WHITE ME...


Ça veut rien dire en anglais, on est bien d'accord.
La déferlante de dentelle qu'ils disent, mouais...
Je devrais m'en taper, parce que je suis pas trop dans le registre jeune fille en fleurs...
Mais quand on déménage, on retrouve des vieux collants H&M. Qu'on a eu dans plein de couleurs, mais qu'on a jeté. Sauf le blanc.
Mais ça va avec quoi le blanc?
Non parce que comme ça, sans rien d'autre qu'un léger Petit Bateau, ça le fait... Enfin ça fait surtout je suis à poil. Ou assimilé. Non, non je suis presqu'à poil!!!!
Mais dans la vraie vie??? Ouais je suis pas sure pour le collant blanc!
Ou alors c'est que je manque d'imagination...
SUR TON NEZ... ET POUR BIENTÔT...

Allez hop message modasse de la mort.

Ca fait combien d'années que Ray Ban a le quasi monopole des lunettes qui cartonnent?
Ca fait longtemps. La Pilote a ré-enclenché le processus bien que, de ce que je me souviens, Ray ban est toujours resté une valeur sure, sans faire des étincelles dans la mode. Mais la pilote est revenue et la Pilote c'est la paire parfaite.
Wayfarer après... En noire, rouge, blanc, bigoût, de vue avec ses verres transparents même (et surtout) quand t'as aucune faiblesse oculaire. La mode ne s'encombre pas de préoccupations physiologiques, elle s'en tape.

Alors à surfer, a reluquer ce qui s'est fait à Hyères, à NY, à londres, à Paris, on voit pointer le retour d'un autre modèle mythique. La clubmasters. De chez Ray Ban encore.



J'aime beaucoup ce modèle... Sur les autres surtout...
Je ne me vois pas porter ce modèle. Trop marqué. La Wayfarer l'est aussi, mais comme il y a eu Les Blues Brothers, je me suis largement inclinée. Hé ouais!!!

Non, pour une fois, c'est pas la Ray Ban que je sens revenir, c'est Oakley.
Plusieurs indices...
Attention, attention investigation.

1) Au début de l'été, un garçon qui a drôlement bien fait de se couper les cheveux, me parle d'un vieux modèle de chez Oakley qu'il a a envie d'avoir.
Au départ il faisait son mystérieux, genre "devine ce que je veux comme lunettes!", et moi, j'ai senti le coup et j'ai dit avec toute la malice qu'on me connait "mmmh, oakley".
Et lui "Ben ouais, les Frogskins!"
Et moi "j'les connais pas celle là..." mais ça je l'ai dit dans ma tête pour faire genre je sais tout!
Pourquoi la Frogskins???
D'abord parce que la mode elle fait que tourner sur elle-même et que ça fait belle lurette qu'elle ne se renouvelle plus vraiment.
Ensuite parce qu'Oakley, c'est un peu les meilleurs verres de le Terre pour ceux qui veulent de la lunette technique.
Et surtout parce que Oakley ça fait longtemps que c'est plus hype comme marque, et ça, c'est bien le signe que ça va revenir....

2) Parce que Colette ressort aussi ce modèle, et c'est là que je me dis que ceux qui savent se couper les cheveux au bon moment sont toujours plus au top de la hype que Colette...
Ben ouais...

3) Elles sont sold out sur la plupart des sites où je suis allée...
Ben ouais...






LE SICIDE....

Après ma première nuit passée dans ma maison, je me suis réveillée la tête comme il ne faudrait jamais.
L'insomnie me rend chiffon, grognon, oignon et caisson... C'est pas si facile à trouver les mots qui terminent par "on"... Ah si, "camion"... Comment j'ai pu oublier "camion"?
Je suis l'ombre esquissée de moi même. Vas y pas que je suis fatiguée, pire, stoïque face à l'agitation ambiante.... On peut même me vomir sur mes pompes tellement j'm'en carre... Ce qui est une image et en aucun cas à appliquer au pied de la lettre. Je remonte vite la pente et je pourrais péter 2 ou 3 genoux cagneux une fois que j'aurais dormi.

Donc,
comme j'étais en mode "j'en ai rin'à'fout' j'vais me sicider si ça continue comme ça..."
-"Pourquoi tu veux te suicider, parce qu'en fait c'est comme ça le vrai mot?
- Ben parce que j'ai dormi qu'à 6 heures et que c'est pas très bon pour le moral... En tous cas nettement moins que la Compagnie Créole...
- Mon Dieu que tu es drôle. C'est fou comme le manque de sommeil n'altère en rien ton esprit acerbe et ton humour devastateur..
-Connasse...
- ... Non mais c'est vrai, j'étais à deux doigts de faire pipi dans ma culotte en soie que j'ai payé les yeux de la tête, mais il faut ce qu'il faut si je veux être une bombe atomique qui se fait pecho...

Dépitée face au manque de dignité de mes amies et surtout face à leur trop grande lucidité face à mon drôlerie subtile, je l'ai largué. Sans aucun remord. Et attention je vais tenir au moins jusqu'à demain. Oui, je suis une sacrée tenace.

Dans mes périodes de sicidage, j'aime bien aller au cinéma. Voir des films remonteurs de moral.
Et y en a qui disent que "Be happy", ça c'est un sacré film de remontage de moral...
Alors j'ai dit banco.

La première demi-heure j'ai cru que j'allais sortir tellement elle m'énervait Poppy.
Poppy c'est l'héroïne agaçante. Mon dieu qu'elle hurle. Mon dieu que les hurlements c'est pas le mieux quand t'as pas dormi. Genre si elle avait été ma voisine de siège je lui aurais mis 3 kicks dans le nez...

(J'ai bien conscience de passer pour une fan de Bruce Lee dans ce post, mais je fais genre. Pour de vrai, je suis nulle de la bagarre.)

Et pis après, passé l'énervement je me suis mise à beaucoup l'aimer cette Poppy.
Et je pensais Carpe Diem, comme en seconde et que t'es con et que tu trouves que les adultes c'est des nuls qui comprennent trop rien à la vie.
Et j'arrêtais pas de me dire que c'était bien de prendre des risques aussi. Dire aux gens qu'on kiffe que vraiment ils nous troublent... Ca j'y arrive moyen, genre pas même... Je suis trop une nunuche, je préfère passer pour une mystérieuse.
Et pis je regardais Poppy et je me disais que même du look ça osait...
Si je vous jure.







Mais en mode 2008. Dentelle au collant, jean's neige, gros colliers en faux or très hip hop, de la couleur (plus c'est le drapeau gay...), bottes moches (personne n'est à l'abri d'une faille...)
Je ne vais pas mentir, ses sapes, son allure, c'est pas très beau. Pas harmonieux, sûrement pas élégant. mais j'aime qu'elle s'habille comme ça. Comme si elle avait 8 ans.

À 8 ans tu peux faire ce que tu veux, chasser le crocodile sur les passages cloutés, mettre des frites dans ton nez en regardant droit dans les yeux le monsieur avec son grand costume tout sombre, cracher des cacahuètes et les rattraper dans ta bouche du premier coup, mettre du rouge sur tes joues, des paillettes sur ton nez, oser le serre-tête qui clignote en journée, demander à la madame pourquoi elle fait une drôle de tête et que c'est pas très beau pour ceux qui sourient autour, mettre du rose avec de l'orange et du bleu et tout ça le même jour, faire des grimaces à ceux qui se la jouent adulte, croire que tu seras présidente de la république, sauter dans la boue et la prendre dans tes mains et l'étaler sur ton beau maillot que ta maman elle a acheté...

Et ben Poppy elle le fait... Et ça, c'est vachement plus élégant que la plus belle des robes de princesse...
Avec mon ami J. on veut établir une journée 8 ans. Comme pour la fête des mères, sauf que là, pendant 24 heures, les grands, ceux qui se disent adulte, ils feront tout ce qu'ils veulent, comme quand ils avaient 8 ans...
C'est pas la meilleure idée du siècle????

EN TOUTE HONNÊTETÉ...

En surfouillant sur mon blog (oui parce que le concept de "surfouillage" est plus léger que celui de "surfage". Le "surfage" implique l'air un peu grave, l'air qui donne plus vite que prévu la ride du lion, alors fatalement, je préfère l'autre...), on se dit que la mode, la mienne en tous cas, est vraiment trop sympa. Pas sympa genre elle déchire grave, non sympa genre légère... Et si c'est pas le cas, et que vous trouvez que je me la joue sérieuse de la sape, ça serait bien de ne pas trop la ramener sinon ça va foutre en l'air tout mon génialissime argumentaire. Donc on se la boucle! Et oui, pour ceux qui s'interrogeraient encore, c'est de la censure pure et dure... J'm'en fous pas mal de passer pour une dictatrice (la première soit dit en passant) qui dit quoi dire, quoi faire et surtout quand se taire.

Donc, si mon ton est léger (chut qu'est ce que j'ai dit!!! C'est pas possible d'être si peu disciplinée, c'est qui le patron??), c'est parce que ça me fait marrer la mode. Et ça tombe plutôt bien puisque si je faisais chialer à chaque fois que j'aligne 4 mots, ça serait tout de suite moins sympatoche... On m'avait dit revival 90's et comme moi je suis disciplinée, je commence mon revival par le vocabulaire. C'est aussi ça la hype.

Sauf que, et c'est là maintenant que l'argumentaire (ou plutôt le 3615 ma vie est juste trop géniale alors j'ai qu'à la raconter....) commence, mon rapport à la sape n'a pas toujours joyeux et vaporeux. Vaporeux comme un léger voile qui rend tout vraiment joli et agréable...

...

Une chic fille a eu 2 ans, autant dire que c'est une grande fille maintenant... Je la soupçonne même de rouler 2 ou 3 pelles à d'autres blogs, juste parce qu'elle est trop travaillée par les hormones.
Quand elle n'était encore qu'une petite chic fille, elle souffrait de plein de choses cette nunuche. Comme d'autres nunuches, elle avait un rapport hystérique au monde qui l'entourait.
Et quand on aime la mode , comme la chic fille, le meilleur moyen d'être hystérique, c'est d'être une bonne grosse compulsive...
Qui dit compulsion dit achats de sapes. Achat de beaucoup de sapes. L'important n'était pas l'argent qu'elle avait la chic fille, l'important était celui qu'elle n'avait pas et qu'elle dépensait.
Parce que la chic fille elle ne se sentait pas très bien, elle se sentait vide alors le plus important pour elle était de se remplir... Elle aurait pu choisir la boulimie ou l'héroïne, mais, par trouille, elle a préféré consommer à outrance, cherchant l'ivresse absolue mais ne trouvant à chaque fois que la nausée. La nausée du trop plein, la nausée de la mauvaise réponse à une question personnelle plus profonde qu'une longueur de jean's, la nausée à la vue de l'accumulation indécente de pulls ou assimilés, la nausée face à la stagnation de la tristesse et à l'augmentation du découvert, la nausée face à la victime dont elle était le propre bourreau, la nausée face au rien... La nausée de ne pas être à la hauteur. La nausée de me tromper chaque jour un peu plus...
La chic fille était une acheteuse compulsive, dépensant 5 fois plus que ce que son porte-monnaie lui permettait. Des belles choses elle en a eu, des qu'elle n'aurait jamais dû pouvoir s'acheter. Elle n'en avait que faire la chic fille des frontières sociales... L'important n'était pas d'être riche, l'important était de paraître riche...
Et ça a détruit plein de trucs en elle, lui enlevant jusqu'à la légèreté de la mode. Parce que potentiellement tout pouvait la faire rechuter alors il fallait faire gaffe. Même une banale balade chez H&M. Même l'achat d'un vulgaire stick à lèvres chez Sephora.
Et quand la chic fille est arrivée sur la blogosphère ça n'a pas arrangé ses bidons. C'est vrai, les choses y étaient plus abordables, mais il y en avait tant qu'elle en avait le tournis... Alors ça s'est accéléré... Et le découvert s'est creusé...

...

Et ça a ralentit. Il fallait batailler, il fallait faire genre qu'elle était plus forte que ça... Tout n'était pas facile pour la chic fille. Mais elle va nettement mieux. Alors c'est pour ça qu'elle est devenue excessive, cherchant sans cesse les limites. Elle est devenue radicale parce qu'elle n'avait pas le choix...

La chic fille a décidé d'exploiter cette faille dans son blog.
La chic fille a décidé de tenir une rubrique parce qu'elle va se radicaliser encore plus.
Parce qu'autant aller le plus loin possible. Et pis autant arrêter d'augmenter le PNB de la Suède... Et ça, ça vaut aussi pour l'Espagne...
La chic fille arrête de consommer. Plus de sapes pendant 6 mois. Ca va être tendax à mort, mais autant voir ce que ça fait vraiment. Comment ça fait d'aimer la mode et de l'aimer sur soi sans plus rien acheter. Même un pauvre t-shirt chez H&M.
Par "rien" j'entends nada... Vous pouvez pas comprendre c'est de l'espagnol...

... Ceci dit avoir été une compulsive présente un avantage certain, j'ai des sapes pour une vie. Voire 7.
... Ceci dit être une casual qui ne prends pratiquement plus de risques présente un avantage certain, peu de chances d'être démodée...

Ouais ça se la joue empirique par là...


ALEXANDER...

On le voit partout. On en parle partout. Alexander Wang est devenu le chouchou de ses demoiselles en mal de grungy. Et je fais allègrement partie de ses demoiselles même si lui et moi, on est pas encore amis à la hauteur de mes espérances.
Rapidement repéré, je me suis mise à attendre chacune de ses collections comme le messie. Ou assimilé.
Le jean's lacéré, le bermuda tranché et effiloché, le glitter à la bonne dose, du bonnet dégoulinant... Bref, je kiffe grave Alexandrer Wang.
C'est pas tant en créativité que je le trouve brillant ("brillant" "glitter", je m'y connais en lexique du "qui brille", hein?) mais surtout dans son art du loose élégant.
La mode d'Alexander Wang est débrailléee, mal finie, pas tout à fait en place. Sa mode c'est l'idée que je me fais de ma mode.
Sa mode irait très bien avec mes cheveux toujours mal peignés et mon mascara qui coule légèrement en fin de journée si je pouvais me l'offrir. Non parce que moi c'est la mode "pas tout à fait" que j'aime... Juste au cas où je n'aurais pas été assez relou sur le style loose que j'affectionne...

Et à NY, cette année, on a pu voir ça:






De la chemise en jean's délavé que ma mère fredonnant "Take on me" de Aha avec une paire de fausses Wayfarer n'aurait pas renié. Portée très large comme tout pareil que ma maman...

Du pull mal tricoté que ne renieraient pas les mains de ma grand-mère plus aussi habiles de l'aiguille... Mais j'adore les pulls que ma mamie me tricote...

Du sweat gris qui pourrait très bien être pris, de loin, pour un "Fruit of the loom"... Si si! Vite fait...

Et pis des choses plus "finies" que d'autres. Des choses que ni maman, ni ma mamie ne peuvent fabriquer. Et ben ces choses je les aime aussi...



Je crois que je ne suis pas la seule à avoir craqué sur cette robe,
Alexandra est relativement d'accord pour porter aussi cette "grande bleue 80's dress". C'est pas le vrai nom, c'est juste que je manque cruellement de créativité alors je suis allée au plus court.
Même si pour la porter avec distinction, il me parait indispensable de ne manger que des endives pour enlever le petit ventre un peu gros mais pas trop faut quand même pas déconner...

Et surtout, la vraie raison pour laquelle j'ai envie de pecho Alexander, c'est son attitude. Non mais plus cool que lui ça existe? Le t-shirt blanc, la bonne grosse basket, souvent le marcel... Et le sourire. Sa mère comme sa fraîcheur fait du bien...
Ca se voit que je ne suis qu'une groupie ou pas?

Les photos sont tirées de Style


OH HÉ....


Note pour plus tard : Quand j'aurai retrouvé un rythme de publication normal (quoi, ça fait 23 fois que je le dis et que je vends le concept de retour imminent tous les 4 jours ... "OH HÉ"!!! Voilà, en fait, c'est pour ça qu'il est fait ce "OH HÉ"... Me faire menaçante, vous faire flipper, parce que je ne veux rien entendre. Parce que je vais être ridicule de la défense surtout) arrêter mes titres à onomatopées, même moi ça me soûle.



Je sais bien que ça énerve tout le monde mes publications permanentes de post. Ca vous prend du temps pour me lire, pour y réfléchir et transcender le bordel. Oui parce que moi je poste que si je sais que ça va transcender derrière...
C'est pas de ma faute si je gâte du post moi... Je suis comme ça, une putain de philanthrope. Vous pourrez pas me refaire, je penserai à votre plaisir avant le mien...
Bon pour le vrai du vrai, il y a des raisons à cette feignasserie de web (et ouais je me justifie, sinon ça va traîter. Après je vais mal le prendre. Il est possible que je m'énerve comme toute personne gaulée en pleine mauvaise foi. Et si je me braque, on est pas à l'abri d'un beau gâchis).



D'abord emménager dans une maison avec que des pièces où on va pouvoir être toute seule, alors qu'on est à droite, à gauche, en travers, en biais et décalée depuis un an, ça fait un putain de changement.
(C'est le post du "putain". Des fois bien écrire c'est bien, mais alors dire des gros mots, c'est toujours bien...)
Même que je peux mettre en avant le numéro de Juillet 2007 de Jalouse sur mon étagère, alors que bon heu, techniquement, tout le monde s'en tamponne... Mais comme moi, non, et que je fais ce que je veux comme c'est chez moi, je peux même mettre, à tout moment, toute ma collection de UGG en exposition dans le salon avec une belle guirlande scintillante au-dessus pour les mettre encore plus en valeur et être sûr de ne plus jamais louper ces bottes en mouton retourné que je ne lâche décidément rien avec.
Je vous serine depuis un certain temps avec mon mauvais goût latent qui attend la moindre faiblesse de ma part pour resurgir et me faire acheter des masques vénitiens pailletés et trop colorés pour mettre dans mon couloir ( oui parce que j'ai un couloir, genre luxe quoi...), et bien là j'ai décidé d'épurer. Pas de prise de risque comme pour la sape. Je suis donc obligée de me concentrer, et ça ça prend du temps...
Mouais, c'est pourrave comme argument je suis d'accord!


Comme il y a eu un "d'abord" et bien il y a un "et" maintenant...
Et, donc, en plus, j'ai pas l'inspiration au plus haut en ce moment. Aujourd'hui non plus ceci dit, mais en écrivant, je me rends compte que ça va, que même si je blablate, j'écris et que j'aime ça... Comme avant...
Ce qui me fait dire, que je ne suis pas obligée de mettre la barre si haut et qu'il est temps d'arrêter d'écrire sur mon blog comme si je passais le bac. Il est vraiment temps de remettre de la légèreté dans tous ces html, parce que oh hé (oui je lâche rien à la référence du titre) c'est bien léger tout ça... Back in buisiness quoi! C'est de l'anglais, vous pouvez pas comprendre...

Enfin (bonne construction syntaxique, avec en 1) le "d'abord", en 2) le "et" et en 3) le "enfin....) je passe à l'aspect modasse du post, oui c'est bien en collant qui brille et qui a pas de pieds que je porte.
Y en a qui appelle ça autrement, mais moi j'aime bien le nom qui est trop long à sortir en société... Ca me rend gogole auprès de mon entourage, et ça, ça me fait bien taffer mon auto-dérision qui est ma plus chère compagne... Surtout en ce moment!
Et le sweat, vous avec vu... H&M s'associe avec des artistes depuis quelques saisons déjà... Et là j'ai adoré... Ben oui, le gris, les filles au regard de dépressive, et pis le col un peu loose...

Voilà... Oui j'aurai pas de mention très bien avec ce post, mais attention je décomplexe... Donc, on ne me fait pas un croche-pied virtuel dans ma course, parce que vu comme ça mes lapines, je redébute. Et je dois dire que ça m'excite beaucoup...


VANESSA QUI?


Aujourd'hui j'ai pris conscience. Conscience que j'étais complètement à la ramasse côté mode. Depuis plusieurs mois je suis à droite, à gauche, en travers, de biais, pas en place, débraillée de la vie.
Alors fatalement ce qui me plaît depuis si longtemps en prend un sérieux coup derrière les étiquettes.
Quand on chérit, il y a toujours des caps d'affection à passer. L'amour n'est pas chose linéaire. Il varie pour passer du cap de la passion à celui de la raison puis à celui de la vague indifférence.
Depuis des semaines je ne sais plus rien des évolutions du coton et de la soie.
Ne surfant plus sur les sites sur lesquels je pouvais voir ce que j'allais aimer porter dans les mois à venir, je ne m'y intéresse plus vraiment. Ou de loin.
En revanche, n'ayant pas arrêté l'égocentrisme décomplexé, je ne me prive pas d'essayages et de tentatives d'assemblage pour être la plus jolie possible. Bien que tout ça ne soit pas à la pointe de l'originalité, je garde le plaisir intact de m'habiller. Définitivement c'est important pour moi...
C'est juste que peu à peu ma feignasserie à pris le pouvoir. Et je me retrouve à ne plus être capable de m'inspirer de l'air ambiant, de la fraîcheur qui pointe le bout de son nez... Autant dire que pour écrire sur la mode, c'est loin de me faciliter la tâche...

J'avais oublié l'existence de Vanessa Bruno par exemple. C'est pas ma créatrice de la vie jusqu'à la mort qui déchire, mais c'est pas une raison pour l'oublier, si? Complètement zappée de mon esprit. Adieu, Lune, paillettes et robes en soie. La honte. Non sérieux, v'là la bloggueuse pourrave.

Ma vie dans les jours à venir va gagner en équilibre.
Canapé à la couleur choisie, lampe 70's que ma maman avait acheté avec mon papa quand ses cheveux étaient longs et raides, bel ordinateur intransigeant de l'écriture et trônant fièrement au coeur de mon salon... Mon salon... Lit où je vais me vautrer... Jusqu'à pas d'heure... je suis une fille à pas d'heure moi...
Immense salle de bain... Seul lieu où je tolère le girly, trop cernée par Benefit, Lush et autres baumes corporels pour faire autrement...
Et des armoires. Pleines. Complètes. Et tout y sera. Tous mes jean's, même les troués. Mes pulls, même ceux dont j'ai trop coupé le col emportée par ma fibre créative mais maladroite. Mes 2000 t-shirts tous pareils mais tous nécessaires. Mes chaussures, mes 15 paires de baskets que je vénère. Mes échasses hautes, hautes, hautes que je ne mets jamais mais que j'aime...
Mes sacs, même les vieux, même ceux de quand j'étais petite... Même celui en paille tellement petit que je peux même pas y mettre un yo-yo.
Et mes bandeaux aussi, les dorés, les vinyles, les tressés. Mes colliers que je ne mets plus.Tout y sera. Toutes mes choses dans un seul et même lieu. Le recentrage quoi!

Tout ce cinéma verbal pour vous dire que je déménage, ou plutôt que j'emménage. Mazette...
Les choses devraient donc rapidement rentrer dans l'ordre. Et ça, ça vaut aussi pour ce blog.
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger