DE L'ART DE LA LOOSE...

Le mascara mal mis. Celui qui donne l'air de s'être juste réveillé. Vite. Dans l'urgence. À cause du retard.
L'eye-liner même pas droit. Parce que c'est dur de le mettre pareil des deux côtés. Tant pis. Pas le courage de recommencer. Alors se dire que ça fragilise le regard. Et que c'est joli la fragilité.
La bouche mordue en guise de rouge à lèvres. À force d'aimer. À force d'embrasser. À force de se laisser aller. Et se passer la langue dessus, pour sentir l'odeur dedans. Encore. S'enivrer même.
Les cheveux emmêlés. Jamais tout bien rangés. Sauf la fois où on a tenté le lisseur et qu'on s'est pas reconnu dans le miroir. C'était pas beau. Parce que c'était pas ressemblant... Et pis ça demande un entretien les brushings, et j'ai jamais aimé ce qui était apprêté.
Les boucles de toutes façons, c'est farouche, et moi, j'aime que l'indiscipline.

Tâtonner. Pas savoir bien comment on doit faire.
Alors ne pas forcément faire bien. Parce que, mine de rien, la perfection c'est très surfait comme concept. Pas vouloir être irréprochable. Ni bien mise, ni tout le temps polie, encore moins aimable, faut pas déconner.
Se taire quand il faudrait parler. Parler quand je ferai mieux de la fermer. Faire tout le contraire de ce qu'on attend...
Être incorrecte. Jamais docile. Même sans raison, même si c'est ridicule. Parce que c'est très adolescent tout ça finalement. Jouer avec les contraires. Pas savoir faire les gâteaux, jouer aux jeux vidéos comme si ma vie en dépendait, même pas savoir faire un lit mais bien savoir le défaire , me battre mais pas fort et pas au visage, parce que ça fait peur...

Mettre une robe de princesse le dimanche matin. Préférer le jean's arraché et le débardeur blanc en soirée guindée. Pas pour faire genre j'suis trop cool et j'm'en tape. C'est juste que c'est comme ça. Et depuis que je suis petite...
Mettre de l'Adidas aux communions et de l'Hardy pour ramasser les salades dans le jardin de ma mamie. Pour qu'elle me crie, et qu'elle trouve que je suis "bizarre avec ces histoires de mode"....
Enfiler du coton troué, le savoir, mais le garder quand même.
Montrer son dos et son épaule. Le t-shirt qui dégouline parce qu'il est pas à la bonne taille. De toutes façons, je m'habille jamais à ma taille. Parce que ça tombe mieux en plus grand ou en plus petit.
Mais je préfère le plus grand quand même. Mais pas de partout. Choisir si c'est le haut ou le bas qui tombe un peu. pas envie de ressembler à... J'sais pas moi... À rien quoi.
Faire le plus souvent le strict minimum. Pas par feignasserie, mais trouver que c'est toujours plus joli sur moi. Épurer c'est aussi ne pas trop se tromper.

Être toujours à peu près, mais jamais tout à fait.
Il existe un art de la loose, comme il existe un art du bien mis.
La loose n'est pas moins travaillé que le bien mis. C'est certain, elle pense faire juste illusion la loose... Mais personne n'est dupe...

HEARTBEAT...

À 10 ans, j'ai eu ma première chaîne hi-fi. Belle. Une Philips. Avec une platine où on pouvait mettre 5 CD.
La classe quoi!
Les CD étaient encore chers. Sauf ceux de musique classique dans les supermarchés. C'est donc les premiers que j'ai eus.
Et il y a eu Chopin. Les poils de mes bras dressés par tant de grâce. Je savais pas pourquoi. Pas pourquoi mon coeur devenait si grand.
Et puis il y a eu REM. Le premier vrai CD que j'ai acheté... Avec mon argent de poche, chez France Loisirs... Glamour...
Tori Amos, Crucify.... Me and a gun... La même grâce. Les larmes dans mes yeux. Et je comprenais pas pourquoi... C'était bizarre...
Comme j'arrivais pas à savoir bien ce qui se passait en moi, j'ai simplement arrêté de chercher... Ca me prenait trop de temps, et j'avais déjà pas bien envie de le gaspiller , encore moins pour briser la magie.
California de Mylène Farmer (ouais je sais... pas de commentaire!), Bird Gerhl d'Anthony and the Johnsons, La nuit je mens de Bashung, Lauryn, Bob (pas Sinclar, l'autre...), Otis, Nina, Snoop... Même des fois où c'est pas fait pour faire grandir du coeur, moi, ça me rend tremblante... Et y en a plein d'autres qui me font trembler, pas la peine d'en faire l'inventaire...

Ce qui est rare, c'est qu'à la première écoute, je ris et je chiale (un peu je suis pas une fillette...) en même temps.
Ce qui est rare c'est d'arriver à ce moment où ça n'est plus le cerveau qui décide. Ce moment où seul le coeur parle, sans traduction. Comme un grand. Et j'adore subir ça de plein fouet... C'est un des trucs avec le chocolat, qui fait se sentir vivant... Même que le sentiment amoureux peut remballer ses gaules... Comment ça aigrie? Pfff.... Non c'est pas ça, c'est juste que... Ok aigrie!!!
Ouais je ne parle pas de mode. Ouais je fais genre j'essaie de créer de l'émotion...
Ouais mais je fais de mon mieux pour être à la hauteur de ma première écoute de Nneka... Et mon coeur, cette grosse feignasse, a pas forcément envie de traduire pour mon cerveau.
Sinon, petite précision de sale modasse, bien le t-shirt Nneka... Et tes cheveux Nneka... Ben c'est moi où en plus du reste, t'es magnifique... Comment ça tu lis pas mon blog et mon truc de groupie n'a aucun intérêt...
Casse délire Nneka...
LES INSPIRANTES...

L'autre jour je parlais avec mes amis J. aka Starsky et M. aka Méli-mélo...

Ils m'expliquent, devant mes yeux grand ouverts, qu'ils ont l'impression qu'il existe une autre mode dans les blogs. Une autre mode que celle que l'on voit dans la rue (à Nancy) et dans les magazines... Que les bloggueuses ne s'habillent pas comme les autres. Elles s'habillent pareil, mais entre elles... Il existerait donc une mode alternative nourrie d'errances webesques... Je m'interroge, je me concentre du mieux que je peux, et je m'apperçois qu'ils ont raison. Je ne leur dis pas tout de suite, j'ai une image de contrariante à tenir et je préfère faire comme si c'était envisageable... Pas plus que ça... Alors que, oh mon dieu, ils ont raison...

Balibulle elle a vu, elle aussi, ce mouvement de copitage intra-blogs...
La blogo elle aime pas ce qui est trop populaire. La blogo elle veut surtout pas être "fashion", faut pas déconner... Le trop populaire, elle veut pas y être associer... Ca risquerait de la tâcher... La blogo est snobinarde et même qu'elle aime bien ça... Et moi aussi, j'aime bien ça et je veux pas me tâcher!!! C'est pour ça que le très mode de la rue, elle l'aime plus, justement parce qu'elle est trop dans la rue.
Pour ce qui est des magazines, la bloggueuse elle aime bien les frusques qui s'y trouvent. Mais comme elle n'y a pas forcément accès, elle fait sans. Du moins, c'est son argent qui n'y a pas accès. Alors elle devient débrouillarde la bloggueuse.
C'est pour ça que vues de l'extérieur, les bloggueuses, on se ressemble toutes un peu. De loin. Et pis, et ça je vais pas le nier, on aime les mêmes choses au même moment. On se tente toutes mutuellement.
Quand une demoiselle arrive sur la blogosphère, elle est face à une multitude de tentations. Des choses plus abordables que ce qu'elle a pu voir dans le Vogue, alors des fois ça lui faire perdre la tête... Et je sais de quoi je parle...
Pour moi, c'est tout pareil...
En vrac:
Le foulard tchétchène largement pompé il y a quelques mois sur Alix.
Le flare, tous les foulards de toutes les formes, la marinière volés à Punky B.
Le t-shirt assumé en robe chez Lisa.
Les silhouettes vues chez Garance et Géraldine.
... Et je parle pas des autres...
Ah si tiens, y'en a une autre aussi qui m'inspire vachement depuis quelques temps...
Anne-So, aka Cachemire et soie... Alors autant avant je me regalais de ces posts, autant maintenant c'est aussi de ses tenues que je me gave...
Et c'est la dernière en liste que j'ai copité allègrement... Avec le Toutouyoutou... Celui de chez american Apparel. Celui qui coûte un peu cher pour ce qu'il est, mais j'ai pas pu resister... Le mien est gris...
Alors attention, moue boudeuse et insupportable (je préviens à chaque fois maintenant, pas de traîtrise pour ceux que ça irrite...)





Et s'il me plaît tant c'est aussi parce qu'il répond à une frustration que j'ai depuis plusieurs mois...
Je revendique le droit de ressembler à un tennisman allemand des 70's sans me faire traiter à tout bout de champ par des amis par très compréhensifs de la mode...
Ils font que se moquer... Leur nouvelle lubie étant de me dire que j'ai un faux air des The Mamas and The papas avec mes foulards...
Ah!
Ah!
Ah!
Mais qu'ils sont drôles mes potes... J'ai mal au ventre tellement je rigole... Peut-être je vais les larguer, comme ça je n'entendrai plus jamais leurs sarcasmes...
Alors exprès pour les énerver, j'en ai mis un à fleurs de foulard de babos...

Vous noterez également, pour les besoins de la photo, le réemploi du jean's sans forme... Que nous appellerons le jean's "à la va comme j'te pousse". Ni flare, ni droit, ni slim... Le jean's rien...
Sans oublier l'intervention, ô combien importante, de mon achat solde de la journée. Le débardeur H&M ample... Que nous appellerons le débardeur "qu'est pas à ma taille mais c'est ça qui est bon"...





Oui mes posts sont longs, mais je vous gave parce que je pars dans une semaine pour 2 mois. Et sûrement sans post... Ca fait de la lecture comme ça...


DES FOIS, LA MODE NE SERT STRICTEMENT À RIEN...


Revictime de novembrisme (ben quoi la déprime ça va et vient chez tout le monde, non?), mais en Juin juste pour faire ma contrariante, je passe en ce moment des journées... Comment dire... Poucraves... Crawouèdes... Que des mots qui n'existent pas mais si on se concentre 2 minutes, on voit bien où je veux en venir... C'est pas juanita banana en ce moment quoi!
Être une bloggueuse vaguement cyclothymique présente un certain nombres d'avantages... Mais pas que, sinon le DESS cyclothymie serait plus prisé que ce qu'il n'est jusqu'à maintenant...
Et quand ça va moyen, je pense plus aux autres... Les autres gens que moi qui doivent aussi passer par des phases "C'est où le gaz, qu'on en finisse?"
Ca m'a fait réfléchir au sens de ce que l'on porte... Au sens de ce que l'on porte quand c'est tout pourri dans sa tête...
Parce que, aimer se saper c'est dire aussi aux autres "avec cette jupe, j'ai un message sur mon moi du moment à vous faire passer". Ou encore, "si je mets ce joli foulard, c'est aussi parce que je veux vous dire qui je suis"...
La sape comme manière de faire comprendre aux autres qui on est, est un argument souvent utilisé. Et je crois que c'est assez vrai, même si ça n'est pas la seule raison...
Pour expliquer tout ça, prenons exemple sur cette merveilleuse journée que je viens de passer...

Je me lève... Je me vois... Whaou mais c'est extraordinaire... Sa mère, j'ai vraiment bonne mine... Bon je me recouche... Meilleur moyen pour ne pas recroiser mon reflet.
La cyclothymie enlève toute mesure de propos. Je sais en posant le pied par terre que rien n'ira aujourd'hui. Ni la tête, ni le froc, ni le coeur, ni l'objectivité, ni le t-shirt... Même la culotte en coton va me donner du fil à retorde. Bref, la journée commence bien.
Et quand je pense que je vais essayer de me maquiller pour essayer de faire genre "je suis pareille que d'hab!", ça me fatigue...

Avant quand ça n'allait pas, j'en faisais des caisses du look. Imaginant qu'il y paraîtrait encore moins, sauf que... Sauf que c'est pire... Comme quand tu te sens boudinée et pas à l'aise avec ton corps, alors tu rajoutes une couche, une autre et plein d'autres pour cacher... Alors que le meilleur moyen de cacher, je crois que c'est de montrer les failles. Parce qu'au bout du compte, les failles, c'est surtout nous qui les voyons. Les madames parfaites qui ne laissent jamais rien passer. Les madames qui se la jouent tolérantes avec les autres alors qu'elles sont tyranniques avec elles-mêmes...
Aujourd'hui j'ai pris le parti de pas cacher... j'ai pas lâcher les pilotes de la journée... Ouf y'avait du soleil... Et je me suis fringuée à "la va comme je te pousse".
- T-shirt blanc H&M déglingué, col V distendu.

- Jean's baggy reboulé pour montrer un peu de ma féminité de la journée... Ma féminité de la journée se résumant au bas de mes jambes... Oui, à mes chevilles voilà!!

- Cheveux mal peignés

- Converse basses, écrues... J'arrête pas de les mettre en ce moment... J'arrête vraiment pas, et j'ai bien peur que ça continue.

Je ne vais pas mentir, ça n'a rien changé à l'humeur de la journée, mais au moins je ne me suis pas sentie déguisée, ce qui était toujours ça de moins à porter...
Quand je suis en phase de novembrisme, je deviens transparente...
Ah oui, le novembrisme part aussi vite qu'il est arrivé, demain, je serai pailletée des yeux et du coeur... Promis!!!





LA FACILITÉ...



L'été est presque là. Du moins quand ça l'arrange.
Et l'été, c'est l'occasion pour tout un tas de jeunes filles de dévoiler leurs formes. Jolies ou pas d'ailleurs les formes.
Déballage de cuisse, de décolleté ras le nombril, de dos strié à coup de bretelles de soutien-gorge pas forcément du meilleur goût.
À la vue de toute cette chair, je me dis qu'on est pas toutes égales devant la féminité.
Ce post ne traitera pas de l'envie face à l'arrogance d'un sein galbé ou la fermeté d'une jambe aux attaches fines...
Non ce post va traiter de la pouf'.
Ca fait longtemps et ce phénomène continue à me fasciner...
Hier, fête de la musique. Et qui dit fête dit "j'ai qu'à m'endimancher"... Et c'est là que le traquenard commence.
La plupart des filles que j'ai vu hier étaient juste survulgos. Ca m'a donné mal à la tête tellement ça brillait de partout...
Alors j'ai vu:
- Une jeune fille de 16 ans avec une mini-jupe où, en guise de ceinture, on pouvait voir une paire de vraies menottes.
- Du mauvais lycra rose... Satiné avec de la dentelle sur le haut.
- Du collant chair... Mon dieu le collant chair, quelle invention bizarre!!!
- Des talons avec des femmes dessus qui n'arrivaient pas à faire illusion. Ca titubait, l'alcool aidant, parce que ça ne sait pas marcher avec les échasses de filles.
- Du ras le bonbon + décolleté qui ne laisse aucun doute sur les intentions de la demoiselle ( "bonjour, je suis une très grosse gourmande")+ des chaussures hautes en plastique... Si les 3 ensemble même pas peur!!!
- Du blanc moulant, collant, dégoulinant sur la peau. Le blanc est très difficile à rendre classe quand il est total sur la silhouette... Et là, pas l'ombre d'un embryon de classe.
- Du mauvais brunshing, de la moche ombre à paupière bleu irisé, des ongles tellement travaillés que tu peux même pas tenir un stylo, du crayon à lèvres marron, des strass sur les dents, les ongles et tout un tas d'autres choses...
Hier c'était plaisir des yeux. J'en ai pris plein les mirettes... C'est rien de le dire.

Chacun est libre de s'habiller comme il le veut. Je vois bien cependant que le phénomène se généralise. Il devient de plus en plus compliqué de voir un peu de simplicité, de classe, d'excentricité juste originale et pas forcément vulgaire.
La féminité devient évidente. Les filles choisissent le chemin du côté obscur... L'intention y est très claire. Pas forcément baiser avec tout ce qui passe, au moins allumer à coup de strass et de cul dévoilé. Et, au risque de passer pour une vieille conne, elles le font de plus en plus jeunes.
À 14 ans on a qu'à déjà être des supers grosses pétasses.
Oh ben oui ça c'est une sacrée bonne idée... Et pis les garçons ils aiment bien ça... Comme ça, ils savent où on veut en venir, pas la peine de rentrer dans une séduction légère avec un peu de mystère et de reparties bien placées, non, j'ai qu'à plutôt me balader les nibards et le cuissot à l'air. Et pis mettre des paillettes sur tout le reste.. Et hop là, on dirait une fée...

Alors je me dis que le choix de la pouf est la plus grande escroquerie de tous les temps. Les hommes n'ont plus besoin d'être machos, les femmes sont devenus les être les plus misogynes de la société... Elles se sabordent elles-mêmes avec leur connerie de vulgarité. Ca commence même à me gonfler vraiment... Parce que leur pétasserie est complètement vide de sens. Il ne s'agit pas de jouer et de détourner les codes existants de la féminité, non juste de se faire pecho ou de donner l'impression qu'on est offerte... Il n'y a ni humour ni intelligence dans ce choix... Juste de la feignantise.
La pétasse semble être la meilleure des alternatives pour la plupart des filles... Et pis, le garçon ne fait que l'encourager dans cette voie... Pas en la désirant pour un truc joli, juste en disant "ben oui, pour une nuit pourquoi pas!!!". Et je parle aussi de garçons intelligents, doux et réfléchis... Mais pour une nuit, nous aussi on peut bien arrêter de réfléchir et vouloir pecho Eve Angeli (c'est du vécu). Ce que je peux comprendre sans juger, mais j'y peux rien moi si la pétasse, elle me donne vraiment mal à la tête... Et pis merde si elle se mettait à plus parler cette pétasse et que je la découvre acerbe, je veux bien arrêter de la ramener, mais ça n'est pas encore arrivé...

Bon ben moi je vais mettre des tongs et un t-shirt en coton en me faisant une natte... Pas de Guess... Pas de strass... Pas de mauvais acrylique, pas de collant pourrave, pas de crayon marron autour de ma bouche... Juste moi...
DU BLEU...

Je regarde pour une énième fois Bienvenue à Gattaca. J'adore Bienvenue à Gattaca.
C'est parce que j'aime bien les films sur le futur sans excès de sabre-laser ou de taxi volant. Le futur est plus joli, lui aussi, quand il est sobre.
Bref, je sais qu'on s'en fout de ma préférence pour la sobriété temporelle, mais je vais venir à l'important... Important... Mmmh, dans ma réalité ça l'est...
Comme de par hasard, y a Jude Law dans le futur proche. Bon je vais pas faire le coup de l'insensibilité lawienne, ça ne serait pas crédible... Non, vraiment pas crédible.
Je regarde les yeux de Jude, tout en me concentrant sur le reste du film... Du mieux que je peux au moins.
Et c'est là que je vois les cernes. Ses cernes autour de ses yeux tout clairs. Et je me dis que c'est ça qui rend son regard épais. Pas épais genre avec trop de peau, plutôt épais de gravité.
Et c'est là que, toute prête que je suis, j'arrive sur la scène de ce post...
je suis comme Jude. Au moins des yeux, ce qui fait quand même un sacré point commun pour se marier. J'veux pas me marier, mais s'il est insistant, je serais être conciliante de l'alliance...
Je suis née avec des cernes. Et pas des moindres. Très bleu, depuis toujours. Même que ça fait presque pauvre gamine.
J'ai tout essayé.
En commençant par les sommeil

DE CHAQUE EXPLOSION DE RIRE...

La fois où mon papi a remonté son pantalon très haut sur son ventre et qu'il était tellement grotesque que je ne pouvais pratiquement plus respirer... Alors il en a rajouté des caisses. Et encore, et encore... Mon papi n'est pas subtil de la blague, question de génération. Il s'arrêtait pas, trop encouragé par mes spasmes. Les papis adorent faire rire les petites comme moi.

La fois où ma maman a imité une belle au bois dormant trashos. Une belle au bois dormant cherchant à se rendormir parce qu'elle découvrait son prince (que j'incarnais à la perfection, avec toute la subtilité d'une gamine de 7 ans..) qui ne convenait pas à ses critères. Ma maman énumérant tous mes défauts physiques, ma mauvaise haleine, ma timidité agaçante, et ma mine de nigaud, devant mon sourire hilare... Des "oups" de joie, des envies de me tordre tellement elle était drôle. Et tellement méchante... Presque j'en pleurais.



La fois où une grande blonde bien chatoyante de partout, déambulait dans la rue en mode Sharon. Elle vacillait même pas sur ses Choo. 13 cms au moins... Le genre de chatoyante qui donne envie de faire 22 cms de hauteur pour disparaître... Sa mère ce qu'elle était belle. Et pis je sais pas ce qu'il lui est arrivé, elle vacille pendant 1 seconde, perd son portable très cher avec des strass dessus et tord son pied. Elle glisse, tente de se raccrocher à la va comme je te pousse à tout ce qu'il y a autour.
Loupé chatoyante...
Je me suis assurée qu'elle n'avait pas mal. Assurer de loin, parce que je ne la connais pas la chatoyante, alors je ne vais pas aller lui faire du bouche à bouche dans la seconde... Après avoir vu que ça allait, je me suis pleurée dessus. De bon coeur. Franche du rictus largement motivée par les autres autour de moi. La chatoyante passée du mode Sharon au mode Keaton c'était trop beau pour ma jalousie de merde... Ma jalousie ne s'en est pas privée.

La fois où l'amoureux imitait Popeye. Il était pathétique de l'imitation mais moi je ne m'arrêtais pas de pouffer. Comme j'aimais tout chez l'amoureux, j'aimais aussi le pathétique. Et c'est ça qui me faisait l'aimer encore plus... Les larmes coulant sur l'oreiller parce que je préférais voir le faux Popeye dans mon lit... Le suppliant de recommencer à l'infini... Pour jamais s'arrêter de s'aimer. Et pour jamais s'arrêter de rire, parce qu'on savait que ça allait ensemble...




La fois où l'ami a raconté une énième blague pas forcément drôle. Mais comme c'était lui, ça l'était... Il ne m'en faut pas beaucoup quand il s'agit de lui. Il ne faut pas qu'il m'en donne beaucoup. Pas plus que ça... Et puis, de toutes façons, c'est déjà trop... Et le supplier d'arrêter parce que là je frôle la mort. C'est pas possible d'être aussi bien tout en ayant le ventre qui hurle à la tête de tout stopper parce que c'est beaucoup trop là!!

Ou cette fois avec Y. Et celle avec A. Oh non celle avec K.... Beaucoup de fois si je calcule bien. Tous les jours si la vie est jolie et généreuse...




J'ai 29 ans cette année.
Commence à voir apparaître des traits encore petits sur mon visage. Une sorte de moi mais en plus prononcé. Plus contrasté. Moins lisse... Et à deviner comment cela va évoluer, s'accentuer, se creuser.
Et des fois, j'aime pas trop... Parce que c'est bizarre de changer... Alors je me dis qu'un jour, ça m'arrivera peut-être de vouloir être plus "fraîche", de redevenir comme j'étais de la figure...
J'ai lu dans plusieurs blogs ( Café mode, Garance et Cachemire et soie) ces derniers temps que la question commençait à se poser...
Et je me la suis posée aussi. Incapable de dire vraiment ce qu'il en sera au moment voulu...

Ce dont je suis sure, ce soir, c'est que renier tous ces traits, ces rides qui apparaissent c'est dire à tous mes bonheurs, mes anxiétés, mes joies, mes larmes, mes amours, mes amis, ma mère et les autres, mes excès, mes travers, mes spasmes, mes passions qu'ils n'ont pas existés... Que je préfère faire comme s'ils ne m'avaient pas faite comme je suis et comme je m'apprête à devenir.
Que je leur disais qu'ils n'avaient jamais existés...
J'espère ne jamais leur faire ça, parce que merde, c'est un putain de taf de se construire un visage à coup d'éclats de bonheurs...

...

Je préfère ne pas mettre de titre, sinon je risque de virer indécente. Sachant que j'aime la facilité... Et que je vire vite lubrique, je préfère m'abstenir. De la tenue bordel!


Ca peut-être à cause de Lisa.
Ou la faute d'H&M et de ses t-shirts hybrides. Ni vraiment robes ni vraiment t-shirts.
Ou alors c'est mon impudeur la responsable de tout ce bordel. La faute à mon "j'm'en tape grave!". Mon "j'm'en tape grave" est une jolie conséquence de mon surmoi qui se relâche de plus en plus...

Bref le résultat de tous ces facteurs, c'est que j'ai passé tout l'hiver avec des t-shirts en guise de robe.
Autant dire que j'étais soulagée de la garde-robe, pas besoin de faire des milliards d'essais...
Sauf que, qui dit t-shirts, dit "jinguette".
Même si je n'ai pas eu de pneumonies, les regards environnants m'ont parfois donnée l'impression d'être... J'sais pas moi! Heu trop court. Un poil too much quoi!
Alors bon, moi, je suis une bonne gamine, si je sens que ça passe moyen dans ma jolie province, je renfile vite fait bien fait un jean's et je range mon impudeur dans le placard le plus près...
Ce que j'ai fait la plupart du temps... Mais pas que! Parce qu'en vrai, j'adore le court. Je ne suis pas pourvue d'attributs ultra explicites, ce qui me donne une liberté supplémentaire par rapport à d'autres filles... Ceci dit je trouve qu'on pourrait s'habiller court si on le veut. Et même si on explicitement très féminine. Surtout d'ailleurs... Mais par pitié, on en fait pas des caisses avec les seins tout à l'air et le talon très vertigineux... Un peu de mystère est le bienvenu, déjà que là on est pas à notre max de subtilité vestimentaire...
Je trouve le t-shirt un peu long vraiment joli sur l'opacité du collant. Pour ma part noir le collant, mais ça, c'est parce que je suis casual...

je sais que certaines bloggueuses, comme Mademoiselle c,ont souffert de remarques concernant leur joli boule (le boule c'est le cul en fait!) pas assez caché selon les critères bien-pensants, mais moi je dois avouer que je suis passée entre les gouttes... Surtout parce que je porte en permanence un ipod, ce qui m'évite d'entendre les conneries environnantes. Oui, je suis une sale misanthrope!!!
L'été arrivant, (à son rythme on est tous bien d'accord ... Feignasse!) je suis moins adepte de la robe qui n'en est pas une. Parce que ce que je réussis à faire les jambes cachées sous des collants, je n'ai pas l'audace de le faire sans.
Ca veut peut-être dire que je ne suis pas si impudique que ça... Ou que je suis une trouillarde... Ou que je suis complexée... Ou tout ensemble...
Mon dieu, je suis une vraie fille...

AYÉ...

Attention il va y avoir de la sape là...
Et aussi de la moue insupportable. Je dis surtout ça pour ceux qui n'en peuvent plus de mes crâneries incessantes. Ne lisez pas, ne regardez pas, vous risquez d'être énervés après.

Bon, je suis moins pauvre depuis 3 jours. C'est pas achat no-limit non plus, mais devant mes mois de diète imposés, ça ressemble, pour moi, à un shopping Paris Hilton. Oui enfin, le goût pour Guess, le rose en acrylique et les strass en moins.

Quand je ne pouvais m'acheter que des t-shirts H&M, je me demandais ce que j'aurai envie acheter quand je pourrai le faire.
2 choses en fait.
Pas 10 000, juste 2. Faire monter le désir, et pas que pour les sapes d'ailleurs, aide à être plus exigeant. Ca aide à se demander ce qui fera vraiment plaisir.
Brièvement, j'ai juste arrêté d'être une gogole de la consommation incapable de réfréner un seul de ses désirs sapestes.
Et une des 2 choses que je voulais c'était un joli blouson en cuir. Pour mettre en repos bien mérité mon skaï H&M qui n'en peut plus de me suivre partout depuis un an au moins. Il a fait de zèle le bougre. Toujours là dans les moments de doutes et d'aléas.
Évidemment je pensais avoir loupé le coche du perfecto... Et pis ben en fait, complètement raccord avec cette phrase, emblème de la modasse, "moitié victime moitié complice, comme tout le monde", j'ai fait l'acquisition d'un perfecto.
Il est tout mou, il dégouline, il est fripé. Il est approximatif. Et je le trouve juste superbe. Ca fait très longtemps que je n'ai pas acheté quelque chose dont je suis aussi contente. Ca doit être l'attente et la frustration qui ont jouées parfaitement leur rôle!





Il vient de chez Zara et autant dire qu'il a intérêt à tenir le coup plus que 2 semaines, parce que sinon, je vais aller péter les genoux des marchandes.

La deuxième chose que je veux, c'est des UGG. Oui une quatrième paire. Oui je lâche rien. Ben oui je trouve que c'est beau. Oui je pourrais varier. Ben oui mais je veux pas... Oh et pis c'est moi la chef!!!

Virée chez H&M aujourd'hui... Et v'là pas que je tombe sur lui... Avec 9 de ses copains... J'dis ça j'dis rien, mais je veux bien y aller pour celles qui ne le trouvent plus. Le fond n'est pas blanc comme celui qu'on a vu sur toute la blogo, mais plutôt gris-marron... Je redis "moitié victime blabla..."? Non parce que lui aussi j'avais l'impression de l'avoir trop vu et qu'il était donc hors de question que je l'achète... Oui bien sûr!!! Je m'énerve des fois...
Je suis qu'une nulle salement influençable...


Si vous n'êtes pas convaincus, il a d'autres qualités ce joli foulard qu'on peut porter nonchalamment autour de son joli cou... Mais plus en triangle sur le devant, juste pour varier!!!
Il fait de belles moustaches... Ou sourcils si on met les pompons plus haut. Ou sinon j'ai qu'à arrêter avec cette blague pourrave!

Oh, et pis chez C&A ils sont drôlement originaux avec leur cabas à paillettes tout droit sorti du cerveau de leurs stylistes... La classe...

SALE GOSSE...

Je suis désolée de poster comme une feignasse en ce moment...
Ca craint, je sais.
En plus, je vais revenir avec des achats, parce que la vie fait que je suis moins pauvre en ce moment... Donc le coup de la pauvreté assumée, je vais faire une courte pause...
Ca durera pas...
Bref, je viens demain, j'écris, je montre ma moue insupportable et hop roule ma poule...

Oui ce post aurait pu s'appeler "PAUVRE TEASING..." ou "PAUVRE FILLE QUI TEASE COMME ELLE PEUT" mais "SALE GOSSE", j'ai trouvé que c'était mieux pour la mise en valeur...
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger