LE MÂLE...ET LA FEMELLE...




Il y a deux ans, en matant l'émission de Fogiel sur la 3, j'ai découvert une actrice un peu particulière, qui venait faire la promo de son bouquin fraîchement sorti, La Voie Humide .
Cette fille c'est Coralie Trinh Thi, une ex-hardeuse reconvertie dans la littérature. Sa manière de parler m'intéresse, sur le coup, modérément, mais je ne sais pas, les passages que lit Fogiel à l'antenne eux, en revanche, me plaisent vachement.
L'interview est à charge, Fogiel s'emparant de ce qu'il estime être des failles, des éléments du bouquin qui ne sont moralement pas à son goût (la non utilisation des préservatifs par exemple... Mais comme c'est pas le propos, on s'en tape!), pourtant j'ai tout de suite envie de le lire.

Je suis rapidement allée acheter ce bouquin.
La taille déjà m'a surprise. Plus de 700 pages. Elle n'a pas 90 ans la Coralie, le nombre de pages semble suggérer qu'elle en a des choses à dire. Ou qu'elle meuble avec pas grand chose, mais ça, je ne le sais pas encore!

Bref...
Je me mets à lire La Voie Humide... Et je tourne les pages et je deviens avide de ses phrases et de son propos.
J'ai adoré ce livre.
C'est un des livres de ces dernières années qui m'a le plus marqué.
Son propos, le style, Coralie, sa vie, son regard sur l'humain, cette fille est positivement DIFFÉRENTE.
Ce qui me parlait le plus, c'était ce qui était le plus exotique pour moi et paradoxalement le plus intime.
Je la fais courte (mais je vous conseille très vivement de lire...):
Coralie, une fille lambda et son parcours dans le porno... Non, c'est pas ça... Coralie et la voie de la connaissance de soi qui (chaque chemin étant différent) est passée par le corps, l'esprit, le sexe. Oui, surtout le sexe.
La Voie Humide est un parcours initiatique. Savoir qui on est, savoir qui on aime, savoir comment s'affirmer dans le monde, le regard moral de la société, la place de l'individu entravé dans des règles qu'il n'a malheureusement pas choisies... La Voie Humide est un livre pluriel, riche et inattendu.

Le chemin charnel de l'auteur est TRÈS éloigné du mien pourtant ça me parlait.
Je découvrais ce qui se passait dans la tête d'une fille qui ne recherchait que la liberté à coup de films pornos et de photos à poil et cette fille, sous des tas d'abords, c'était moi. Les mêmes réflexions, les mêmes prises de conscience à l'exception qu'elle, elle était capable de les exprimer, de mettre des mots dessus.

En réfléchissant sur le thème de ce post, je ne sais pas pourquoi, ce livre m'est revenu en mémoire...

Je me demandais ce qui distinguait les gens lambda de ceux qui ont un gros modjo (i.e. fort pouvoir sexuel, gros charme, gros gros charme...).
Il y a quelques temps je m'interrogeais sur le sexy. À une époque, l'exemple de Fashiontoast, dans la blogosphère me paraissait le plus frappant... et puis finalement plus maintenant. Il y a quelque chose d'assez évident dans le sexy tel qu'on l'entend. On y trouve toujours les mêmes éléments:
- une bouche charnue entr'ouverte!
- La tête en biais...
- Une peau satinée et hâlée...
- Des cheveux longs qui volent au vent...
- Du court pour les vêtements, de l'évident pour la peau. De l'évident tout court!

Alors c'est bien, ça fonctionne, mais c'est sexy, pas plus. Il ne s'agit pas d'un état supérieur.
Les gens les plus hot ont quelque chose qui me frappe: même s'ils ont d'un genre, ils sont remplis de l'autre genre aussi. Une fille HOT a quelque chose de viril très présent en elle. Quant au mec il a cette dose de... fragilité toute assimilée, normalement, à l'état féminin.
Il y a du "transgenre" dans l'ultime modjo.
Il y a plus de transgenre que de perfection cutanée, de formes, de muscles saillants...

Mais finalement, est-ce du transgenre ou simplement de la liberté d'être, indépendamment des carcans imposés pour chaque genre?
C'est effectivement possible. Voir du viril chez une fille ou un sursaut de fragilité chez un homme, un vrai, sous-entendrait qu'être un sexe, c'est en adopter ses codes.
Grossièrement, la femme est tendre, rassurante, féminine et l'homme protecteur, intimidant et masculin...
Sauf que, ce ne sont pas les gênes qui imposent ça, c'est soi. Le rapport que l'on entretient avec son propre genre.
Rien ne dit, dans les doubles chromosomes XX, que les filles savent mieux nourrir leur famille que son double, le XY.
Adopter les codes c'est se soumettre sans chercher à se poser de questions sur qui on est vraiment.
C'est comme croire en Dieu parce qu'on nous a dit qu'il fallait le faire. Il ne s'agit pas d'un acte de foi, mais seulement de la fainéantise sociale.

Le modjo, plus que le mélange des sexes, c'est être libre, libéré de idées préconçues que l'on se fait de la beauté, de la féminité, de la masculinité, c'est juste être soi. Et être soi, c'est pluriel, mais ça nécessite de se poser de véritables questions, de s'inventer soi, sans copier.

Je vous embrasse...






ET BEN VOILÀ...





J'étais ultra motivée pour reprendre assidument les posts, les commentaires et le manque, parfois, d'inspiration...
Sauf que je suis malade!
Pas un truc bien grave, une connerie de rhume qui fait le malin dans mon nez et dans ma gorge, mais telle une digne descendante de John Locke, je le vaincrai... Mais avant, faut que je me repose...

Je vous fais part d'un peu de vracouille, parce que je ne suis cérébrale de rien aujourd'hui...

1) J'ai envie d'avoir un sac à dos trouvé en surplus militaire. Depuis que j'ai vu une série mode dans le Jalouse du mois dernier, je me dis que ça sera très joli... Avec les cheveux emmêlés. Il n y a des choses qui ne fonctionnent qu'avec une dose de négligé simulé... Et avec des bracelets turquoise... Je n'ai jamais aimé le turquoise... bizarre!!!

2) J'arrête le no-poo, c'est officiel. Je ne suis pas vraiment convaincue.
L'aspect doux ne me convient finalement pas. Et puis ça poisse vite... Et je n'ai pas l'habitude de devoir laver mes cheveux tous les quatre matins, ça me gonfle...
Il faut que je vous confie un truc:
mes cheveux n'ont pas toujours été comme ils le sont, il a fallu mélanger des paramètres pour aboutir à "ça". Mes cheveux étaient bouclés quand j'étais bébé, petiote aussi, ils se sont raidis en primaire, pour refriser à coup d'anglaises au collège. C'est la décoloration qui leur a donné cet aspect "j'fais du surf dans l'océan tout salé et je t'emmerde"! Mes cheveux sont SECS et c'est même leur qualité première je crois...

3) Je suis entrain de dévorer la sixième saison de Lost (je suis ultra téléphage en ce qui concerne les séries) et je suis impressionnée par la masse de travail que demande une série comme celle-ci. La qualité a ce truc qui fait qu'elle ouvre des perspectives dans tous les aspects de la vie, elle certifie que, hormis la grande qualité, le reste n'a pas trop lieu d'être... alors comme je suis fiévreuse, je raconte des conneries, c'est pas encore très clair dans ma tête, mais ça me fait dire qu'il faut fuir au maximum la médiocrité, elle ne devrait même pas avoir lieu d'être. Elle est inutile! Bref... Et c'est comme ça que j'envisage maintenant le travail, comme le mieux de soi!!

4) Mode ou pas mode, le sabot ne passera pas par moi. Faudrait pas voir à déconner!!!

5) Mode ou pas mode, le champ de fleurs cet été, passera par ma tigasse...

6) Mode ou pas mode, je vous embrasse avec la langue, je suis d'humeur gourmande...

7) Mettez une écharpe, on ne sait jamais...

8) La chanson c'est une vieille chanson de Teri Moïse (mais si "Dans les poèmes de Michelle, les enfants ont des ailes...") et s'il y a bien une chose que je trouve ultra-rassurante, c'est écouter de la musique qui correspond à un instant où tout ce qui nous pose problème, nous attriste, nous gonfle, n'existait pas encore... Mais nous, oui et on écoutait ça en braillant, et en se disant que c'était joli. Ça donne le sentiment qu'on existait déjà tel qu'on était et que ça va continuer... Oh ça va hein, c'est la fièvre!!!

OUÈJLAND....






"Oh lala...Fais la moue... Fais la moue j'ai dit! Rigole pas. Cache tes dents, on est pas là pour être léger!..."
Vous savez ce que j'aime le moins dans la mode?
Dans tous ses formats: celle des magazines, celle des blogs, celle des défilés et même celle de la vie??? C'est quand ça se la ouèj'!
La mode a une nette tendance à se prendre ultra au sérieux... La mode a une nette tendance à se la raconter... C'est même sûrement pour cette raison qu'elle énerve les néophytes. Voir Lady Gaga (par exemple) dans des tenues expérimentales se prendre pour une sorte d'artiste contemporaine, une Rembrandt des temps modernes, c'est sûr, ça donne envie de pouffer de rire pour celui qui ne voit pas bien où elle veut en venir avec son body couleur chair et ses collants scintillants de faux diamants.
Mais la mode c'est aussi ça.
Même quand elle fait de l'humour, on a le sentiment qu'elle le fait au premier degré...
Je m'y perds dans ces conneries...

C'est pas uniquement que ça m'énerve, non c'est que je ne m'y sens pas complètement à mon aise. Avant, à 18 ou 19 piges, tout armée de mon insouciance et de mon "j'm'enbranlisme", tout ça, je m'en tapais, je pouvais mettre n'importe quoi, tester, mais à l'heure d'internet, le côté arty et pointu de la fashion, grignote des tas de choses, dont la légèreté et ça, c'est très intimidant.
Tellement intimidant que j'ose moins qu'avant.

Le manque de distance créé un fossé entre ceux qui savent et qui osent et les autres qui, comme ils ne sont pas sûrs, n'osent jamais rien et restent en jeans.
Avant il n'y avait que la mode des magazines qui m'intimidait, mais vu le peu de chance que j'avais de la croiser dans la vraie vie, ça ne m'inquiétait pas beaucoup.
Sauf que maintenant, j'ai l'impression de devoir passer des tests tous les jours comme je me suis un jour avançait à dire que j'aime la "mode". Avec ce côté "ouèjland", la mode m'a un peu éloignée d'elle, elle a vexé ma légèreté vestimentaire. Je ne m'y retrouve plus beaucoup. La faute à Photoshop sur les filles normales qui nous les fait imaginer comme des cousines à Kate Moss, la fautes aux sapes qui coûtent des demi-Smic, la faut à tout ça qui ne ressemble pas trop à ma vie.
Y a tout le monde qui y est beau, bien plissé, le pore minime, le blush parfait, le tombé idéal, alors moi qu'est ce que je fais? Je m'habille comme une grosse gona m'imaginant tout simplement que je ne pourrais jamais tenir la distance...
Oui la mode, espèce de grosse crâneuse, c'est que de ta faute s'il m'arrive de me négliger.
Ah ça fait moins sa maligne... Je sais bien que c'est pas pour ça que tu t'es mise à exister,mais que veux-tu, les humains ils sont bien plus crâneurs que toi, il fallait pas s'attendre à autre chose que de l'ultra-sérieux dans la futile activité que tu es.

Je vous embrasse...

DEMAIN MON AMIE A 30 ANS...






Bonjour.
Excusez mon absence tout ce qu'il y a de plus injustifiée.

J'espère que vous allez bien, que vous n'êtes pas lasses du froid, de la neige qui se glace, de la lumière absente, de tous ces trucs qui fatiguent le corps et l'esprit...
Moi, perso, si j'ai mon mot à dire... Suis-je sotte, j'ai évidemment mon mot à dire, j'écris sur mon blog. Donc je disais, j'en ai un chouïa marre.

Si je ne suis pas là en ce moment, c'est parce que je reconsidère et mets en place ce que va être ma life, et, que je dois donc dire correctement au revoir à l'ancienne.
Alors je bosse pour mieux me barrer après. J'en aurai terminé ce samedi, et, je suis RAVIE...

C'est marrant de se dire que quelque chose qui a occupé une bonne partie de mon activité professionnelle, de mes vacances va prendre fin. Ceci dit, c'est vraiment enthousiasmant le changement, sinon ça sent la mort, et la mort, comme chacun sait c'est nul en plus d'être con.

Donc incessamment sous peu, je serai toute disponible pour ma nouvelle activité dont je vous reparlerai très vite. Dont je vous reparlerai quand il y aura vraiment matière en même temps...
Je vous ai déjà parlé de mon affection pour les livres de psycho? Tous? Même les plus saugrenus "change de vie en 10 minutes et deviens présidente du monde en 3 étapes..."? Non hein...
Je vous ai déjà montré comment je porte les cuissardes? Non hein?
Je vous ai déjà montré comme j'adore porter du fluo avec du violet même que je clignote tellement c'est exagéré? Non hein... Pareil...
Je vous ai déjà parlé de ces jours où je me sens un peu moche? Comme tout le monde peut-être? Hein?
On est pas encore revenu sur le no-poo...? Après 2 semaines, je ne suis pas très enthousiasmée par les résultats... Mouais, voilà ce que j'ai envie de dire pour le moment...
Et le lisse minute de Clarins? je n'en ai rien dit si je ne me trompe pas?
Et l'effroyable constat que j'ai fait? La mode, si je ne la racontais qu'avec des t-shirts blancs, c'est parce que j'étais feignante. Si si, une grosse feignasse qui se laissait aller à son image... Alors j'ai pensé au changement, à ce qu'il représentait et j'ai eu l'impression qu'à une toute petite échelle, la mode était une bonne représentation de l'image que j'avais, tout au fond, de moi.


J'ai beaucoup de choses à vous raconter...
Vous me manquez, mais le temps n'étant pas extensible, je privilégie le repos de Marie à l'activité de la Chic Fille...

Je vous embrasse... Fort...

NO-POO OU COMMENT T'ES TROP UNE GROSSE BONASSE DES CHEVEUX...





Excusez mon absence mais je suis en plein "Previously on Lost", et j'ai été très boulimique de la question...

Bon alors, le cheveux, combien de temps sans en dire un mot? Hein?

Il y a 3 semaines je vais chez le coiffeur pour refaire au mieux les racines de ma chevelure de californienne... Ne vous inquiétez de rien, comme d'hab, je vais vous vendre du rêve...

En 3 ans, je n'ai coupé mes cheveux que 2 fois, et encore, que les pointes... Autant vous dire qu'ils devraient être au niveau de la fin de mon tarp' ces cheveux... Non non, ils prennent leur temps. Ils ont passé les épaules et poussent, surtout, à l'horizontale, les bougres. Problème de volume, connais pas. N'ai jamais connu remarque...

Il faut savoir que des cheveux bouclés poussent plus lentement que les raides, mais là, c'est limite s'ils se foutent pas de ma gueule ces feignasses...

Ma coiffeuse, Virginie, la meilleure et la plus douce, me dit qu'il faut arrêter d'enlever que quelques cms tous les ans...

Non parce que moi je lui demandais:


"- Mais merde Virginie, c'est quoi ce délire, je vois bien qu'ils poussent, comme je reviens toutes les 5 semaines (et vas-y pas que je raconte bien ma life!) pour ma couleur...

- Ouais mais on a qu'à dire que tu les coupes plus souvent... Ils s'usent à force, ils frottent sur tes écharpes, bonnets, col de manteau, t-sh...

- Oui je vois... (En fait, je fais trop la belle avec les cheveux, genre je sais de quoi je parle, mais jamais je me suis dit que je pouvais les abîmer comme ça... Ben non, je mets l'huile la plus abominable pour l'écologie moi, de Palme, de Leonor Greyl, alors je sais de quoi je parle...) Je vais voir à être plus assidue!


En fait, c'est bizarre mais les choses les plus évidentes, je ne les ai pas assimilées. Pas pragmatique pour un sou.
Je me suis dit qu'il fallait que je fasse gaffe parce que mon rêve de cheveux est long comme une sirène. Bon attention, (comme si ça nécessitait une quelconque précision), je sais qu'ils sont longs quand même, mais là 3 ans quoi. 36 mois quoi!

J'avais vu chez Mademoiselle C une méthode qui consistait à laver en douceur les cheveux bouclés...
Le principe de base de n'importe quelle tignasse bouclée ou crépue, c'est qu'elle est plus sèche qu'une raide.
Cette méthode s'appelle NO-POO et elle a été créée par Lorraine Massey!
Un descriptif de la dite méthode se trouve sur ce site. Le plus étonnant, c'est que j'en avais jamais entendu parler avant que Mademoiselle C l'aborde sur son blog... J'ai même découvert une classification des cheveux bouclés genre 2a, 3b...
Bref...

Le gros du gros de cette méthode, c'est qu'on se lave les cheveux sans shampoing mais avec un après-shampoing exclusivement sans silicone.
Ça vaut pour les vraies boucles hein, je crois que les permanentes ça ne fonctionne pas puisque théoriquement, les cheveux ne sont pas vraiment bouclés.
Je me lance dans le no-poo, trop je suis une psychopathe!

"- Bonjour, je m'appelle Marie et j'arrête le shampoing.

- Bonjour Marie que s'écrient mes compatriotes très concernés par la question!"

Je vous tiendrai au courant (pour ceux qui s'intéressent aux questions capillairement existentielles, bien entendu...)
Et si Dieu veut, alors mes cheveux seront ceux d'une sirène et je pourrais me lancer dans des aventures charnelles où mes cheveux seront d'excellent artefacts.



PS: J'ai un petit service à vous demander.
J'ai vu ce manteau sur le site d' Adeline Rapon dont la photo est tirée, et je l'aime d'amour...

Il vient de chez H&M et je ne l'ai pas vu dans les magasins près de chez moi. Je n'ai jamais demandé ça, mais là, je sollicite votre œil de lynx, si vous le trouvez quelque part, et si ça ne vous pose pas de souci, je le veux bien en ... 38 c'est bien ça fait un peu loose.
Mon adresse mail c'est unechicfille@gmail.com.
Évidemment je paierai tout, faudrait pas déconner quand même...

Je vous embrasse les Gorgeous!


SI ET SEULEMENT SI LA MAISON EST HABITÉE...





J'adore Californication. Non, en fait, honnêteté bien ordonnée commençant par soi-même, je dois avouer que je surkiffe grave sa race Hank Moody aka, in the real life, David Duchovny...
Ce mec il pue la chatte. Hank il pue la chatte, pas David Duchovny dont on se tape complètement... Oh si on s'en tape! À quel moment, en regardant X files, on s'est mise à passer notre langue sur notre bouche pour marquer un désir ascendant? Réponse toute évidente, jamais ô grand jamais.
Fox Mulder on s'en fout, Hank, comment dire pour conserver toute décence lexicale?MMMHHH... Ah ben non, je n'y arrive pas.

En regardant la fin de la saison 3 de Californication, je me suis résignée, ai su être objective.
Voilà, j'aime bien les mecs comme Hank. Je ne sais pas si c'est un bon présage pour mon petit cœur, mais à quoi ça sert de continuer à chercher un apaisement coronaire quand finalement, ça n'est strictement pas mon truc.
Bon on est pas là pour parler de mes pulsions sentimentales et autres, non il y a une autre chose dont je voulais parler... Une chose liée au titre.
Le fait d'"Être habité".

Après avoir pris, il y a peu l'exemple de Columbo, essayons de dégager ce que cache l'attraction qu'exerce Hank Mody sur la gent féminine (je ne suis pas la seule, même vous, en couple, soyez honnête, il y a tout un tas de mecs, pas forcément beaux, qui vous font vraiment un truc...).

Alors je dois avoir 10 piges, je mate la télé avec maman et on tombe sur X files. On est attentive, pour une des premières fois, je regarde quelque chose que je ne comprends qu'à moitié et qui a une fin vaguement cryptique. Bref fin de l'épisode, je regarde maman et lui dis "j'ai rien compris", elle tourne la tête, sourit et je sais qu'elle non plus, elle n'a pas vu où ils voulaient en venir.
Et pis j'oublie. Fox, Dana, l'homme à la cigarette, X files ça a vieilli et ça n'effleure, même du bout des doigts, jamais la profondeur de Lost.

Il y a deux ans, je dévore la première saison de Californication et tombe en arrêt devant ce que dégage David Duchovny dans le rôle de cet écrivain dépravé qui sent la chatte au sens littéral du terme.
En vrai je ne sais pas pourquoi. Tout au début de la Chic Fille j'avais écrit ce post sur la corrida. J'y expliquais, en substance ce que ce spectacle avait provoqué en moi... J'adore les corridas et les vrais, les violentes, les sanglantes. J'aime ça alors que j'aimerais détester. J'aimerais respecter la vie de l'animal, j'aimerais ne pas être exaltée par le sang, le toréador. J'aimerai mais ce n'est pas le cas, ce spectacle m'électrise. C'est primitif, je n'y peux rien, ça parle à une partie de moi qui ne m'est pas immédiatement accessible. Elle n'est pas accessible comme ça, de prime abord, mais elle existe et elle est moi, comme le reste.

Hank c'est comme la corrida. C'est un concept ce personnage (vu qu'il existe pour de faux!), j'aimerais ne pas aimer ce qu'il fait, comment il est, sa trop grande légèreté, sa déchéance, son rapport aux nanas, j'aimerais, mais non, j'adore.
Vraiment j'adore. Ce personnage il a un vrai truc qui parle à la maman et à la putain qui sont dans chacune d'entre nous. Bref, de mon point de vue, il a tout compris.
Mais alors, pourquoi Duchovny, avant, il ne me faisait ni chaud ni froid?

La séduction, les étreintes, la peau, le souffle court, ça n'a rien, mais alors rien à voir avec la joliesse d'un visage ou d'un corps.
Il se trouve que la vraie différence entre Fox Mulder et Hank Moody, c'est que l'un est habité et l'autre l'est moins. Enfin si Mulder l'est mais avec les gugus de Mars, ça parle toute de suite moins à notre culotte ça! (le post Sexy Mother Fucker!!!!)
Et ça vaut pour tout ça.
Ces derniers temps je n'arrête pas de tomber sur des minettes et des minets vraiment jolis. Un corps de dingue, un visage pratiquement parfait, des cheveux d'ange, et... Et pis voilà. Rarement c'est habité. La joliesse est nettement plus commune que "l'habité".

C'est ça que Hank Moody réussit à faire. Il habite sa masculinité sans complexe ni remord... Quelque chose de l'ordre, encore une fois, du primitif...
Pourquoi aller à contre-sens?

Je vous embrasse mes beautés...



 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger