Pages

30.12.08



LA MAGIE...


Avis aux impatients, je risque d'être bien bavarde ce soir...

Demain c'est le dernier jour de 2008. Alors évidemment, même si on est pas nostalgique dans l'âme, on ne peut pas s'empêcher de faire un bilan. Même un petit. Un bilanou quoi!

Pour ma part, c'est pas comme si cette année j'avais gravi l'Everest ou accouché d'un enfant que j'aime. Même me fiancer, je ne l'ai pas fait en 2008. Ça a été une sorte d'année entre deux. Pas tout à fait entamée et pas tout à fait finie non plus.
Ça n'en reste pas moins une jolie année. Avec des douceurs.

Ce soir j'ai regardé le téléfilm retraçant la vie de Mademoiselle en picorant des tomates cerises.
Je ne connais pratiquement pas la vie de Gabrielle Chanel. Je ne vais pas dire que maintenant je suis incollable, n'exagérons rien, France 2 n'est pas le meilleur vecteur mnémonique de la mode. Enfin je suppose, bon bref, je vais pas commencer à traiter, c'est pas le propos.
J'ai été vachement émue (ouais il m'arrive aussi de faire de la sensiblerie disproportionnée) par cette histoire. Par l'amour, l'extravagance, la remise en question permanente, la vision esthétique de la culture populaire, la prise de risque, le féminisme avant même qu'il ait un vrai sens commun et les robes.

Je suis touchée depuis très petite par Chanel. C'est a priori pas mon monde et en même temps j'ai le sentiment qu'il s'agit d'un rapport au beau plutôt universel. Et comme mon intime est un petit bout d'universel, alors...
Le tweed, les sacs matelassés, le cou de ma maman qui m'embrasse le soir en faisant traîner à chacune de ses tendresses un peu de l'odeur du numéro 5 et l'inaccessible mode.
Quelle surprise d'entendre Coco vouloir que chaque femme ait la possibilité de porter du joli. Et comme il est de bon ton de dire aujourd'hui que l'élégance ne s'achète pas, cette perception en est diablement moderne.
Je ne doute pas de la véracité de tout ça (attends c'est quand même France 2 qui l'a dit!!), mais force est de constater que l'élégance Chanel n'est pas accessible à toutes les bourses.
Prenons moi par exemple, bon ben comme ça, après cet hymne populaire télévisé, je me suis dirigée droit vers mon armoire normande à la recherche de toutes mes pièces Chanel, et bien je n'ai rien trouvé. Pas l'ombre d'un sac, d'une jupe ou d'escarpins.
Ah si ombres à paupières j'ai, parfum aussi, mais je ne sais pas pourquoi, je trouve que ça compte pas vraiment... En tous cas pas autant qu'un 2.55. Ouais je rabâche à mort avec ce sac à main, ne me jugez pas. Et qu'en rouge. Je ne le veux qu'en rouge, ça vire à l'obsession.


Bon c'est pas pour maintenant, ce rêve me parait même tellement inaccessible que je n'ai pas la moindre idée de son prix...
Elle aurait pu nous énerver, mon aigreur, ma pauvreté et moi avec cette histoire de "mode pour tout le monde", mais finalement pas du tout.
À force de consommation cheap, j'ai perdu de vue les raisons de mon amour du vêtement et là, tout m'est revenu d'un coup.
Le rêve. Le vrai beau. Pas l'harmonie éphémère d'une silhouette. Ne plus se laisser influencer par le "vu", savoir tout au fond de son œil ce que l'on veut vraiment sur soi, ce qui nous correspond le mieux.
Je veux attendre avant d'avoir ce joli sac, je vais être capable de le désirer très fort pour savourer l'instant où il sera mien. Parce qu'il sera mien.

Cette année 2009, c'est la première année du reste de ma vie. Plus de relations et de pantalons cheap, plus de caoutchouc mal coupé, plus d'emballements démesurés sans saveur, sans réflexions et sans battements coronaires.
Sa mère, 2009 faut que ça vive, plus de vivotage. Du franc, du beau, de l'affirmé, du désir, oh oui du désir, de l'amour, des sirotages de sirop de fraise pour les balèzes au soleil, être capable d'enfin porter des pyjamas à la ville, comme Coco, parce que c'est tellement joli...



Profitez bien des dernières lueurs de 2008 mes beautés fatales et intégrales, 2009 sera
mille fois mieux... Promis. Comme tout n'est que point de vue, c'est à nous de faire ce que l'on veut...

Signé Marie en plein revival témoin de Jehova mais ça ne l'empêchera pas de mettre des plumes dans ses cheveux demain soir...

PS: J'avais prévenu de la longueur... Comment ça plus personne ne lit???

CONTINUER LA LECTURE

29.12.08


UNE LICHETTE....

Oui je sais j'ai fait mon allumeuse...
J'ai fait genre je pose mes valises, je déballe mes pulls et j'arrive. Sauf que, comme je n'ai aucune personnalité, je suis tombée malade, comme tout le monde et, me suis gavée de Cold Case et de gâteaux Savane.

Autant dire que je n'ai pris aucune photo de ma gonelle (i.e "figure" en langue ardennaise glamour et susurrante) parce que soit, je ne suis pas top model, mais c'est pas une raison pour me montrer pochée, gonflée, enrhumée... Entre autres évidemment.

Je tricote comme une psychopathe, en reluquant Lily et ses affaires classées de temps à autres... Pour ceux qui se demandaient si ma vie était mystérieuse et intense, je pense avoir donné une vraie réponse.

J'ai fait 2 cols comme les fameux en tricot. Le premier, laine de mauvaise qualité, conclusion, beaucoup trop lâche, tant pis ça peut se transformer au choix en jupe ou en robe très courte... Moi, le "court" ça ne me fait vraiment pas peur, comme je suis toujours à moitié cul nu...



Le deuxième, blanc cassé, vraiment joli plus serré, mais il manque une petite pelote pour qu'il soit parfait...

Alors comme j'en voulais un plus en alpaga qu'en acrylique qui certes ne pique pas mais est moche, je suis allée chercher des pelotes plus "luxe". Et bien c'est plutôt pas mal parti...

Le rhume rend vieille, j'ai des préoccupations de vieille, je bois du thé toute la journée avec mes lunettes d'hypermétrope sur le bout du nez...
J'aime bien je crois...

Ouais je porte toujours un petit blouson en jean's quand je suis malade, ça me réchauffe l'épaule... Ah ben tiens, il y a peut-être un lien entre le fait que je sois malde et le fait que je sois toujours moitié cou et cul nus... Je vais y réfléchir.


CONTINUER LA LECTURE

27.12.08


TAC TAC...

Ayé...
Noël c'était un peu tout pourri... Mais rigolo quand même, tout n'est que point de vue.
Je vais acheter des magazines un peu étrangers, beaucoup anglais pour remonter mon moral post-christmas. Je feins la dépression pour acheter, pas bête hein?
Je vais chercher des gants en dentelle ou en cuir ou en soie ou les 3... Ah ben non, c'est pas possible, le monde de la fashion cloisonne définitivement trop les choses.
Réfléchir à comment porter les vêtements que j'ai bébar à ma mère... Du trop gigantesque, mais c'est pas de ma faute je préfère quand ça baille...
Et pis je reviens...
Hé, c'est comme si mon blog recommençait à me manquer quand je m'en éloignais... Cool la fraîcheur revient...

La bise enneigée mais pas trop, la météo c'est vraiment plus ce que c'était.




TIC TIC... ( L'autre écureuil faisait la gueule il a bien fallu que je le cite à son tour...)

PS: J'ai pas eu de perfecto en daim dégoulinant made by Haider Ackermann, si y en a qui se demandait... Ah ben non, je crois tellement que ceux que j'aime et qui m'aiment vont deviner que je ne laisse aucune trace de mes vraies envies...
Et après je me plains des casseroles...


CONTINUER LA LECTURE

22.12.08


LE CARIBOU...

L'année 2007 a été celle de la chaussette. 2008 de la saucisse... C'est normal si c'était pourri, la faute à la conjoncture céleste...

J'ai cherché une rime pourrie pour 2009 et rien ne m'est venu... Sauf l'année du sang neuf.
Alors qu'est ce que ça veut dire??
Ben c'est cette année que ça va s'arrêter d'être un peu chiant, un peu tiède, un peu hésitant.

Et hop là...
Ouais c'est le post de l'onomatopée...




Je me la tchav' pour quelques jours, avec de la dinde, et des cadeaux... Enfin des cadeaux quand t'as arrêté de croire au Père Noël, c'est marrant comme ça vire chiant et que ta famille arrête de faire des efforts pour te surprendre... C'est l'ère des présents en forme de casseroles et autres trucs bien pourris que t'utilisent jamais, surtout par rébellion contre des pratiques que tu ne valideras pas... Faut pas déconner, déjà qu'il faut faire semblant que tu kiffes Téfal le matin du 25, tu vas pas en plus être content une fois que t'es toute seule avec le téflon...
Remarque je fais pas semblant de kiffer moi, je fais la gueule direct, comme ça je pose l'ambiance... j'suis pas le bureau de l'ONU... Et certes, je me conduis comme si j'avais 15 ans... Ça fait plaisir à quelle fille les cadeaux de ménagère maintenant qu'on est plus en 1952? Ah vous voyez que je ne fais pas ma chichiteuse...

Joyeux Noël les bombes atomiques... Et comme j'adore vivre ma vie par procuration, j'espère que que vous serez sur-gâtées...
J'ai pété le maquillage des yeux à paillettes, c'est de saison, ça fait un peu Ursulla Andres, sans le maillot de bain blanc, ça caille, et sans les seins en obus, ça, ça n'a rien à voir avec le temps... Ni l'âge d'ailleurs, pas comme les casseroles... Sa mère... Il part bien ce Noël...

CONTINUER LA LECTURE

20.12.08


TOUT SENS DE L'OBJECTIVITÉ...

Dans la vraie vie de la vraie vie, celle où je ne triche pas, j'ai un trait de caractère qui peut énerver les gens qui me côtoient, je me lasse vite. Des concepts, des situations et de la mode... Versatile quoi... mais pas inconsistance, attention.
C'est dans la mode que c'est le plus frappant. Pis alors autant dire que les blogs ont pas arrangé mes bidons...
Pourquoi je porte que du loose, du gris, du denim, de blanc usé, des tennis ou des chaussures plates et râpées, du noir, du coton et mes petits blousons depuis 2 ans???
Comment ça parce que je suis pauvre!! Certes, mais t'as qu'à pas rererevenir sur ce blog si tu veux pas que je te pète les dents, on a qu'à dire que c'est pas le propos là...
Et je ne vais entendre l'embryon d'une quelconque réflexion sur le mariage... Même la bûche tu m'en parles pas, si on regarde de loin, ça fait un peu pièce montée, alors...

Non je porte tout ça parce que maintenant, le moindre petit risque, qui sous-entend une pièce un peu forte, je sais que je vais m'en lasser... Ajoutons à cela mon côté snobinard. Celui qui fait que, certes, je ne veux pas me démarquer à mort (j'ai plus 15 ans), mais que je n'aime pas , mais genre pas du tout porter la même chose que tout le monde. Je veux bien moutonner mais que ça soit choisi. Et surtout moutonner au milieu d'autres, plus fréquentes, non-moutonnades. Laisser moi croire que je ne suis pas pareille. Même si ce n'est que croire, ça me va... Illusion égotique entièrement et parfaitement assumée.

Sauf pour un truc, une marque qui me fait perdre toute objectivité. J'en parle souvent sur ce blog, mais j'y peux rien moi si j'y reviens toujours.

Tout le monde porte du American Apparel. Tout le monde parle d'AA. Tout le monde peut se payer du AA, c'est pas hors de prix. Tout le monde porte les sweats loose juste parfaits, les gym bags drôlement bien et les leggings qui brillent de milles feux dans les boîtes de night où je ne vais pas tellement elles sont glauques à force de David Guetta et autres Bob Sinclar.
Je ne vis pas à Paris, donc AA n'est pas super présent dans les rues de ma ville... Mais bon je sais bien que je ne vais pas faire preuve d'une grande originalité.
En vrai, et c'est une des premières fois, ce qui a le mérite d'être souligné, sinon je vous gonflerai pas à faire un post tous les 3 mois sur AA, je ne m'en lasse pas.

Donc pour la vérité vraie si je mens je vais en enfer, je m'en contre-carre que ça soit de la fashion, parce que j'aime vraiment AA. Il ne s'agit que de mon goût. J'ai au moins un marcel sur le dos tous les jours.
Et si finalement il n'était pas question de ne pas faire genre, mais qu'au bout du compte la fashion, elle était comme tout le reste, juste un goût, une harmonie...
J'ai vraiment plus 15 ans, je crois que j'ai fini de faire genre "je kiffe grave sa mère la mode, mais surtout qu'il n'y paraisse pas... Ben ouais c'est encore plus ça la fashion..."
Parce que moi, je détesterai qu'on me taxe de modasse. en tous cas le commun de mortels qui s'en moque pas mal de Balmain et de Marant... Pire qui ne savent même pas qui ils sont...

Bon allez je vais manger des coquillettes avec du jambon, comme il fait moche dehors...

CONTINUER LA LECTURE

19.12.08


MOURIR À LA LUMIÈRE DE SOI...


J'ai découvert il y a peu le blog de James Bort. Je pense très longtemps après tout le monde.
Si je comprends bien la vie, l'amour, les colombes et les bagues de fiançailles, c'est l'amoureux de Nadia.

J'aime beaucoup ce blog. Et pas que pour les photos. Le propos accompagnant chaque instant figé est toujours rempli de poésie. Et j'aime la poésie, aussi dans la mode.

Je tombe sur ce post et je jalouse. Je jalouse de ne pas avoir pensé à écrire ces phrases. Tout y est si juste que je suis vachement émue... Certains me qualifieront de midinette, voire de chialeuse nunuche , je préfère dire "candide", ouverte à la vie et à ses surprises sucrées et enivrantes. Ça n'est que point de vue évidemment.

"On s’habille, se maquille, se déguise, se pare des atours qui font la mode, on imite ou au contraire on cherche à se distinguer, tout cela pour se sentir libre de jouer le rôle de sa vie. Être soi même, choisir son costume, sa place sur scène, le dialogue que l’on déclamera. Être soi même, pour ne pas mourir du rôle qu’un autre nous a donné.".
James Bort.

Ça n'est en rien de la fainéantise, mais pour de vrai, je n'ai strictement rien à ajouter...

La photo est évidemment de James Bort... Et elle m'a bien aidé à ré-envisager le portage des AA bags... Ouais je cause anglais... Et ouais "causer" n'est plus un vrai verbe tellement son utilisation à passer le cap de l'obsolète...

CONTINUER LA LECTURE

18.12.08


D'UN BATTEMENT...

Y'aurait pas comme un air d'accessoires depuis quelques mois...

Des bijoux de cheveux... Plein. J'en abuse. C'est si joli.

Je surjoue de colliers. De boucles à mes oreilles... Et puis non tiens, parfois je préfère épurer, moi, la mama italienne qui ne sait faire ni pâtes ni gnocchis...

Je ressors l'ombrelle que mon amie Marie a eu la bonne idée de me ramener de son périple japonais... Et même si je n'ai rien d'une lolita ou d'une geisha, je biche à mort avec ce joli parapluie tout de dentelle...

Et le faux-cils. Je commence à devenir tarée de faux-cils. C'est Alix qui m'a redonné cette idée, moi nunuche comme je suis, même pas j'y aurai pensé... Ben non.

Et puis v'là pas que La méchante joue aussi à faire des papillons avec ses yeux. C'est si joli aussi...



Je cherchais tout sur les faux-cils. J'essayais de comprendre d'où ils venaient vraiment (à part de chez Michou, ça va sans dire...). Quels étaient les vrais "maîtres" en la matière... Je n'ai trouvé guère de choses...

À part Shu. Shu Uemura, le maquilleur japonnais. Celui qui, parti à Hollywood, a transformé Shirley MacLaine en "Ma Geisha" en 1955.


Les faux-cils de Shu Uemera sont vraiment superbes, mais je pense qu'il existe d'autres maîtres... Des plus vieux, des plus audacieux tiens pourquoi pas...

Show off jusqu'à la fin du monde, j'ai opté pour une paire que même la Mylène Farmer de chez Michou (encore...) ne renierait pas...
Ils sont de chez Make Up Forever, et ils sont vraiment too much... J'ai fait peur à l'un de mes amis. J'suis con moi aussi à jamais savoir quand c'est carnaval.
Je ne sais pas les poser, j'ai des difficultés à supporter leurs poids sur ma paupière. Mais je les aime...



Pour les porter dans la vraie vie avec des gens qui se trouvent pas forcément dans mon champ de vison de "front", genre plus de 30° (en mode rapporteur...), il m'en faudrait des moins show off too much of the life that's sure. Non parce qu'avec un jeans débraillé et un t-shirt passé, je suis sure que ça serait joli...

CONTINUER LA LECTURE

17.12.08


LES BEAUX RESTES...

Comme apparemment, nos heures sont comptées et vont même se transformer fissa en minutes avant qu'on ne s'en aperçoive, il est grand temps d'être efficace. Efficace de la palette mesdemoiselles.

29 ans une sorte de bilan.

Ça fait 2 semaines que j'avais une peau pourrie. Surprise, je me suis mise à doucement déprimer en me disant que "grand Dieu, les années faciles de la peau étaient donc derrière moi". Impuissante que je me suis sentie. Et Maître Yoda j'ai commencé à converser.

J'ai une peau super easy. Même à l'adolescence. Peu de bouton, élastique, en place, enfin une sur laquelle je peux compter, à défaut d'autre chose dans mon physique... Je n'en dirai pas plus, le mystère...



Sauf que là, de la ridule qui pousse, du terne par ci par là et des boutons... Ouais la miss "pas de boutons" qui se la crânait avec son hygiène et ses soins tellement irréprochables elle a bien remballé ses gaules.
Rien de dramatique, je ne me plains pas vraiment mais c'était une prise de conscience un peu naze je dois bien l'avouer...
Le temps passe et je trouve ça vraiment classe la plupart du temps, et puis des fois, je trouve quelques inconvénients au processus naturel et, j'en prends conscience, universel.

Après m'être dit que "c'est comme ça, bla, je ne peux finalement rien y faire, blabla, c'est la vie. Blablabla, life is life, blablablabla, nana nanana", j'ai analysé les choses de manière empirique.



- J'ai 23 milliards de cheveux que je ne lave pas tous les jours et qui sont plutôt un vrai nid à "pas clean". Je dors sur le ventre. Les cheveux dans la bouche.
Donnée 1

- Je me mets de l'huile sur le visage une nuit sur 2. Je la masse bien, mais la bourrache et l'argan ont tendance à graisser et à faire enfler lorsqu'ils côtoient Morphée.
Donnée 2

- C'est l'hiver. À quoi je m'attendais? De la peau abricotée? De la mine rayonnante et nacrée à l'état brut?
Donnée 3

- J'ai changé de démaquillant. De crème de jour. Ça fait beaucoup là. Beaucoup pour me dire que c'est juste le temps qui passe...
Donnée 4



Après enquête, j'ai arrêté mes gogoleries et je me suis rendue à l'évidence...
Pas la peine de s'la crâner, j'étais juste à la ramasse et voilà...

Conséquence 1

J'ai écouté Bénétie, j'ai acheté Ysthéal, de chez Avène. Mazette... 1 semaine et demie d'utilisation et dire que je suis galbée de la joue serait un doux euphémisme... C'est une très bonne crème. Normalement elle s'utilise la nuit mais comme je suis contrariante, je l'utilise le jour. Elle est parfaite.

Conséquence 2
Je me lave les cheveux toujours aussi souvent (enfin si je peux m'exprimer ainsi...) mais je dors avec une natte.
Ca m'évite les conséquences du "pas clean" et les nœuds dans les cheveux... Et là aussi "nœud" est un doux, mais alors très doux euphémisme...

Conséquence 3
Aromessence Baume de nuit Ylang-Ylang de Décléor.
Pour celles qui l'ont déjà essayé, je n'ai pas besoin de vous en parler, que dis-je de l'encenser. Pour les autres, je ne sais pas par où commencer...
Ah si, c'est plus que bluffant. Je me réveille le matin, ma peau est purifiée en plus d'être "joufflue" de nourrissement... ah non, c'est nourrissation qu'on dit peut-être.
Ah, pour celles qui ne connaissent pas, ce baume coûte le même prix que le cœur sain d'un athlète olympique...
Je me disais éventuellement que les mères de famille pourraient revendre un de leurs enfants pour acheter le pot... Manque de bol, j'ai pas d'enfant, alors j'ai pas eu d'autre choix que celui de vendre ma mère...

Conséquence 4

J'ai allégé le maquillage. Du sobre, de l'à peine. Et ça aussi ça change tout...
Dandelion de Benefit qui s'accorde mieux au mois de Décembre que Dallas.
De l'anti-cerne léger.
Plus de fond de teint.
Du blush, du blush, du blush... C'est presque trop des fois, mais j'aime bien...

Et laisse tomber comme je suis trop bonne de l'épiderme. Même pas vieille!!

Merci à Aline de m'avoir fait partager son intimité belle beauté pour ces photos...

CONTINUER LA LECTURE


LE TROUBLANT ET ÉMOUVANT CHEMIN D'UNE FEMME...


Ce soir j'ai eu droit à:

"- T'as quel âge???? 27???
- Non 29...
- Ah ben t'es bien conservée pour ton âge. T'as de beaux restes!!!
- Mmmmaaaaaannnnn, dubitative, me demandant à quel moment, en 2008, on a cru que l'espérance de vie actuelle des filles était équivalente à celle des paysannes tuberculeuses au Moyen-Âge..."

CONTINUER LA LECTURE

16.12.08

I'M BACK...

J'ai envie d'un truc...
Ca fait vraiment longtemps que je n'avais pas eu envie d'un truc.

Non parce que c'est vrai que ça blablate vachement par ici sur la vie, les concepts, l'amour et ses inconvénients, les ratés et tout le reste...
Ca a commencé à se prendre plus au sérieux hein!
"Ouais mais tu sais pas toi, j'en mets du temps à écrire des posts... Plus qu'avant... Plus qu'il y a un an. Ah oui c'est sûr c'était le moment de l'hésitation blogguesque il y a un an, alors ça n'écrivait pas grand choses... Plus qu'il y a un an et demi si tu préfères... T'es toujours là pour parler des moments "moins" toi. Oui ou "down", là c'est à toi de voir!"

Alors je me suis dit que c'était bien dommage de ne plus parler des soeurs Olsen, de Nicole, pas de Paris ou de Lindsay, d'envies fashion inavouables ou plus flatteuses...
J'ai arrêté. Bizarre ce truc de croire que si tu veux que ça soit bien écrit, il faut arrêter le reste. Le futile... Ou l'essentiel, question de point de vue.

Donc je veux un truc...
Elle...



Pas tout Elle. Admettons la jupe pinky girly, j'veux bien...
Le gros sac pour mettre les clés de bagnole, celles de l'appart, le porte-feuille, l'ipod, Nicolas Ghesquière, les aiguilles à tricoter, un sanglier mort, j'le veux bien aussi. je peux lui trouver une utilité au fond si je cherche bien... Et puis moi pour faire plaisir, j'peux faire un effort. Aussi grand soit-il!
Les jambes aussi tiens j'pourrais lui piquer si j'étais une courageuse meurtrière cap' de tout même du pire pour être belle de partout.
Bon, en fait ce que je veux c'est plus Elles que Elle.
Les plus malignes, les khâgneuses sont sur le coup de la variation du nombre... Oui c'est bien le "s" qui varie...
Les chaussures...
J'veux des chaussures comme ça.
En fait, j'veux des godillots et ça c'est une vraie putain de nouveauté.
Celles de la photo, vues chez Garance, sont presque parfaites. En vrai je les veux ultra-plates. Mais comme je suis très facile à vivre, je peux faire une concession. Et puis en bordeaux, c'est joli hein???

Comme je ne mets que du plat (oui je fais quand même 1 mètre et des bons autres centimètres et c'est pas la peine d'énerver tout le monde avec ma grande "hauteur", les filles jalouses et les garçons ayant de réels problèmes avec leur virilité... Comment ça combien???
63 autres cms... 1m63 voilà!!! Plus ça serait trop je crois..
.), je ne mouille ma culotte que pour du beau plat...
Bon y a elles aussi... Les Chloé. Chez Garance aussi...



À 795 EUROS... Un très bon prix pour ma bourse quand on sait que je préfère tricoter plutôt que de mettre 50 euros dans une écharpe améliorée...

Ou elles. Depuis lonnnnnnnggggtttteeeemmmmmppppsssss. De nombreuses années Vivienne, si tu entends mon appel... Plus que Sienna en tous cas. Si c'est vrai!!!



Je suis partie en enquête de chaussures. Topshop, Asos, des autres... Sûrement parce que j'ai arrêté d'être une bonne investigatrice webesque, je ne les trouve nulle part...
On a des pistes ou y a que moi qui veut des godillots dégoulinants que ma mamie dans sa cour d'école n'aurait pas renié.
Alors attention je ne veux pas du faux dégoulinant avec des plis simulés... Mais si, ceux qui sont cousus et que les plis resteront toujours les mêmes parce que c'est des faux et qu'ils ne bougent pas au rythme de la marche...
J'veux bien de l'info parce que je ne trouve pas... Mais vraiment pas!

CONTINUER LA LECTURE

15.12.08



LES CLÉMENTINES...

Retrouver des images de soi, ou de ceux que l'on aime, à peine plus haut que 4 clémentines, c'est toujours joyeux...
C'est gai parce que ça ne pose pas encore vraiment. Ça ne se la joue pas encore top-model. Kate Moss et ses copines ne font pas encore parties des modèles de photogénie de notre inconscient...
Pas de moue boudeuse, pas de regard par le bas, pas de mèche savamment placée... Pas de tout ça...






Rien que nous. Rien que la lumière pure de nous. Comme j'en fais des pataquès...
En même temps, le too much est définitivement la marque de fabrique de mon double blogguesque, désolée pour les amoureuses du sobre et de la retenue...

Et le plus fou, c'est finalement de voir à quel point les looks, ça évoluent pas tant que ça...



Qu'on est pas à l'abri d'être un vintage de soi-même. Avec de la fourrure plus pétrolée que naturelle. Avec des tutus, comme aujourd'hui par exemple... Avant c'était un rideau voile posé nonchalamment sur les jambes, aujourd'hui c'est H&M...
De la grande chaussette... Du la rayures et là on est bon je crois.





Quand t'es petit tu te déguises... Tous les jours c'est carnaval, tu sais que tu veux juste ressembler à Wonder-woman ou à Gigi. Que ça n'a rien de très sérieux. Jusqu'au jour où eux, les grands, ils appellent ça la "fashion", la mode, et que toi tu veux faire comme eux...


CONTINUER LA LECTURE

11.12.08


LE SYNDROME DE LA PRINCESSE...

Les filles ont cette tare bizarre et encombrante que je nomme le syndrome de la princesse.
Il ne s'agit pas de vouloir mettre à tout prix des robes qui virevoltent et qui brillent, le syndrome de la princesse s'applique aussi à le fille qui aime les trous dans ses jean's et qui mieux, se trouve fort sexy avec.

L'environnement n'est pas nécessairement un château, ou un manoir ou n'importe quelle maison avec une piscine, il peut s'agir d'un banal deux-pièces.

Vomissant toute idée de romantisme (si je jure... désolée!), je m'étais dit que ce syndrome de princesse, je ne pouvais pas y être assujettie. Sauf que le SDP ne s'adresse pas à la part romantique des filles, mais bien à leur ego...

Qu'est ce que le syndrome de la princesse s'il ne s'agit pas de rêve d'amour éternel?
C'est simplement être pour l'amoureux, la plus extraordinaire des nanas. La fille qui fait oublier toutes les autres, tout le désir pour les autres, tous les souvenirs passés avec les autres... La princesse c'est celle qui, de sa seule présence, évince toute la vie amoureuse du garçon...
Sinon c'est la loose qu'elle se dit la princesse. C'est que je ne suis pas assez jolie, troublante de charme, drôle mais classe, mystérieuse et accessible, bref que j'ai tout loupé... Alors j'ai pas menti quand j'ai dit qu'il s'agissait bel et bien d'ego?

Je suis victime du SDP depuis toujours. À cause de l'orgueil sûrement...
Jusqu'à 25 ans ça marchait très bien cette histoire de toute puissance. Comme pour les sapes notez. On peut tout mettre, même si c'est ridicule on a le droit de porter n'importe quoi, il y a toujours l'excuse de la jeunesse et de l'idée d'une certaine appropriation de sa féminité... Après, ça vire grotesque...

Le SDP ne supporte pas la tiédeur, la fadeur, l'a peu près... Le truc c'est que je commence à me dire que cette intransigeance coronaire est fatigante pour l'amoureux comme pour moi. L'absolu ça éreinte...
Sauf que je déteste l'idée d'avoir été plus aimée, plus désirée, de ne pas être le centre de son monde... C'est pas très correct ce que je dis je crois, mais c'est vrai... J'ai encore envie, et peut-être même plus que jamais puisque elle est mise à mal, de toute-puissance... Sinon, si je sens que ça vacille, que ça hésite, j'ai le coeur en milliards de morceaux...

Le syndrome de la princesse n'est que le degré zéro de l'apprentissage de l'amour... Le degré zéro de l'acceptation de l'autre... j'ai la honte je sais. Sauf que quand je tente d'être extraordinaire de souplesse et de compréhension, je me ronge moi-même le coeur et l'orgueil qui doit se situer dans le foie parce que sinon je ne vois pas...

Comme j'ai le sens de la mesure en plus, que je ne rejoue pas en permanence la grande scène du deux, que je ne considère pas que ma vie est un clip de R&B, je ne suis même pas ridicule...

Alors attention, le SDP n'est en aucun cas équilibré. Qu'on ne me demande pas de faire pareil, d'oublier mes amours passées, ou de faire comme si je commençais ma vie sentimentale aujourd'hui avec lui, certainement pas...

... Je suis jute hein???
... Ridicule, quoi? Comment ça???


Grands dieux qui me mettent des bâtons dans les roues, j'ai 4 ans... Classe!!!!
Ca se soigne ou pas le Syndrome de la Princesse???

La photo c'est une Princess... Mais Superstar ce qui résume bien les choses...

CONTINUER LA LECTURE

8.12.08


TOUT EN JOUANT AVEC LE ZIP DE SES LEVI'S...

La pluie encore. C'est la faute à Décembre.
Dépitée, vautrée sur mon lit, débraillée, les cheveux emmêlés, mon esprit s'égare dans des tergiversions esthétiques...

"C'était bien cette fois où j'avais eu l'éclair de génie de porter de la jupe bleu marine coincée presque frustrée, avec ma chemise hawaïenne estivale."
Ça n'aurait pas dû fonctionner...

C'était bien, mais c'est rare...


Tout en jouant avec son zip
A entrebâiller ses Levi's


Toujours mal peignée bien embrouillée de la mèche, je passe en revue rétinienne mes robes. Les courtes, les frou-frous, celles de l'été, les strictes...
Ne trouvant mon bonheur nul part dans cette partie de l'armoire, je me demande comment j'ai pu les acheter tous ces bouts de tissus... Je les aime mais pas suffisamment pour les porter aujourd'hui... Peut-être à cause de l'esprit embrouillé. Peut-être à cause de la pluie.
J'en veux à la pluie. J'en veux à l'embrouille, il faudrait que je sois jolie ce soir. Pour lui. Si persuadée que les garçons aiment les cuisses dévoilées, je culpabilise d'être une mauvaise fille...
Je me rassure en pensant que dés que je choisis de montrer la jambe, c'est toujours fait indécemment, c'est toujours trop proche de la culotte Petit Bateau. Le stricte ne sied pas à ma candeur... Ma fausse candeur. Ma candeur simulée, artificielle...

Donne un côté salace
Un peu du bleu lavasse
De sa paire de Levi's


Au tour des pantalons. En tissus ou en laine. Ils savent donner la touche de sérieux... Pour qu'il me prenne au sérieux.
Je n'ai pas de pantalons. Même pas l'ombre d'un quelconque sarouel qui suffirait à me donner la caution fashion qui a toujours l'avantage de me rassurer moi... Pas lui. Les garçons s'en moquent bien de la fashion. Ils ne savent, pour la plupart, pas de quoi il s'agit. L'harmonie féminine et discrète il n'y a que ça qui compte... Grand dieu, je ne suis discrète de rien, jamais...

Fais tinter le métal
De son zip et Narcisse
Elle pousse le vice
Dans la nuit bleue lavasse
De sa paire de Levi's


Être à l'aise...
La culotte seule. Trop évident peut-être? Ah oui non, c'est une très mauvaise idée, qui ne fera pas les affaires du mystère... Le mystère pour le séduire, la culotte seule pour le faire fuir. Il faut que je me couvre.

En sixième j'avais compté le nombre d'élèves qui portaient un appareil dentaire. Plus d'un sur deux souriaient ferrement (jeu de mots...).
En seconde les orthodontistes ne sont plus des rencards si courants pour nos sourires...
Sur 24 élèves, 21 portaient du denim. Un succès fracassant. Aucune concurrence possible... Plus qu'un succès, un phénomène. Aucune cuisse à l'air, aucun bas apparent, pas même l'ombre d'un collant en mauvais acrylique qui pique pas.
Si j'étais créateur de vêtements, c'est le jean's que j'aurais aimé inventer. Pour être une dictatrice du look. Devenir tellement indispensable que personne ne pourrait faire comme si je n'existais pas.
Vicelarde comme je suis, je serais sur les fesses de tout le monde. L'air de ne pas y toucher, sans forcer, je serais inter-générationnel.

Dans la nuit bleu pétrole
De sa paire de Levi's


Je vais mettre mon jean's. Pas le plus beau bleu, il est vraiment lavasse. Je serai bien je crois...
Slim? Bootcut? Flare? Baggy?

............

Sur fond de rock-and-roll
S'égare mon Alice
Au pays des malices
De Lewis Caroll.


Post starring le jean's. (Les Levi's mais ça n'est pas une obligation. Tous en fait... Mêmes les noirs délavés sont acceptés. Et les gris aussi)

Introducing Serge Gainsbourg et sa Marilou qui est une grosse vicelarde de la culotte mais que c'était quand même pas une raison pour la tuer... À coups d'extincteur en plus... Deglingo va!

CONTINUER LA LECTURE

CLASSEMENT...

Endormie tard, réveillée tard... Équation évidente.
Je n'ai pas encore acheté le ELLE. Et pas seulement parce que Garance n'y a pas pris les photos...
D'autant plus que si tu fais vaguement ( je dois mettre "vaguement" dans chaque post, je devrai compter tellement ça devient ridicule..) partie de la blogosphère, c'est un peu le ELLE que tu dois acheter dans l'année.

Le classement. Celui qui a enfin désigné les reines du web... Ca fait longtemps que les ego attendaient ça.
Je ne reviendrai pas sur les catégories segmentantes du classement, déjà largement traitées et bien avec ça, chez Bénétie qui m'a menée de liens en liens ici et aussi ici.

En revanche c'est le classement lui-même qui m'a vaguement (et hop un autre pour la route... ) surprise.
Et ce n'est absolument pas mon ego qui est remis en question, je ne suis influente de rien et ne l'ai jamais pensé (espéré c'est une autre histoire... ben quoi je vais pas m'excuser d'avoir un vrai ego, si?), mais mon jugement...
J'avais ma petite idée sur les filles qui y seraient, et même si je ne passe pas ma vie sur les blogs ( oh ça va, plusieurs heures ça ne fait pas une vie...) elles avaient quand même une vraie légitimité.
Il existe des reines, implicites, pas forcément référencées, de la blogosphère... Et certaines ne sont pas dans le classement... Bizarre.

Faire un classement est, en soi, une liberté que chaque magazine peut prendre, je vais pas faire ma relou. Après il faut trouver l'outil qui permettra de faire cette liste de la manière la plus JUSTE possible. Et c'est là que Wikio entre en scène... De ce que j'ai cru comprendre, le classement se base sur le nombre de fois où le site est cité sur d'autres sites... JUSTE quoi! Bizarre...

ELLE a une telle importance dans le paysage magazinesque français, que s'engager dans ce type de classement a forcément du sens pour le lectorat. Une sorte de sens de l'élite. Ou assimilé.
Sauf que, et c'est là que je vais passer en mode relou, même si certains sont évidemment tenus par des reines, d'autres, et je vous jure que c'est vrai, me sont inconnus... 3 des filles sont des parfaites étrangères de mon Netvibes. Je parle de la catégorie Mode parce qu'en ce qui concerne les autres, je remballe encore plus mes gaules...
Ces blogs sont certainement cités, allègrement avec ça, et sont sûrement de bonne facture que je me dis... Alors j'y suis allée...

...

Faut pas exagérer... Les reines???
L'avant publication de la liste a donné lieu à un bon nombre d'énervements sur la blogo, Je me disais que la jalousie ou l'ego meurtri faisait dire n 'importe quoi et ne rendait pas forcément objectif... Je sais à quel point l'orgueil mis à mal fait penser n'importe quoi... Sauf que je ne pense plus qu'il s'agisse réellement de blessures webo-narcissiques... Simplement d'objectivité... Si elle peut réellement exister... Partons du postulat que oui, sinon, j'arrête ce post là, ici et maintenant...

En même temps, est-ce que j'ai encore quelque chose à dire???
Ah si, et ça n'a rien à voir, ce post écrit avec mes tripes et mon âme avait été traité avant moi par Frieda l'écuyère et je me suis rendue compte de la chose hier... et comme je déteste faire ma copiteuse de tricoteuse et du reste, alors...

Trop de liens dans le post tue le lien dans le post, hein???
Je reviens vite dans la journée, avec de la sape... Originale avec ça!!!

CONTINUER LA LECTURE

4.12.08



LE CAS DU CERNE... OU COMMENT UN MOT SEMBLE PLUS NORMAL AU FÉMININ QU'AU MASCULIN... MAIS COMME LA LANGUE FRANÇAISE EST AINSI FAITE...

Retrouvée dans le portefeuille une photo d'identité. Je dois avoir 3 ans. Les cheveux qui bouclent déjà. Les yeux un peu bleu, un peu gris. Le nez en trompette comme plein de petites filles... Et 2 auréoles bleues. Les cernes. Les miens personnelles...
Je jure que j'ai moins de 3 ans et que j'ai déjà de vrais cernes... Je suis née avec, de ce que ma mère me dit.
Super. Je ne sais pas encore à quel point ça va être pénible quand je n'aurai plus 3 ans et que ma taille d'adulte ne pourra plus me sauver... Ne pourra plus prouver au monde que je n'ai pas 85 ans...

Certes, le cerne n'est pas une tragédie en soi, et je dois avouer que la plupart du temps, j'aime bien ce que ça apporte à mon visage... Ça me rend vaguement mystérieuse. Jusqu'à ce que j'ouvre la bouche pour me mettre à raconter 5 blagues salaces à la suite et là, bim, d'un coup mon côté Garbo se barre.

Bon comme tout complexe (oui sinon quel intérêt de faire un post si c'est pour dire que le cerne c'est juste une tuerie d'en avoir et que c'est le kiff' permanent??), j'ai un peu tout fait pour que les choses s'améliorent... Que mon œil, voire les deux soyons exigeant, aient un vrai aspect reposé...
Enfin j'ai tout essayé dans la supercherie parce que le taf en amont j'ai du mal à le faire...
Genre dormir bien, avant minuit, ne plus être insomniaque... Pas possible!
Je ne bois pratiquement jamais d'alcool et je ralentis le Nutella, je suis donc sur la bonne voie... Et puis si on ajoute à ça ma consommation de thé vert je suis pratiquement une ascète...

En revanche, pour la supercherie, je suis une experte dans l'art de l'anti-cerne. Bon je suis un peu nunuche des mains et ne suis pas encore au top de l'application, en revanche, je connais bien le maquillage. Les textures, les couleurs et toutes ces conneries...

Et là, je viens d'en découvrir un vraiment très bien (mieux que Stephane Marais, Bobbi Brown, Gemey, Touche éclat (que je ne comprends toujours pas bien comment l'utiliser), Bourgeois, Clinique...), celui d'Estée Lauder. Anti-cernes extra longue tenue.
Autant dire que ce post n'est pas sponsorisé par Estée Lauder qui ne sait même pas que j'existe. Il s'agit bien d'un vrai truc qui marche...
Texture fluide, pas asséchante pour le contour de l'œil, qui ne migre pas dans les ridules (fait rare pour être souligné) et surtout il tient bien. J'avais souvent pris des anti-cernes trop clairs et je ressemblais à un panda aux couleurs inversées... J'ai rétabli l'équilibre... C'est le meilleur que j'ai essayé. De super loin même.
Voilà c'est cadeau pour vous... Tout ce bonheur, n'hésitez pas à le mettre dans vos cœurs et à bicher encore et encore... Comme si vous deviez mourir demain...

Ça manque de looks par ici je trouve, on a qu'à reparler de mode pour voir comment ça fait, non???

La bise mes beautés arrogantes...

CONTINUER LA LECTURE

3.12.08


ENDROIT, ENVERS...

Post à la va comme je te pousse. J'ai des choses à dire.

1) Bon j'aime les moutonnades. Je les assume que très moyennement, préférant me faire passer pour une nana très très hype, pas suiveuse pour un sou, sachant prendre des risques... Une vraie précurseuse...
C'est pas vrai. Il m'arrive d'avoir des sursauts d'orgueil et de me dire que "non, je ne vais pas mettre cette choses, trop vue, trop pas moi, trop dans l'air du temps..." , mais globalement je suis...
Oui parce que moi ce que je veux c'est le beurre et l'argent du beurre... Et aussi le tarp' arrogant et sexy de la crémière...
Donc, je suis allée chez Kookai. Pour voir de près le tour de cou dont la blogo est follement tombée amoureuse...
Il est joli. De près vraiment. Je m'attendais pas à de la laine si épaisse, à une bonne tenue comme ça...
Mais, et c'est là que l'orgueil reprend sa place, il coûte 50 Euros.
Certes ce n'est pas le bout du monde, mais j'ai trouvé ça cher pour une écharpe améliorée... De chez Kookai!
Hein?? Ouais j'ai besoin d'approbation, au cas où je vire pingre et que personne n'ose me le dire... Ah oui et c'est pas pingre l'adjectif qui me correspond le mieux, mais bien pauvre...
Et je me suis dit "oh ben tiens t'es une vraie tricoteuse... T'as qu'à faire ce que tu veux avec tes aiguilles et ton fil..."
Ce que je fais... je vous montrerai. Pour 15 euros de laine je pense que ça va le faire... Et surtout en écru, la couleur que je voulais, et en plus grosse laine aussi... Je n'aime que la très grosse laine...

2) Pour continuer dans le gros fil... Et long... Et très gros... C'est cochon encore ici...
Demain en ligne on pourra trouver le kits Wool and the gang, déjà en vente chez Colette.
Alors comme ça, sans avoir vu grand chose (ils font trop leurs mystérieux...), j'ai envie de tout avoir.
La laine vient du Perou, elle est très grosse.
Il s'agit de kits vendus avec aiguilles, patron, explications, bonbons Haribo, serre-tête, éponge pour laver les voitures, chien en peluche... ouais ça blague dés le matin par là...
Mais encore une fois, d'après le Elle toujours dans les bons coups celui là, les kits coûtent 69 euros. À partir de. Pour un petit bandeau. Cher un peu je crois aussi, mais comme j'ai pas encore vu, pas encore su, je vais pas faire ma militante de la vie moins chère...

3) Voilà...
J'allais pas mettre que 2 divisions de texte, sinon ça aurait fait pauvresse de l'argumentation... J'en ai mis un troisième alors que là je n'ai plus rien à dire...
Mais là ça fait menteuse. Tant pis je préfère...

Bonne journée les beautés fatales que c'est pas le temps de mettre de la jupette jambes nues, alors on reste belle mais en collant...


Photos d'une laine négligemment posée sur les épaules de mon amie A.
Photo de moi, whaou!!!!

CONTINUER LA LECTURE

2.12.08


CHEESE...

Au tout début, quand je sautillais virtuellement d'un blog à l'autre, découvrant un monde neuf, je ne voyais que très peu le visage de celles qui étaient à l'origine de ce "monde tout neuf".
C'est certainement ce qui a le plus évolué depuis le début. Le rapport à Narcisse.

De manière générale, dans la vraie vie, il n'est pas de bon ton d'être narcissique... C'est comme ça. C'est pas beau.
Qu'importe ce que le miroir reflète, il ne faut pas le montrer. Ça serait signe d'un amour de soi trop grand, d'un plaisir déviant, d'une démarche écrasante pour l'autre. Celui qui ne s'aime pas... Ou pas autant. Ou qui ne veut pas le montrer.

Les blogs ne sont pas la vraie vie. En revanche, je trouve qu'ils sont une extension réfléchie de celui qui l'écrit.
Je vais prendre mon cas, comme je sais, je ne suis pas tout à fait une chic fille et en même temps elle est moi. C'est subtil. c'est dosé et rien n'est vraiment fait au hasard.

C'est l'arrivée de certaines filles qui a tout accéléré et qui a permis aux autres, les moins assumées, de révéler leur minois à la toile.
je fais partie des suiveuses, mais ne sais pas encore où je me situe. Je n'ai pas de réelles difficultés à me montrer même si certaines personnes de mon entourage trouvent ma démarche trop egotique. Un peu comme s'il ne s'agissait que de se kiffer et de le montrer à la terre entière. Alors je me demande souvent si c'est tout much... Et puis Narcisse reprend le pouvoir et me susurre d'y aller, qu'on a qu'à s'en foutre après tout... Il ajoute pour être sûr de me convaincre "Marie, les gens oublient qu'ils vont mourir, toi non. Fais tout ce que tu as envie... Ça ne compte pas après tout. Ça n'a aucune espèce d'importance...Ne mets pas de la gravité là où il n'y en a pas..."

Évidemment certains coms ne font qu'accélérer les choses dans notre tête. Pas forcément insultants mais en tous cas "dirigés" vers notre ego qui, selon eux, prend trop ses aises...

On se sent pousser des ailes parfois, le maquillage est bien en place, la tenue du jour approuvée par les copines et pas insultée par la famille, alors on se dit qu'on va la montrer sur le blog. Parce qu'on est fière. Fière comme à 4 ans et qu'un déguisement était réussi. Ni plus ni moins.

J'ai un rapport à l'image très en place. Les choses sont bien ancrées. Mon père est photographe. Il m'a mitraillée toute mon enfance. Je n'ai aucun problème d'aisance, les photos c'est moi sans crispation... L'habitude.
Et je n'ai jamais vu où était le problème (bon j'ai eu droit à 2 ou 3 réflexions sur mon narcissisme durant mon vie, mais je ne me suis pas offusquée et même si Narcisse a mal fini, ça n'est pas une insulte... ou en tous cas, il y a pire!) jusqu'à ce blog.
Ben oui, il y a des gens qui traitent... Comme dans la vraie vie. Et des fois c'est vaguement hardcore, c'est une des raisons qui a fait que j'avais arrêté mon blog en Novembre dernier... J'étais une chochotte qui avait un peu de mal avec le fait de déplaire et je me perdais un peu avec ce que certains pensaient de moi et ce que je voulais vraiment...

Maintenant, les choses ont largement évolué. Les filles se montrent, assument. Ça doit continuer à déplaire, mais c'est devenu courant alors...

Moi j'aime les belles mises en scène, j'aime que ça se décarcasse, que ça se montre. J'ai un vrai plaisir à voir les silhouettes... Pas toutes, mais quand c'est bien fait, je biche. C'est pas fait pour être écrasant, même lorsque la fille est très jolie. Et si elle se trouve jolie, ça ne fait pas d'elle un individu sans consistance axée sur du futile...
Non juste quelqu'un qui se décarcasse...


Parce que, c'est pas comme si on passait pas notre temps à se présenter au monde. À faire de notre mieux pour que cette présentation se fasse bien, se fasse beau. Alors autant que, dans le blog aussi, cela soit décidé et réfléchi. Je ne pense pas qu'il s'agisse forcément d'ego trip, juste d'une illustration du propos.
Moi j'écris beaucoup aussi parce que je reste plus à l'aise avec les mots qu'avec l'image mais je me dis de plus en plus que, comme en amour, les silences sont parfois plus forts que les déclarations enflammées, alors j'y travaille...

CONTINUER LA LECTURE

28.11.08


"IL EXISTE DEUX TYPES DE MUSIQUE..."

"... Celle pour danser et celle pour faire l'amour", dixit Jamie Foxx qui n'y va pas avec le dos de la cuillère...

( Ça va parler un peu cru aujourd'hui... Même pas peur, ma mère travaille et a autre chose à faire que de me lire...)

Et ben dis donc Jamie, c'est fort de café ça... Comme tu y vas. "Pas avec le dos de la cuillère déjà" qu'il me dit, parce que ça je l'ai déjà dit et qu'il sait décidément s'y prendre avec les femmes... Ne pas les contrarier est un principe de base... (Pff que Marie elle se dit... Non, elle, elle adore qu'on la contrarie... et pas que pour danser...)

"Ouais, c'est bien vrai ce truc de musique" que je rajoute de mon œil éclairé mais fatigué...

Quoi d'autre après tout? Quoi d'autre que danser et faire l'amour? Ouais rien...
Peut-être celle pour pleurer. Peut-être celle pour réfléchir. Ou pour rêver. Mais je crois que ça ne compte pas. Pas autant en tous cas...

J'ai besoin de vous aujourd'hui. je vous sollicite platement parce que... Encore ce truc de justification??? J'ai besoin d'expliquer???
Je ne le pense pas. Ça serait comme justifier le fait que le gris est ma couleur préférée... Alors qu'une seule réponse est satisfaisante...
Parce que c'est elle et parce que c'est moi.
Et ben là c'est pareil. Je vous sollicite pour le plaisir. Cette petite flamme dans mon coeur, dans mon âme, dans tout mon être qui me susurre , au moment où je l'attise de mon souffle rauque mais néanmoins féminin, "demande leur à eux! Ils en connaissent des trucs que toi, tu ne savais même pas qu'ils existaient..."

Donc, et c'est là qu'on arrive dans le cru (tant attendu vicelards...) après avoir mûrement réfléchi à une autre formulation plus "correcte", je ne vois rien... Désolé, ça peut piquer les yeux. Là, c'est bon j'ai prévenu, c'est même comme si je m'étais déjà excusée...
Je voudrais connaître vos cinq chansons préférées de la caliente attitude...
Je voudrais connaître les 5 chansons qui pour vous... (j'ai du mal à l'écrire, moins à le dire...) sentent le plus la chatte... Sente vraiment la chatte et tout ce qui va avec. C'est une image, ne prenons pas les choses au pied de la lettre, il s'agit plus du concept de "sentir la chatte" hein!!
Voilà, hop c'est dit, on y revient plus.

Connaître celles qui vous rendent toute chose, tout fébrile, vibrante, qui vous mettent dans l'impossibilité de l'immobilité (elle est tellement belle cette phrase qu'on dirait du Kundera hein???), qui font bouger le behind, le tarp, le boule...
Rien de subtil, les vraies machines de guerre de la moiteur...

Donc, je commence, et la raison pour laquelle j'ai tant besoin de savoir quelles sont les vôtres, c'est que je vais faire des compets de chansons mucha caliente hotty hot muy wet wet wet...

Alors pas forcément dans le bon ordre:

1) Cocorosie, Turn me

2) Jay Z et Pharrell, Frontin,

3) Missy Elliott, Get Ur Freak On ... Je trouve Slow plus moite mais impossible de le trouver sur Youtube...


4) Jace Everett, Bad things

5) Gnarls Barkley, Who's Gonna Save My Soul? , peut-être que c'est pas le propos de la chanson... J'invente tant pis...


Mon tarp vous sera éternellement reconnaissant...

CONTINUER LA LECTURE

27.11.08


TROP BELLE TROP TÔT...

L'odeur de fin des vacances est de moins en moins légère, de plus en plus écœurante. Les grandes de vacances. Je dois m'acheter un jeans. Maman veut aller chez Pantashop. Parce que ça coûte moins cher qu'elle dit. Je suis trop petite pour me révolter contre son porte-monnaie.

Un noir. Un bleu plutôt clair. Maman me dit de les passer pour voir si c'est bien. Le but n'est pas que je sois jolie, ça c'est le cadet de ses soucis, je suis trop petite après tout, non le but c'est que je puisse les fermer et que je ne puisse pas marcher dessus...

La cabine est étroite, mal éclairée et je n'en suis pas encore au stade où j'aime essayer... Ça, c'est encore loin de ma réalité.
Je sors ma tête, je me trouve mal fagottée, les femmes et leurs enfants s'agitent, il apparait urgent pour tout le monde de trouver le denim qui affrontera la pluie, les feuilles du chêne, la rentrée, le collège et ses humiliations...

Je balaye le magasin de droite à gauche, de haut en bas au cas où ma mère ait eu l'idée de se balader au plafond, et rien...
Ma mère m'a laissé en plan. Vers la gauche, pas encore en cabine, une autre fille de mon âge, peut-être même 12 ans, est là. Blonde comme je suis brune, cheveux raides comme les miens sont frisés. Et belle. Vraiment très belle.
Je suis fascinée par son allure. Pas qu'elle soit bien habillée, c'est pas le propos, non, elle est vraiment magnifique. Même si je n'ai pas le sens de la mesure, sûrement à cause des hormones, je sais que je suis en train de voir la plus jolie fille que je n'ai jamais vu. Et, du haut de son âge qui la sort tout juste du CM2, elle se sait magnifique. Elle déambule comme si le monde, les choses, les gens lui appartenaient...
Je n'arrive pas à détacher mon regard de son harmonie, moi, elle ne m'a même pas aperçu. Elle a sûrement autre chose de plus passionnant à faire. Se regarder vivre par exemple. J'ai 11 ans et je vois qu'il existe une autre catégorie de filles que la mienne. Pas plus riche, pas plus maligne, qui sont des catégories que je connais déjà, il s'agit bien d'une autre catégorie physique. Un gouffre d'apparence qui ne joue pas en ma faveur et même si je n'avais jamais eu le temps de me poser la question du complexe, de la comparaison physique, elle s'impose très vite et ne laisse rien présager de bon...

La rentrée. Le cartable trop gros. Les autres qu'on connait pas encore et que ça nous fait peur...
La magnifique est là. Je ne l'avais jamais vu et là, elle me suit. Je l'observe. Du coin de l'œil, sans subtilité, je ne sais pas encore regarder sans être vue. Elle est dans ma classe. Deux années à voir que sa fascination ne s'exerce pas que sur moi. Sur le monde en général. Le monde de la 6ème D.



... Ça va faire 20 ans. 20 ans que j'ai vu la magnifique pour la première fois... J'en ai vu d'autres des magnifiques au cours de mes déambulations de vie, mais je garde un souvenir très précis de cet instant. En côtoyant la belle pendant de nombreuses années, même si on a jamais été amies (la beauté n'était pas belle de partout. Elle n'en avait pas besoin après tout, qu'elle se disait... ), je me suis rendue compte de ce que provoquait la beauté sur les autres. ceux qui ne le sont pas. Ceux qui sont dans la norme... La fascination. Que cela soit à 11 ans, 25, 46 ou 87.

La beauté est une arme. J'en suis convaincue. Elle compense tout le reste. La grande bêtise. La cruauté... Et à être beau trop tôt, on a pas le temps de se construire autrement... Et c'est là qu'à 30 ans on se retrouve avec un cadeau fané. C'est ce qui s'est passé pour la belle. Elle a arrêté de l'être tout simplement... Son harmonie physique n'a pas changé, mais il a commencé à manquer la chose qui était plus essentielle que l'alignement parfait, l'épaisseur. Le reste. C'est le reste qui rend beau.

Être beau trop tôt n'est pas un vrai cadeau, c'est un obstacle. A moins de ne pas être vaniteux, mais là, autant demander à un être humain de ne pas être trop humain. C'est peine perdue.
Être beau, ça fait faire les choses trop vite, faire des choix pas judicieux, axé sa vie sur quelque chose qui ne construit en rien...



Pas comme Kelly Reilly. Vaguement insignifiante dans L'Auberge Espagnole, et juste bombesque par la suite.
La beauté n'est pas là uniquement par l'opération du Saint-Esprit, elle se construit. Il faut se colorier soi-même pour devenir beau quand c'était pas spontanément là...
Rien n'est perdu.
Et là, elle devient une arme avec une réelle épaisseur. Quelque chose qui n'est pas dénué d'intérêt puisqu'il est bel et bien enfermé dans un processus de construction global. Réfléchi et complet... (Ouais ça en fait des mots compliqué pour juste raconter que c'est bien d'être beau mais que bon, hé, trop tôt c'est pas évident... fallait bien écrire un vrai post... Et pis ça m'inspire... Et pis on ne se refait pas...)
Oui, je pense que la beauté comme harmonie se doit d'être pensé comme l'humour ou le sens de la repartie... Il se pense, une fois qu'on est face au monde, chaque chose se pense... Et ouais mesdemoiselles... Que mesdemoiselles, parce que c'est par intersexuellement intéressant ce que je raconte...

Bonne journée les beautés...

CONTINUER LA LECTURE

25.11.08



BEIGEASSE AVEC ÇA...

Inoxydables:

- Le t-shirt blanc en coton. Col V mais pas que... (Oui il n'est nullement question d'originalité dans ce post... Pour ceux qui en doutaient... Ou ceux qui allaient encore traiter...)

- Le jeans. Kassdédi généralisée pour le 501, sûrement parce qu'il est la base de la base. Ni plus ni moins. Prenons le plus grand que la taille normale sinon, la coupe n'est pas des plus flatteuses... Ça fait un gros behind!!! En tous cas, pas un behind de compet', ce qui, au gré de mes post, apparait comme une priorité dans ma mode et dans ma vie... On n'a pas de contrôle sur ses rêves, j'aurais préféré parler d'un souhait plus flatteur, comme prendre le contrôle du monde, mais non... J'ai des rêves de fillette...
J'ai une véritable fascination pour le jeans. Son succès. Son quasi-monopole...
Il n'y a plus de succès comme celui-ci.

- La basket. Ouais pas la peine de faire les belles des échasses, un samedi sur deux mais pas plus.
À de rares exceptions près, personne ne supporte le talon comme la basket ou la ballerine. Va pour la ballerine et son confort....

- Et le trench..

Il revient le trench là, non?
Pas le Comptoir des Cotonniers qu'on a toutes eues, moutons décérébrés que nous sommes.
Non le vrai trench. Le Burberry. Que je rêve d'avoir depuis... 10 ans je crois.
Comme le caban, le trench est une pièce clé. Appelée communément un basique, parce qu'on manque de vocabulaire. Plutôt intemporel en fait. Qu'importe que la mode soit au fluo, au lin gris passé, à la robe de soirée brodée et tullée, il est évident. Il transcende parce qu'il est fonctionnel en plus d'être diablement joli et harmonieux.

Col relevé, boutonné à la va comme je te pousse, le trench c'est l'épure. Mais l'épure l'air de ne pas y toucher. Il n'est pas là pour impressionner.
L'épure n'est pas ce qui n'est pas travaillé. Il l'est, plus que n'importe quel pièce. Il se doit d'être étroit de l'épaule. Presque trop étroit. Comme s'il avait fallu chouiner longtemps avant de l'acquérir et que c'était la raison pour laquelle il faisait un peu trop petit sur nous...
Il se doit d'être à même le corps. Le trench, comme toute pièce épurée est une réponse directe et honnête aux os, au squelette... V'là pas que je m'emballe... V'là pas que je parle de trucs pas gais en plus.
Il est parfait du tombé parce qu'il est pensé comme tel. Sans surplus. Je n'aime pas les trenchs, et les pièces trop travaillées de manière générale, parce que ça n'est pas le propos. C'est hors-sujet. Le propos c'est l'embellissement. Des os, de la peau, du genre, des attaches, des galbes...

Bon ben voilà, j'ai divagué, digressé et maintenant j'ai plus d'encre pour écrire ce que je pense du jeans... (Je déconne, j'ai pas besoin d'encre, mais c'est mieux que de dire que j'ai des trucs à faire, comme acheter des légumes. Acte ni glamour ni mystérieux... Se mettre en valeur. Faire genre. Se mettre en valeur, faire genre...)

CONTINUER LA LECTURE

23.11.08




CATIN DU DEDANS...


Alors autant je suis une grave du t-shirt et du jeans... Et des gros gilets, des marinières, des collants jolis, des robes loose. Des jupes ras le bonbon, des pulls col en V... Oui bon ça va, j'abrège.

En revanche, le soutif, la belle culotte, la guêpière existent dans un monde très éloigné de ma réalité.
Je suis une vraie baltringue des sous-vêtements.
J'ai plein de copines qui sont des psychopathes de la féminité et qui n'hésitent pas à mettre 3 loyers dans des ensembles Erès. Moi j'y arrive pas. Je trouve plein de choses vraiment jolies, mais je suis bien incapable de mettre de l'argent dans "ce qui ne se voit pas si souvent sauf si on est légère".

"Ouais c'est vrai c'est un peu chero, mais quand t'es sobre à l'extérieur, porter du luxe à même la peau et invisible pour le commun des mortels, c'est vraiment classe..."

Je ne nie pas. C'est vrai. Se balader casual du dehors et catin du dedans est un concept qui me plait. J'ai une prédilection pour ce qui n'y parait pas. Se savoir catin le matin dans le bus (ou dans sa voiture c'est pas le propos) alors que les autres ne voit qu'une vague ado pas encore finie du jeans, ça c'est un peu complexe. Ça c'est pas évident. Et je déteste ce qui est évident...
Sauf que, et c'est là que la question morphologique reprend le dessus, il y a des corps plus à même d'être catin que d'autres... Non, c'est pas vraiment ce que je veux dire, mais plutôt ce qui est catin n'est pas forcément ce que l'on croit...
("Catin", j'adore ce mot)

je ne vais pas revenir sur la grosseur des seins, j'ai traité le sujet en large en travers et en volume (blagounette!!! Oh, ça va, on peut se louper des fois!), mais plutôt sur ce qu'apporte la maturité sur la perception de ce qui est correctement catin sur soi...

Ça parle de cul ce matin hein??? Ouais j'assume... Mais je dis pas de gros mots, au cas où ma mère ai eu l'idée de boire son thé devant son nouvel ordinateur avec les mots de sa fille en bande-son...

Alors, (205 lignes avant d'arriver au vif du sujet, je m'améliore de la digression... Mmmh, je m'énerve!!!), il est toujours un temps où la culotte Petit Bateau ne reflète pas l'ambiance de notre libido!
Ça dépend des jours quoi...

Alors avant de se dire "cool les petits-seins, ça permet tous les décolletés", la fille à petits seins, au hasard moi, passe par la phase, "j'vais faire comme s'ils étaient gros. En trichant quoi. En même temps je ne sors pas avec tous les gens de la rue, alors tous les gens de la rue ne verront pas que je suis une imposture..."
Et quoi de mieux pour tricher que le Wonderbra? ben rien qu'elle se dit la fille à petits seins!!!


Sauf que la fille à petits seins, trop aveuglée par ses complexes, ne voit pas que c'est juste moche les faux gros seins... Ça fait coques! Et qu'importe la qualité du truc, ça fait ridicule. les seins sont trop haut, trop rapprochés, trop... Trop tout en fait. Et ça va rarement avec la silhouette en plus. Si mon ADN s'est dit "elle pas de seins, ça sert à rien!", c'est qu'il y a une raison.
Elle n'a rien de Dita... Qui elle porte bien le Wonderbra, tellement bien qu'elle en créé.



Un jour, allégée de ses complexes, la fille à petit seins, se dit qu'elle va arrêter les coques, c'est ridicule, tout le monde, même ceux qui ne la voient pas nue, se doute de la supercherie...
Et puis, dieu que la nature est bien faite, dés qu'elle enlève ses presque coques, tout tombe mieux. Le pull et l'allure. Dotée d'une maturité modesque naissante, je me suis dit que ça n'était pas un hasard...
J'ai arrêté d'essayer de me faire grosse des seins. Surtout parce que je me suis rendue compte que ça ne me rendait pas service, ni à moi ni à ma silhouette. Et que finalement, ça ne me faisait catin de rien... Ou catin pathétique ce qui est pire.

La plupart du temps je ne porte rien. Je n'essaye pas de grossir ce qui ne l'est pas et mise sur d'autres choses...
Le triangle est un très bon compromis catin et honnêteté. Calvin Klein fait mes préférés... Dire que ça a transformé ma vie serait une exagération mais en enfilant ce modèle, je me suis, vraiment trouvée jolie du buste...



Sinon, c'est rien. Ca fait plus feignante que catin, mais...

Alors c'est pas que pour faire des allusions douteuses ce post, y' a de l'info et du bon plan grave hein???
... Ben quoi!!!

CONTINUER LA LECTURE

20.11.08


NON PAS DE "DÉJÀ-VU"...

Parce que la photo ça fait encore "trop sensuel la clope nonchalamment posée entre les lèvres..." alors qu'il n'en est rien...


Il y a des choses que l'on porte en permanence. Qu'il pleuve. Qu'il vente. Qu'il soleille. Qu'il grisaille. L'été. Le printemps. Tout le temps. Même l'hiver on arrive pas à se sentir bien sans. C'est plus que de la mode, c'est une partie de nous...

En soirée. En matinée dés le croissant terminé. Le soir jusqu'à ce qu'on se démaquille. Tout le temps... C'est comme ça. C'est une partie de nous après tout...

Et pis on se dit un matin, avant le croissant ou un soir juste après le démak'up jeté, qu'il est peut être temps d'être différente. D'être plus en devenir que figée... Un truc n'est pas nous. Un truc ne nous aide pas à devenir plus nous que nous-même...

Et pis c'est pas comme si ça avait toujours été rose. Oh la non. Et puis il y a des contre-parties importantes que je ne veux plus payer pour faire semblant d'être plus moi. Continuer à rosir des joues, à avoir la peau pleine et remplie, à pouvoir me faire des petits cadeaux qui n'auraient rien de nécessaire puisqu'il ne dépendraient d'aucune addiction réelle... Juste le plaisir. Ce qui, si on regarde bien, est tellement plus vivant comme concept. Choisir...

Ça en fait du cinéma verbal hein???

Levée moins tard que d'habitude. il fait gris, il faut que je boive un citron avec de l'eau chaude. Ça sert à rien d'essayer de m'énerver...
Impatiente de commencer la journée. J'ai la peau un peu compliquée en ce moment. Ternasse, cernée avec ça, presque vert livide si on regarde vite fait... Oui c'est bien. Il faudrait refaire du sport... Des fois je me dis qu'à en avoir trop fait, ça m'a fait perdre la motivation de l'effort. Mais dès que j'y suis, je souris de bonheur... Peut-être j'aurai plus le temps maintenant...
C'est mon hypocondrie qui est soulagée. Un souci de moins à gérer elle va pouvoir se concentrer au mieux sur les maladies de l'hiver...

J'arrête de fumer. C'est pas comme si j'étais fébrile de la décision, mais je tenais quand même à souligner le passage à l'acte. Je me la crâne pas vraiment. Mais l'écrire c'est commencer à le rendre bien réel, à le digérer, à faire le deuil de la clope...

Alors pour renoncer à la mode d'avant, à l'obsolète et au révolu et enfin en venir au devenir, à la modernité et renouvelé, moi j'arrête de fumer...
C'est plus utile qu'une robe Luella?
Non je déconne... Pour la robe, pas pour la clope, c'est très sérieux...

CONTINUER LA LECTURE

18.11.08


LA MODE À NANCY...

Alors on va s'attaquer à du lourd grave là.
Ça va dénoncer... Et ça va genre saigner et je vais genre garder de la chair humaine entre les canines tellement je suis vener'!

Comme dans plein de villes (où il n'y a pas 4895 boutiques potentiellement sympatoches...), il existe une sorte de circuits des lieux où on pourrait potentiellement trouver ce qu'on désire au plus profond de notre être, au tréfonds de notre cœur... Beaucoup de potentialité quoi!

Alors dans ma cantonnade lorraine, elles sont au nombre de "moins que les doigts qu'on trouve sur les deux mains" ces boutiques...

Et elles ont toutes quelque chose de commun:

Elles se la racontent. C'est marrant de voir à quel point les boutiques avec leurs étagères, leurs cintres et leur sceau à parapluies, se sont misent à grave se la péter...
Alors c'est très simple, la boutique s'est mise à faire la gueule. Elle a commencé à imiter le rictus de De Niro, à plus dire bonjour alors qu'on a bien envie de lui faire marcher son commerce avec notre désir de Minnetonka et surtout à nous traiter comme des has-been. Ben un peu comme si on arrivait de Trifouillis-les-Oies avec encore de la paille entre la canine et l'incisive (post dentaire, hein???) et du jupon sale de gazon.
je me suis retrouvée souvent dans des situations vraiment drôles dans l'antre de la boutique. Même que des fois avec leur cire et leur cheveux qui brillent grâce à, je me disais que c'est la boutique qui avait tout bien plus compris que moi...

En même temps normal, la boutique de new generation elle porte un keffieh...

La boutique en plus du keffieh, elle sait prendre des risques commerciaux. Le saut dans le vide sans parachute même... Elle vend du Sandro et quand elle est en forme du Maje. Ouais... Clair.
Et pis mieux que ça, Nancy et ses boutiques ont été capables de vendre un enfant du pays et ses sacs en agroculture 12 ans après son succès partout ailleurs.
Parce que promouvoir la jeune création est un vrai défi pour la boutique.

Alors j'sais pas comment c'est possible de toujours choisir les mauvais modèles de Marc Jacobs, de n'avoir aucune friperie et de mettre que du Rykiel dans tous les magasins de sacs, mais le fait est que c'est bien la galère pour être tentée de dépenser tout l'argent dont on a besoin pour vivre mais qu'on préfère faire sa légère et tout claquer...

Même les H&M que je kiffe sont poucrav' dans ma cantonnade (mélange de 3 mots "canton", fastoche, ""contrée", pour le sens et "pommade", pour que ça glisse) et dès que je vais à Paris j'ai, l'impression d'être chez Balenciaga tellement il y a un gouffre... Serait-il possible que la boutique, en plus de se prendre bien trop au sérieux, n'ai aucun goût du risque?
Et pourtant j'adore ma ville. Elle est vraiment chouette, non, le problème c'est la boutique cette crâneuse...

...

...

...

La photo est colorée mais aussi du Cobrasnake. C'est donc pas une pote à moi sur la photo. D'abord parce qu'elle a 12 ans et surtout parce qu'aucune de mes potes ne porte dans les rayons d'Intersport du Jeremy Scott

Post à ras des pâquerettes, un peu incohérent, argumenté de rien, sûrement blindé de fautes, mais bon je suis fatiguée. Attention une fatigue assumée mais j'avais envie d'écrire et quand je suis fatiguée, ça saigne et ça cause... enfin ça saigne vite fait hein, j'ai fait encore ma fillette en sandalettes pour le sang... Pour la causerie en revanche, j'peux rien dire!!!

CONTINUER LA LECTURE

13.11.08

"OH BEN D'ACCORD..."





Extérieur / Jour.

1992.

Il fait pas vraiment beau... Mais un peu quand même. En même temps, à habiter dans l'est, on perd tous sens des réalités météorologiques...

5ème D. Ou C je sais plus trop...



Élodie elle a encore lavé ses cheveux... Alors ben comme on est au mois de novembre, elle a froid et pis ses cheveux ils gèlent... Enfin ses cheveux, ça, c'est si on regarde vite. Parce que des cheveux, même permanentés, qui ressemblent à du carton c'est rare quand même... Et ben Élodie, elle y arrive...
Elle se fait une sorte de coque avec sa frange qui repousse en plus... Elle croit que c'est beau je crois!
Et pis les garçons ils aiment bien la coque avec de la mousse dessus parce qu'en général, ça va avec les gros soutien-gorges et avec les bagues qu'on tourne à chaque doigt pour montrer qu'on est gêné et un peu troublé...

J'ai 12 ans et bientôt 13 et, regarder les filles faire des trucs de filles est très exotique pour mon œil de petit garçon manqué en jogging...
Quand moi je me demande quelles belles baskets je vais bien pouvoir mettre pour courir le plus vite au stade, alors que ok tout le monde s'en tape, elles, les filles qui mettent de la mousse dans leurs cheveux, elles ébauchent leur féminité. Elles tâtonnent de l'œstrogène... Pas idiot comme calcul, ça semble malin parce que ça me parait drôlement difficile de devenir une femme si t'es pas passé par le cap de la fille qui met du Vivelle Dop! Élodie elle est déjà dans le long terme... Mariage, labrador, pavillon avec un jardin qui a des belles haies devant et pis des enfants. Un garçon et après une fille. Comme ça le garçon il prend soin de sa sœur.



Et elle arrive pas à s'habiller toute seule, non, la fille pré-pubère elle a besoin d'avoir l'avis de sa copine Aurélie, et pis de Sophie pour devenir une fille... Ah et Laura aussi... Laura elle a failli oublier Laura.

C'est comme ça qu'un jour, à 8h03 elles se retrouvent toutes à se dire, en mâchouillant et se touchant les cheveux négligemment "Hé les filles, on se met en jupe demain..."
"Ah ouais qu'elles rétorquaient en cœur...Bonne idée"

Plissement de yeux chez moi...
Vague jalousie, parce que j'ai pas de jupe et que je me demande bien quel jogging pourra faire son petit effet, faire genre "habillé". Le Nike en nylon?? Ben le nylon ça brille un peu... Ça scintille de milles feux!




Intérieur / nuit

2008

Ça caille sa mère. Hier le ciel a fait son allumeuse. Il faisait genre beau et genre chaud. Aujourd'hui je me suis faite avoir par le ciel bleu. il fait -12°c.

Terminale L.... Ok je déconne. C'est drôle la blague de l'étudiante!!!




Mes copines ne s'appellent plus pareil. Adieu Élodie, Cindie et autre Valoche...
Ça, ça a changé. Mon goût pour le jogging pas. Comme mes embryons de réflexions sur l'opposition entre le concept de femme et celui de fille...

Mais mes copines, moi, la terre entière et même ma tante Lili on aime bien toutes s'habiller pareil. On se le dit pas forcément la veille, mais quand même on aime bien... On lit le Elle ou Biba ou Vogue si on veut du rêve... Et pis après on adapte. On aime bien être un peu original. Pour les garçons mais pas trop pour nos copines. On veut qu'on nous remarque mais ça on l'avouera jamais. Même si on nous fait des guilis sous les pieds ou dans la nuque mais ça, c'est pas forcément énervant... Ou ça énerve pas pareil en tous cas!!!

On aime bien être à la pointe de ce qui va se faire mais qui n'a pas encore eu le temps d'être harmonieux à l'œil... Mais le truc c'est que si ça pas encore été harmonieux, les autres, les gens ils se moquent parce qu'ils trouvent ça ridicule. C'est pour ça qu'on le fait toutes ensemble.
Quand t'as 13 ans tu demandes à tes copines de mettre un kilt pour pas être la seule à se faire peloter dans les couloirs trop grands du collège, et quand t'en as presque 30 (... 30 sa mère!!) c'est pour pas qu'on se moque...

Finalement le rapport c'est le même tout le temps...

Les photos ne sont pas de mon environnement, famille ou autre lien social, non il s'agit de Clémence, du vestiaire de Clé. La sœur de Jeanne...
J'aurai adoré avoir le goût suffisant pour ne pas mettre du Waïkiki, de l'Oxbow, du Z. Comme Clé quoi!!! Mais pas du tout en fait...
J'ai plein de photos où j'ai bien la honte...


CONTINUER LA LECTURE