicule de la situation, mais je vous dis ça à froid, pour comprendre)


3) L'ennui

"L'oisiveté est mère de tous les vices"

J'ai écrit ce post il y a 4 ans, je persiste et je signe.

Si j'ai passé tant de temps à acheter c'est parce que je m'ennuyais, que j'avais peur de m'engager franchement dans la vie, étais tétanisée par mes ambitions et le manque de moyens que je mettais à les réaliser... Prostrée, j'ai baissé les bras et j'ai commencé à me faire chier...
Je vous mets l'extrait du dit post, je le trouve révélateur.


J'achète et achetais pour une autre raison que "je vais mourir, la vie est une chienne" et "je suis moche, il n y a rien à faire". J'achète parce que je me fais chier.
Y a quand même un truc de cet ordre là dans l'achat important, régulier, l'ennui.
Quand tu t'ennuies, tu surfouilles, tu vas chez H&M, t'envisages des trucs à porter, tu te dis que t'as fait le tour de ton armoire et qu'il te faut de la nouveauté.
Dans le fond, c'est pas de la nouveauté de penderie dont tu as besoin, mais un truc qui bouge qui remue, mais dans ta vie, pas ailleurs... pas la peine de déplacer ses problèmes sur un objet qui ne remplit jamais!
Le shopping excessif, la compulsion est un divertissement.

Divertir, étymologiquement, ça veut dire "détourner". Faire tourner le regard.
Tout est dit, plutôt que de s'occuper de son dessein, de son destin et bien, on achète des nazeries (mot préféré de maman) chères et en plus, sans fond.
Acheter, se dire que c'est fini, que c'était le dernier, mais quand même, trouver une bonne raison pour recommencer... La bonne raison ben elle est claire, on occupe le temps, l'espace, le vide, parce que, putain, qu'est ce qu'on se fait chier des fois...

Bon en ce moment je suis la reine de post-RTT je suis désolée mais ça me paraissait  compliqué de faire autrement. 

Je reviens vite pour parler d'autre chose que des achats, une petite bouffée d'air. 


Bisous smack les copains.
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger