PLACE CARRIÈRE...



Quand Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain est sorti au cinéma, j'ai appris que Jean-Pierre Jeunet était nancéen.
Enfant, il allait avec ses potos place Carrière pour faire les 400 coups... Pas les 400 coups de Truffaut précisément, mais assimilé. Les 400 coups de quand t'es petit quoi!

_DSC0142
Il me reste un mois à vivre à Nancy.

J'y ai vécu plus de 10 ans.

J'ai adoré y vivre.

J'ai adoré aller à la fac de Lettres pour apprendre des tas de choses qui ne servent à rien dans la vraie vie mais qui font toujours leur petit effet en soirée.

J'ai adoré pouvoir aller quand je veux chez H&M et Zara... Finalement ma futilité aura eu raison de ma nostalgie... Se souvenir aussi de ça a un tout petit côté pathétique... Oh si tout de même.

J'ai adoré découvrir la bouffe japonaise, aller à la piscine le matin alors que par chez moi, c'était mission impossible.
J'ai adoré faire des cap's avec mes copains et les battre à plate couture.
J'ai adoré aller au cinoche tous les jours, à toutes les heures.
J'ai adoré marcher dans les rues pavées, sous la pluie la bouche ouverte, même si c'était ridicule.

Tout n'y est pas parfait, évidemment. Le temps y est pourri, y a pas l'océan, le grand amour de ma vie, mais c'était chouette quand même.
J'ai envie de voir autre chose, de voir ailleurs, mais il n'empêche, j'adore Nancy.

_DSC0080

Finis la chialerie tiède, parlons nippe.

Je porte du jeans, du jeans et tiens, oh, du jeans.

Mon blouson en jeans H&M que, vous avez vu, je ne quitte pas: 29,99 Euros.

Un jeans Wrangler (bien plus efficace que n'importe quelle marque branchouille qui fait des jeans depuis genre 2 ans et qui déjà se la raconte) acheté à Troyes dans l'Aube (glamour toujours... Non je ne parlerai jamais de NY mais bien de la province qui va bien!) dans un magasin d'usine: 39 Euros.

Un trench piqué à ma pote, acheté aux Emmaüs à 5 euros. Mais pour moi c'est encore moins cher. Ce que je l'ai payé? Un café soluble offert dans mon salon.

Un top Maje qu'Aurélia m'a donné.
0 + 0 = Ben ouais toujours la tête à ce con de Toto.

Mes boots. Ce sont des Zara que j'ai acheté l'été dernier à Toulouse. Ben ouais normal, j'avais un mariage, je devais m'endimanche des pieds...
Je ne porte ces boots que sous un jeans depuis 1 an.
C'est ce que j'appelle le concept PAS-DE-POMPE-POUR-MOI-MERCI

Je vais faire mon coming-out. J'en ai, dans l'ensemble, rien à foutre des pompes.
Des pompes de meuf en tous cas.
Et cacher mes boots sous mon jeans est une mini rébellion pour moi.
Dans mes rêves les plus fous, ces chaussures seraient des n.d.c. nettement plus classes.
En attendant je mets 79 Euros dans les Zara et tac, je patiente.
Les n.d.c. sont sublimes, déjà patinées (ben oui y en a certaines d'entre vous qui aiment les pompes neuves? Je suis une snob, je n'aime les pompes que quand elles sont ultra-déglinguées).

Vous avez déjà vu les boucles d'oreilles chez Mademoiselle Punky. Elles coûtent 4,95 Euros il me semble.

Le sac dans une couleur de denim extrêmement rebelle, qui ne va avec aucune autre, est un American Apparel. Il coûte 34 Euros et comme il ne va, théoriquement avec rien, je le mets avec tout!

_DSC0102

Et là, telle que vous me voyez, je transpire le naturel, place Carrière avec une tenue à 186,94 Euros pour mon dernier mois à Nancy.

_DSC0096

Je vous embrasse les zoulettes!

_DSC0097
dame

AVANT QUE L'OMBRE...



(Quoi d'autre que The Verve pour illustrer ce post... Il y a des musiques qui nous font nous sentir diablement vivants je trouve...)

Hier soir (ou hier nuit plutôt), j'ai vu un film tout pourri. J'adore les films tout pourris, regarder les navets avec délice est un talent que j'ai. Dans ce film, un homme apprenait qu'il avait un cancer. Stade 4 le cancer, autant dire, ça risque d'être tendu, il était donc urgent de se faire soigner.
Le jeune homme, en quête de sens, a peu envie de se faire hospitaliser dans l'immédiat.
Il part alors, à moto, sur les routes canadiennes en attendant d'être prêt et puis pour vivre aussi.

Du cucul la praloche à coup de carpe diem et autres évidences, je vous l'accorde!

Sauf que moi, y a des tas de choses que je veux faire avant de mourir.
C'est pas que je veux mourir dans l'instant, en revanche, je veux bien vivre et continuer à croire que je serais la personne que, enfant, j'avais planifié d'être. Pas parfaite, pas irréprochable, pas casée, pas sérieuse, non autre chose. Je sais pas quoi, mais en revanche, je sais clairement ce que je veux faire avant que l'ombre (kassdédi aux fans de Mylène Farler, ça va sans dire!).

✔ Apprendre à faire du piano. Avoir un prof particulier qui viendrait m'apprendre la dextérité des doigts et qui, sait-on jamais, saurait m'apprendre à jouer du Satie et si les Dieux sont cléments, du Rachmaninov comme si ça m'était parfaitement naturel.

✔ Galoper sur un cheval en Camargue. Avec de belles bottes, les cheveux en queue de cheval et l'immensité devant moi. Je sais à moitié monter à cheval, mais c'est pas ça qui arrêtera mes rêves d'enfant.

✔ Avoir le courage d'envoyer à des gens compétents le texte que je n'ai pas terminé d'écrire parce que forcément, je le trouve bancal, naze, cucul la praloche, trop évident, sans style, un peu fade même... Mais ça viendra la confiance. Ou la témérité, c'est au choix!

✔ Pas me marier. Et camper sur mes positions.

✔ Monter sur une scène pour chanter, même si c'est nul. Mais y croire à donf' en se prenant pour Madonna. Un karaoké pourrait éventuellement faire l'affaire.

✔ Prendre un café allongé sur une plage australienne, en regardant l'océan et me rassurer qu'au vu du monde et de sa grosseur, c'est bien d'être à ma taille. Ça me met moins la pression.

✔ Traverser l'Antarctique en chiens de traineau. Toute seule. Une petite préparation physique s'imposera peut-être, qui sait!

✔ Avoir une Lamborghini et tartiner sur des routes de campagne, les fenêtres ouvertes, avec mon amoureux et tous mes amis dans la remorque. Certes, la remorque risque de dénaturer la ligne de la voiture, mais à quoi ça sert une Lamborghini si on peut pas rigoler avec ses copains en se racontant des grosses histoires de cul. Bien grasses les histoires!

✔ Faire le marathon de New-York juste pour savoir que je suis capable. Un autre entraînement s'impose, si ça continue comme ça, je vais passer mon temps à préparer mon corps!

✔ Savoir faire du feu sans briquet, sans allumette, juste comme ça, avec un bâton et ma volonté.

✔ Vivre de ce que j'aime, avoir su travailler et être fière de ne rien devoir à personne.

✔ ...

Et puis tellement d'autres choses! Sûrement des choses que je n'imagine pas encore.

Vous avez des rêves impératifs vous???

Je vous embrasse, beau lundi.

La photo est de Sean Wilkin.


ON EST TOUS LE "CONFESSIONS INTIMES" DE QUELQU'UN...



Hier soir il y avait Confessions intimes sur TF1.
Autant le confesser immédiatement ("Confessions" et "confesser" à 3 mots l'un de l'autre, c'est beau comme du Ronsard! Ça me donne envie de chialer tiens!), j'adore, avec une légère honte tout de même, cette émission.
Même quand je ne regardais plus la télé, je ne regardais qu'elle. C'est donc peu dire!

On s'en tape me direz-vous, sauf que non, pas tant que ça.
Regarder cette émission avec la tête remplie de sarcasmes, m'a fait penser à quelque chose qui concerne la blogposphère mode.

Il y a une "polémique" ces derniers jours.
Mry s'est trop moqué de la blogueuse mode.
Il y est pas allé de main morte le saligaud me direz-vous!

Certes. Bon, ceci dit en lisant les coms réponses de ce blogueur, même si elles étaient amplement teintées de cynisme, perso, j'ai trouvé que c'était un tueur en répartie.
Oui, un peu de méchanceté, un peu de gratuité, mais je ne sais pas pourquoi, il me semblait que c'était un prix à payer.

Perso, j'aime la mode, les blogs mode, les soldes chez H&M et autres conneries vestimentaires, donc l'intérêt que j'y porte m'enlève tout cynisme et peut-être même toute objectivité.
Mais les autres?
Je lis systématiquement les mêmes réponses (légitimes ceci dit) face aux critiques dont est "victime" la blogueuse mode, "Si t'aimes pas, pourquoi t'en parles, pourquoi t'y retournes, ta gueule tiens! PS:Tu pues!"

Donc nous n'irions voir (ou il faudrait aller voir) sur internet que les choses pour lesquelles nous portons un intérêt majeur?

Revenons-en à Confessions Intimes.

Sujets d'hier soir:

- "Entre le tunning et ma meilleure amie, plus de place pour ma nana!"
- "Je suis catcheur et je kiffe et le reste j'm'en carre"
- "J'suis trop beau, je suis le prochain De Niro et je sais que vous avez trop les boules de me voir vivre, vous les moches!"
- "Je suis trop beau même si je fais qu'1m70 et que ma nana elle fait que chialer et que je suis incapable de la consoler dans mes gros gros pecs' ".

Autant dire du lourd, du classe, du distingué.
Je ne regarde Confessions Intimes que pour une seule raison.
Voir que ça existe. Voir que ces gens existent exerce une fascination sur moi que je ne m'explique pas. J'y ai donc renoncé. J'ai renoncé à comprendre le pourquoi, je n'ai pas renoncé à la regarder, ça va pas la tête!
Ah non pas que pour une raison, pour deux raisons. Celle-ci mais aussi pour me foutre de leur gueule!

Ma démarche de moquerie assumée ne se rapprocherait-elle pas d'une personne lambda qui tombe sur un blog mode et qui se dit "c'est quoi ces conneries, qu'est ce qu'elle fout la jambe pliée et la bouche sensuelle toute seule dans son salon... "?

Un peu finalement, même si derrière tout blogueur il y a un cœur qui bat (ça c'est au moins beau comme du Flaubert...) et qui aura de la peine.
Qui est la personne derrière ces photos de mode (ce qui est une réelle démarche narcissique, faudrait pas déconner en le niant. Je parle pour moi mais je ne vois pas comment il pourrait en être autrement!) n'est pas une question que se pose le moqueur.
Il s'en tamponne le coquillard comme dit mon papi.

Finalement, l'être humain qui se cache derrière la blogueuse ne devrait pas être atteinte par ça! Le moqueur ne s'adresse pas à elle perso, mais bien à elle en tant que blogueuse. Et oui, dans le prisme de son blog, sa démarche est un brin futile.
Ça, ça n'est pas dire que la fille est une bécasse. Et si ça veut bien dire cette chose, c'est pas si grave dans le fond. C'est forcément douloureux de se prendre au sérieux! Avoir de la distance, est une arme essentielle si on s'expose. Pourquoi? Parce qu'il y a des contreparties.

Prenons l'exemple de tuning-man d'hier soir.
Avec sa moustache et sa queue de cheval disgracieuse, dans me tête, je ne relativisais pas les conneries qu'il disait en supposant que dans le fond, il devait lire le Zarathoustra de Nietzsche avant de s'endormir ou qu'il s'émouvait en se plongeant de tout son cœur dans Belle du Seigneur sur la plage de Palavas Les Flots le 12 Juillet. Il a toujours été un juillettiste, il a toujours détesté prendre ses vacances en août.
C'est une facilité d'esprit pour moi, il ne peut pas être complexe vu qu'il met des pots Ninja sur sa 306.

Mes potos réfractaires à l'idée que je regarde Confessions intimes, me disent que c'est mal de se moquer...
Ma réponse est toute trouvée "Bien sûr que si, ils se mettent en scène à la télé, je fais donc ce que je veux avec leur exhibitionnisme".

En quoi est-ce différent pour le blog?
En rien dans le fond, c'est un risque à prendre.
Peu importe les raisons qui motivent une personne à se montrer sur un blog, il y a forcément un prix à payer, parce que nous sommes (les blogueuses mode), "les Confessions intimes" d'autres personnes.
Et les autres personnes elles font, comme nous. Elles se foutent de notre gueule!

Pas à moi Marie, mais à la Chic Fille. Et tant que je mélangeais Marie et la Chic Fille c'est sûr, ça m'était douloureux.
Bien sûr que les moqueurs ne me connaissent pas et a posteriori, je ne ressens pas le besoin de me justifier.

Suis-je claire?

Sais pas!

je vous embrasse et suis rentrée. À moi les réponses à vos coms et autres posts!

PS: C'est peut-être parce que j'ai toujours été fan de Mylène Farmer et que je me suis donc vite habituée à ce qu'on se foute de ma gueule...
_DSC0135
CHAUMONT, LE GLAMOUR ET UN COCA...





Je tenais tout d'abord à dire à la plupart de mes potes, que oui, je vous provoque aujourd'hui, en portant un débardeur tye & dye alors que tout le monde trouve ça vilain.
Au vu des photos que j'ai regardé, j'vous l'accorde, ça casse pas 3 pattes à un canard l'imprimé hautement javellisé.
Mais j'aime bien. Quand même.
Et puis de toutes façons, j'ai plutôt mauvais goût pour un tas de choses, rien de bien étonnant.

En fait, c'est pas mon look que je trouve intéressant (restons sérieux!), mais plutôt celui de Yassine. Vous allez me dire que je m'emballe pour pas grand chose, mais rien ne me fait plus plaisir qu'un mec avec un jeans et un t-shirt blanc. Je sais même pas pourquoi on voudrait autre chose et vraiment, je n'exagère pas. Rien n'arrive à la hauteur (même si j'aime le mec en costume, mais moins, nettement moins!).

Après il m'a piqué ma veste en jeans délavé, et là, en cet instant, c'était parfait. Un peu moulant, mais parfait. Un peu comme Hulk quand il s'énerve mais juste avant qu'il devienne tout vert. Pareil, mais en plus parfait!

_DSC0234

_DSC0231

Sinon, je porte un jeans de chez H&M, le modèle Boyfriend acheté il y a plusieurs mois à 39 euros.
Un débardeur Etam qui a au moins 5 ans, acheté en soldes, quelques euros. Moins de 5.
Des bottes achetées l'an passée en Italie, sur un marché, même si elles sont en agneau. La tenue ne leur rend pas justice, elles sont très jolies. 80 euros mais parce que j'ai marchandé. En italien. J'lui ai balancé un "Ciao bello" qui l'a cloué sur place. Il n'a pas demandé son reste. JBIIIMMMM l'italien!

La montre c'est une Lip qui marche plus mais c'est à mon papi. Et par pure affection pour l'histoire particulière de cette marque mais aussi pour mon papi, elle ne quittera pas mon poignet tout de suite.

_DSC0164
(NDLR: Ouais d'accord, je le conçois, je tente une semi-moue boudeuse, histoire de... Histoire de crâner bien évidemment!)

Je vous embrasse, je n'arrive pas du tout à répondre à vos commentaires ces derniers temps, je vous prie de m'excuser...
Tout rentrera dans l'ordre quand j'aurai mon ordi et serai moins speed!


LE SOLEIL...





Bonjour mes beautés.
Je poste comme une merde ces derniers temps, tant pis, qu'importe, au diable, "fligornettes" et autres saperlipopettes, mieux vaut l'envie à l'assiduité à tout prix!

Aujourd'hui, j'ai conduit.
( Et écrire un post après des jours de silence pour se la jouer "Turbo", pourquoi c'est donc faire?)
J'adore conduire, écouter des chansons pour chanter aussi fort que faux et, aujourd'hui, regarder le soleil.
La journée se terminait, le soleil faisait des heures sup' et le voir se coucher sur la route vosgienne m'a fait penser à quelque chose...

Le soleil rend tout joli. Les choses ne changent pas, ni les "montagnettes", ni les arbres touffus, ni le goudron sur la route, ni la voiture qui me colle beaucoup trop près du pare-choc, tout est strictement à la même place que quand il fait gris.

Mais aujourd'hui, tempête de ciel bleu et tout semble différent.
Tout semble plus beau, plus grand, plus inspirant, plus éveillé, plus fort.
La lumière...

A voir le soleil rendre les choses jolies et faciles, je me demandais bien s'il en serait de même pour la vie.
C'est la lumière, le prisme lumineux qui rendait tout joli, comme une sorte de point de vue, d'avis sur la question du monde. Le soleil, aujourd'hui, a donné son point de vue sur le monde et son point de vue m'a plu.

Je l'ai twitté il y a quelques temps, je voulais le partager avec vous, certains des acteurs de ma catharsis bloguesque, je vais mieux, tellement et ai pris le parti de dégager la colère et surtout la trouille.
Être enfin "excitée à l'idée de vivre, à l'idée de voir ce que tout ça va donner... Excitée par le futur, avoir hâte que les choses arrivent..."


Je suis cucul la praloche un peu là?

Ce week-end, a été un grand moment. La rencontre modèle-copine-bloggueuse-artisanat sexy-gâteau au chocolat-heartmade...

Je vous en reparle au plus vite, mais pas ce soir, à l'hôtel entre un traitement de photo et un doc sur Dennis Hopper.
Je crois que ce post n'est pas cohérent, qu'il est mal construit, mais je voulais tout de même faire un signe et remercier toutes les filles qui sont venues hier...

Allez je vous kiss, j'vous love!




I'M BACK...

Je suis revenue pour le week-end dans la ville de ce bon vieux Stanislas aka monsieur doigt en l'air (à part les nancéens, qui me comprend là?)

J'ai pas trop grand chose à raconter ni à montrer mais je ne traverse pas pour autant une énième crise blogguesque ("ouais tu sais j'sais pas? C'est un peu tout pourri le blog, mais je l'aime parce que je m'aime, mais je sais pas. Et pis la mode, c'est bien, mais ch'sais plus, c'est pas facile tu sais...").

Mais, et c'est là que ça devient intéressant, ce dimanche, y a des gonz' qui viennent à Nancy, pour faire leur Cindy Crawford avec le grain de beauté et la crinière chatoyante.
Ça va shooter de la laine sexy, ça va faire des moues boudeuses, ça va faire de la vidéo et pis après je vous montre tout ça!

Je vais m'arrêter là...

À ma décharge, j'ai pas encore regardé le dernier Lost, et là, mais juste pour ce soir, c'est bien plus important que blogguer!
Je mets pas de musique, ça serait presque du foutage de gueule, vu qu'il n'y a que 3,25 lignes dans ce post.

PS: Je poste à l'inverse de la blogosphère. Le week-end mais pas la semaine.
Si ça c'est pas être une grosse punk qui boit de la Kro sur la girly'rock'n'roll pupuce blogosphère, j'sais pas ce que c'est!

PS2: Je fais une tarte pour dimanche, donc là, ci-dessus, avec ce joli petit sous-pull bleu comme le ciel, je vous montre trois choses:

1) je sais cuisiner... LOL (sorry for lol, i'm a teen!) (NDLR: Si vous jetez un œil attentif, vous pourrez voir que je cuisine de la farine. De la farine et rien d'autre. Famille de pauvre tiens, ça me dégoûte!)

2) Et si je cuisine, ça veut donc dire que j'suis trop bonne à marier.

3) J'ai toujours eu un goût exquis pour les sous-pulls en acrylique 3 fils de luxe!

Dormez bien,
Faites pas de cauchemar,
Et faites de beaux rêves...
_DSC0105



DU RODARTE DANS LA RUE DU GRAND VERGER...





Et c'est reparti, là, telle que vous me voyez, je fais la belle devant une porte de garage, autant dire que je monte en grade, on est clairement plus du tout dans la même catégorie. Ça change de l'épicerie!

Après avoir tricoté toute la journée, je suis sortie pour prendre des photos.
Avant de faire régulièrement des photos, je croyais que c'était un truc fastoche qui nécessitait pas grand chose, maintenant, permettez moi de me raviser, c'est pas si fastoche que ça.

_DSC0080

Alors le prix de cette tenue, ça donne quoi?


✔ Je porte un slim gris de chez H&M, un peu grand pour moi que j'avais pécho aux Emmaüs de Nancy. 3 euros. 20 balles quoi! Qui parle encore en francs parce que, en ce qui me concerne, je suis trop une vieille de la monnaie? J'ai traité toute mon adolescence mes grands-parents qui parlaient en ancien franc, et je fais pareil.
Ce qui veut bien dire quelque chose! Sous un certain aspect, je suis une vieille!


✔ Un t-shirt H&M pour mec que j'avais shoppé à Paris il y a un an. Il est parfait parce qu'il est "beigeasse" très transparent et que ce type de haut, ça se porte forcément avec un soutien-gorge noir. Quoi d'autre en même temps!
Son prix 15 euros...


✔ Mon perfecto noir que je porte depuis 2 ans et demi très voire trop souvent. Acheté chez Zara, il est la perfection de perf (si on compte pas celui de chez Schott qui est une vraie tuerie mais que je ne peux pas encore l'acheter! Dieu que ce post est ultra futile!).

Il coûtait 119 euros mais je ne vais pas vous refaire le coup de par mois et par jour pour vous démontrer, que merde, j'ai finalement fait des économies en l'achetant.


✔ Des bottes achetées aux Puces, 40 euros je crois.
Je les mets presque jamais, même si je les aime. J'ai un vrai problème avec les pompes vintage (ou d'occas' si vous préférez), je les aime sur le moment mais ça me dégoûte un peu de mettre des pompes déjà portées par des inconnus!

✔ Une écharpe pompée sur le style de ma mère qui, comme je l'avais déjà dit, a tout fait comme Rodarte mais bien avant... Ce type de tricot est très efficace, facile, ça monte vite et tu peux mélanger tous les restes de pelotes...
Donc tadada...


_DSC0118


✔ Un vieux bandeau H&M que j'ai plus voulu, au départ, dans le genre vieux hip-hop et pas du tout genre hippie, mais bon... Voilà quoi! Pour le prix, c'est un peu une colle, ça fait 4 ans que je l'ai... Je dirais, 4,99!

_DSC0086

Donc total de la journée d'aujourd'hui; 181 euros et des schtroumpfs, ce qui est plus que la dernière fois, mais c'est amorti toutes ces petites choses, rien n'a moins de 2 ans dans cette tenue...

Et je porte toujours le vernis vert gazon qui devient un peu louche à force de ne pas être nickel!

_DSC0096

Je vous embrasse...


BONJOUR YANN, JE ME PRÉSENTE, MARIE... ET JE VEUX BIEN QUE MA MEAT SOIS LA TIENNE...





J'y vais, j'y vais pas, j'ai peur quand même alors je sais pas si je vais y aller!

Depuis que j'ai 17 ans, je suis hésitante en ce qui concerne le tatouage!
Autant le piercing, j'm'en carre, autant le tatouage a su survivre à mon état adolescent.
Dans un vieux post, je me posais déjà la question...


Rien ne s'est passé depuis, ma rencontre avec des tatoués, n'a rien arrangé à mon hésitation!
C'est l'idée de "toujours" qui me fait flipper...
Enfin que je pensais, parce que finalement, il y a un autre truc que je trouve très angoissant, c'est de savoir ce que je choisirais si... Qu'est ce que je choisirais de me faire tatouer si je me sentais prête et surtout si j'étais sûre de moi?

Je trouve ça hyper dur de trouver des mots, des symboles se représentant soi. Il faut avoir vachement de recul sur ce que l'on est... Oui je me pose des questions qui peuvent paraître "chochottes", mais merde tout de même!

Est-ce que l'on y met quelque chose qui nous tient à cœur (un portrait de Mylène Farmer, le visage de Tony Soprano quand il est dubitatif, un ballon de basket... Un fondant au chocolat Picard mais celui avec le caramel beurre salé au centre)? Non restons sérieux.



Est ce que l'on met un mot, une phrase qui a du sens pour nous! Mais pourquoi pas dans une autre langue que la sienne, pour rester mystérieux!

Mais une autre question se pose, qu'est ce qui me définit, qu'est ce qui a vraiment du sens pour moi? C'est pas comme si c'était fastoche comme question quand même. Et puis le tatouage n'a de sens qu'à l'instant T, dans deux mois, vu comme je sais être versatile, qu'en sera-t-il?



Ben j'en sais rien, hier un pote m'a parlé de Yann, le tatoueur québequois de "Your meat is mine" et j'adore.
Dans mes préoccupations, je n'avais jamais intégré que peut-être, je pouvais avoir un coup de cœur pour un tatoueur, pas un tatouage et sa symbolique, mais bien une personne et son univers. En se disant que ce que je suis, ce que je veux, pourraient se mêler à ce que lui a envie aussi...

Suis-je claire? (Essayez de dire cette phrase à l'oral, n'est pas si aisé!)




Il y a du détournement chez Yann (l'encre marine, symbole fort du tatouage, se mélangeant à un gugus un peu niais et des gribouillages), il y a des l'enfance, il y de la naïveté parfaitement maîtrisé et puis, il y a, je trouve, de la grâce.
Les tatouages de Yann me parlent vachement.
Je n'ai toujours pas pris de décision pour autant...



_DSC0077.JPG_effected-001

MIROIR MON BEAU MIROIR, DIS MOI QUE JE SUIS AU MOINS UN PEU BONNE...




Attention, il est tard, je ne me sentais pas en état de poster, mais j'avais un truc très important à faire avant de dormir... Il fallait que je me la crâne et si ça, c'est pas de la première importance, je ne vois pas ce qui peut bien l'être!

Aujourd'hui, une vraie dingue, j'ai déglingué H&M, j'ai dépensé trop, beaucoup trop... 23 euros! Ouais je sais c'est mal!

Bon j'y ai trouvé des lunettes de soleil que je cherchais depuis, genre, 2 ans. Je les avais vues sur une vieille photo de Mary-Kate Olsen (un nom qui sort du passé très lointain de ce blog...) pour le magazine Nylon.
Les siennes étaient bleues, mais "miroir mon beau miroir" exactement comme celles que j'ai shoppées chez H&M aujourd'hui!

Alors place au glamour, place à l'interphone dans mon couloir, place au rêve, place au comptoir EDF, place à la grâce, place à l'huile d'argan posée sur mes cheveux (vu que je les lave demain... Oh ce soir on est extrêmement profond du propos vous remarquerez...).

Des lunettes rose fluo, avec un miroir qu'on se voit dedans à la place des verres. Des lunettes de toute beauté et d'une toute délicate discrétion.
Des lunettes que tu peux tirer la langue sans que ça fasse nul (cf photo ci-dessus!).

Et des lunettes que si tu veux faire l'ingénue devant un garçon un peu fragile mais néanmoins viril et bien, tu peux aussi.

La preuve en image.

_DSC0087.JPG_effected

Alors j'ai clairement pas menti sur la marchandise!



Bon je vais me coucher.

PS: Le reflet dans mes lunettes n'est pas un cocotier des Caraïbes, mais bien ma pote qui s'improvise photographe... Je préférais préciser!!!

Dormez bien,
Faites pas de cauchemar et,
Faites de beaux rêves...


_DSC0161

EN TOUTE SIMPLICITÉ...





( Bon, par pur optimisme (rapport au fait que le soleil, cette feignasse, il se touche la zézette, trop longtemps ailleurs que chez nous!) et aussi parce que j'ai un paquet de goûts musicaux des plus aléatoires, zoukons mes amis... Mais zoukons love... Zoukons comme des Boyz II Men, zoukons avec classe et distinction... J'adore Slai et ça fait 8 ans que ça dure!!! Ouais, old school)

Le titre de ce post est bien évidemment une blague.
Restons sérieux, qui pose le bras plié en arrière, posé délicatement sur sa nuque?
Réponse collégiale, personne.
Sauf si, comme moi, vous aimez vous la ouèjer, mannequin d'épicerie.

Ouais toutes les conditions étaient optimums pour que je puisse vous vendre du rêve de malade.

1) Il a plu toute la journée à Nancy. Autant dire que le ciel était bleu mais en toute discrétion. On est pas vulgaire chez nous, on se fait discret en tout!

2) Il était 19 heures, la lumière était donc à son top de la quintessence (ouais, je sais que ça veut rien dire!) .

3) Juste devant une épicerie qui va fermer incessamment sous peu...

Et c'est là que je me suis dit "Oh mais dis, des photos ça serait classe, non? Sûre que je vais être trop belle de la mine!!!"

_DSC0168

Et voilà le travail...

TADADA!!!

Je ne vais pas arrêter de poster des photos de looks, je suis partie, je vais être endurante, c'est marrant et puis je suis sûre que je vais y gagner en goût!!!

Je vais faire un truc trop pas bien en France...

Je vais parler d'argent.

Chacun de mes looks sera détaillé du prix, comme ça on se rendra compte que le pas cher c'est pas forcément tout pourri.

_DSC0134

✔ Les pompes c'est des Minnetonkas. Achetées en 2008 je crois. 115 euros je pense. Donc un investissement de départ mais... Oui, mais j'ai dû les mettre 11 mois non stop.
Calcul: 115 ÷ (30 × 11) = 0,35 centimes par jour.
Alors ça fait moins les malignes, c'est pas si cher, même pas le prix d'un café...

Il paraît que la bottine indienne n'est plus à la mode... M'en fous j'aime toujours bien!

✔ Le jeans c'est un Gap, et j'l'ai pas payé. C'est Aurélia qui me l'a donné.

0 + 0 = Ben ouais, la tête à Toto, ni plus ni moins!

✔ Le tee-shirt, Zara, le lin de l'année dernière.
14, 90 Euros, je crois. Il est déglingué, le lin c'est bien t'as les seins moitié à l'air et, en plus, des trous qui poussent... Et sans gros pétard en plus! Oui oui, je suis sage moi!!!

_DSC0130

✔ Le blouson en jeans à peine visible, c'est un H&M. Bon ben là, vous êtes tranquille, je le mets un jour sur 3. Au moins. Avec du jeans d'une autre couleur, avec des joggings, des robes de princesse. Je l'ai acheté bleached usé... Et je l'aime d'un amour sans limite, vu que je suis décérébrée et que je préfère les nippes à l'art contemporain!
Il coûtait 29,90 euros. Mais vu que j'l'ai mis 4 milliards de jours, il coûte bien moins cher que ma consommation de pain journalière!!

✔ Le manteau en daim bordé de moumoutte des plus agréables. Tout est vrai, il n'est pas en skaï.
Trouvé dans un magasin d'usine Kookai en 2005.
J'l'ai payé 15 euros, je ne mens pas...
Très bon achat, même s'il est un chouïa grand, je ne le revendrai pour rien.

Les bracelets, j'les ai tous fait de mes mains avec des chutes de laine.
Le vernis, vu que je me lasse déjà du vert pâle dont j'ai parlé ici (qui soit dit en passant a la même couleur que les murs de mon salon... La honte!) , ersatz d'Essie acheté chez Claires, je mets un vert gazon. Carrément, acheté chez Sephora, pas cher, et qui tient bien en double couche...

Ce qui nous fait un total de 174,8 Euros pour la tenue complète.
Bon c'est pas si peu cher, mais on oublie pas que la plupart des choses de cette tenue sont vieilles comme Hérode et déjà amplement amorties.

Je vous embrasse...

_DSC0184

(Subtile dernière photo... Illustrer cette conclusion par ça, je crois qu'on est au top là!
)



(Toute sa vie, Madonna aura 30 ans, c'est bizarre quand même...)

MYTHOLOGIES...



( Deuxième production Guetta sur ce blog, les temps changent mes amis, ça sonne la fin du monde, c'est sûr...)

(Avant de repasser à la question, ô combien existentielle, de ce que ça veut dire de nous, on va revenir à du plus "léger"!)

Il m'a fallu du temps pour comprendre que la plupart des marques, hormis pour vendre du rêve, faisait essentiellement des défilés, pour vendre, a posteriori, des parfums...
Si si, il paraît.
Ô rage ô désespoir!

Je me suis mise à me demander quel avis j'avais réellement sur les marques.
Un avis de néophyte pure, ça va sans dire...
Genre qu'est ce que je pense de loin de Chanel, Dior et Cie.

Et finalement ça serait aussi intéressant que vous aussi, vous expliquiez ce que vous en pensez (non, je ne vais pas à la pêche aux commentaires, mais depuis quelques temps, je trouve que la Chic Fille entre dans une nouvelle ère. Vos coms deviennent pour le coup centraux et argumentent au mieux les sujets, ça développe et ça sort du cadre. Comme une sorte de réflexion collective! Je ne l'avais jamais perçu avant de manière aussi claire, mais j'aime cette idée qu'ici, même si c'est moi le patron, comme une sorte de chef de la rédaction (je kiffe me la raconter, c'est pas humain!), vous faites VRAIMENT partie du truc, au sens strict du terme. Blog terre d'échanges qu'ils disaient les autres, j'ai enfin compris pourquoi, il m'aura fallu 4 ans...)

Let's go... Et ça sera un grand bordel, de l'ultra luxe, du moins, du on s'en fout...

Dior

Bon avant toute chose, on va être sincère, sinon à quoi ça sert?
J'aime pas Dior.
Comme ça t'es tranquille! Je trouve que l'image véhiculée par les pubs et par la "Femme" Dior s'approche tout près tout près, de l'idée que je me fais de la pouf'.
J'aime pas les pubs Make-up (trop de nacres tue le nacre!), j'aime pas les sapes, j'aime pas les sacs, j'aime pas quoi...
Alors acheter Dior addict parce que Dior aura su me vendre du rêve? Non désolée, la "Femme" Dior, c'est pas moi, mais alors de rien...
(NDRL: Je ne peux pas m'acheter du dior, on est dans le fantasme pur, soyons clair!)

Chanel

Alors là, c'est toute autre chose. Même si Chanel ça ne parle pas directement à mon armoire, je ne comprends pas comment on peut ne pas aimer Chanel.
J'aime particulièrement Lagerfeld, son allure, son cynisme et surtout son subtil esprit! Tout me parle chez Chanel!
Les sapes, les sacs, le make-up (les palettes éphémères que j'ai au nombre de 5, les vernis qui sont de loin les plus pourris de tous les vernis, pire que les marques de Casino-Proxi. Ça a peut-être changé depuis mais alors le Rouge Noir de mon adolescence est un vrai truc super relou à appliquer, les 8 rouges à lèvres que je ne mets jamais, mais sait-on jamais!) . Fût un temps où j'achetais une ombre à paupière ou un rouge à lèvre Chanel à mes potes (les potes filles, restons sérieux!), je trouvais ça classe! Pas cher mais classe. je ne sais pas ce qu'il en est de vous, mais moi, quand je serai grande je serai une veste en tweed et un sac matelassé...

J'en veux pour preuve qu'à 15 ans je portais déjà le numéro 5.
Alors? Hein!

(Je referai des posts comme celui-ci, je trouve ça rigolo de voir le contraste entre ce que je pense, ce que vous pensez et ce que veut la marque!)

(Virement à 360°, plus le même standing)

Comptoir des Cotonniers

Alors au début, genre à 19 ans, je trouvais ça sympa Comptoir, c'était sobre, tu savais quoi trouver en y allant... De toutes façons, d'une saison à l'autre, c'était tout le temps les mêmes pièces, aucune chance de trouver une robe lacérée à coups de serpette...

Et pis, comme tout ce qui manque de surprise, j'ai changé petit à petit d'avis... Comptoir ça me fait chier comme marque, il doit y avoir des choses mignonnes dans le lot mais je n'y mets plus jamais les pieds, je trouve que rien, la com, les boutiques, les sapes n'a d'intérêt!!! Ça me fait presque pioncer!! Ça sent le dimanche après-midi de Novembre devant Drucker.
C'est mon avis hein...

The Kooples

On va encore dire que je traite par aigreur, mais alors là, pour le coup, j'en ai rien à taper d'avoir du The Kooples dans mon armoire.
L'image du couple, mais glamour, homo, hétéro, vieux, jeune, tout ça tout ça, si c'est fait pour ratisser large ça! Ceci dit, je crois que ça marche bien pour eux, non?
Le seul truc qui me turlupine (oui, oui...) c'est que la marque se la ouèj. Et c'est pour ça que je n'y vais pas. Je ne suis peut-être pas une cible de la dite marque mais leur système de com, que je trouve empreint du pire parisianisme (je ne suis pas anti-parisien entendons nous, loin de là!) me donne envie de plein de choses, mais pas de renter dans les boutiques. C'est con si ça se trouve c'est beau, si ça se trouve les vendeurs sont super sympatoches, mais j'sais pas, j'ai pas l'impression...

Isabel Marant... Étoile pour ma bourse (Ouais, ce post est rangé n'importe comment...)

Que les choses soient claires, c'est cher, tout le monde le porte, pas de changements transcendantaux d'une saison à l'autre... Mais j'aime Isabel Marant. D'abord parce que je l'aime elle. Pas d'amour sexué entendons nous, mais dés qu'elle s'est mise à vendre sur La Redoute il y a plus de 10 ans, j'ai acheté. Même une jupe et une tunique blanches avec des dessins de plein de trucs même des fers à repasser.
Pourtant à l'époque c'était pas aussi joli qu'aujourd'hui.
Oh j'avais même acheté les maillots de bain une pièce (2) sur le catalogue. Je ne mets jamais de maillot une pièce, c'est ridicule sur moi. Elle peut me faire acheter des conneries depuis longtemps. Sa discrétion aussi est responsable de mon affection, je la trouve honnête, travailleuse et talentueuse. Bon là, j'ai pas de thune, mais si... Vous voyez quoi!

To be continued... Comme dans Back to the Future...

Je vous embrasse...


vélo.jpg_effected

CE QUE ÇA VEUT DIRE DE NOUS...



Ça fait très longtemps que je retourne cette question dans tous les sens.
J'avais écrit déjà un semblant de post de 12 pages, mais impossible de remettre la main dessus.

Quitte à y aller franchement, allons y gaiement, longuement et par étape.

Ce que ça veut dire nous?
Qu'est-ce que le goût pour la mode veut dire de nous?


C'est un peu la question centrale après tout.
Je ne vais évidemment parler que de ma propre expérience, en ce qui concerne les autres, je n'en ai pas la moindre idée, mais je ne sais pas, j'ai le sentiment que pour un paquet d'entre vous, ça ne doit pas être hyper éloigné de ce que moi, j'ai vécu. À quelques détails près.

On va faire un peu de philo à ras des pâquerettes, mais ça va nous aider à dégager les points centraux.

1)

Dans le postulat de base, "ce que ça veut dire de nous", il faut d'abord dégager le verbe "dire". Il y a donc du langage dans le fait de s'habiller. Je m'habillerai pour dire quelque chose.
On ne va pas s'intéresser aux différents looks et ce qu'ils disent à notre place. On va essayer de s'intéresser à la globalité, i.e au fait d'aimer la mode, d'y passer du temps, d'essayer de se faire, dans ses propres goûts, la plus élégante possible...


Je vais revenir à mon point d'origine.

Je dois avoir 8 ans, je vais mon coucher. Demain c'est la rentrée en CE2. J'arrive dans une nouvelle école et j'ai un peu le tract. Je réfléchis à ce que je vais mettre, un sweat Poivre Blanc violet et vert (What else sa mère!), un 501 (Et ouais...) et des chaussures "masculines" mais moches.

J'ai trouvé à quoi je ressemblerai demain et je me vois déambuler dans la nouvelle cour avec une allure qui me plait. Ça me met en confiance.

Je pense aux sapes ce soir de septembre, parce que j'ai la trouille d'affronter un nouveau monde. J'ai de la prise sur mes sapes contrairement à d'autres trucs de mon environnement.
Cette prise est certainement le point central de mon goût pour les sapes mais aussi, plus tard, de ma compulsion!

Sans rentrer dans des détails enfantins, il se trouve que cette "bulle" dans laquelle je me plongeais chaque nuit, était extrêmement enveloppante pour moi, je vais le redire, mais c'est ce qui me rassurait le plus. Parce que dans le vêtement, il n y a pas de problème, il n y a que du plaisir.

Cette optique légère va m'aider à me construire: primaire, collège, lycée et même début de fac.

2)

Après il y a eu la compulsion...

3)

Après il y a eu le blog et donc la confrontation de ma "passion" à un social plus généralisé et surtout, inconnu.
La Chic Fille a rencontré des autres passionnés mais aussi certains qui ne comprenaient pas, voire méprisaient cette attirance pour la sape, H&M et l'onirique Chanel ou Alexander Wang.

Aimer la mode, c'est aussi, pour une bonne partie de gens, méprisable. C'est étonnant de voir à quel point aimer la peinture du 18ème, le rock indus ou la poterie est de toutes façons plus valorisant / flatteur qu'aimer la mode.

C'est en ça, je pense, que ça veut dire quelque chose...

Dire avec la mode, futile par essence, c'est dire à l'autre que j'aime quelque chose qui en plus d'être inutile révèle une certaine "pétasserie" de mon caractère.

Sauf dans le cas où le fait de se vêtir, s'apparente à une démarche "artistique" ou à une recherche plus profonde sur la question (dans le cadre de la blogosphère, je pense à des filles comme Tavi ou Suzy qui elles, ne sont que rarement perçues comme des dérives consuméristes ou égotiques, mais bien, toutes proportions gardées, comme des artistes!)
Les critiques à l'égard de la modasse sont relativement violentes pour quelque chose qui, finalement, n'a guère d'importance.

Dés qu'une bloggueuse influente est critiquée un tant soit peu, les autres hyènes se déchaînent pour commenter aussi et traiter gaiement et je ne pense pas qu'il ne s'agisse que d'un avis sur le caractère de la dite bloggueuse.
Aimer la mode, c'est sous un certain aspect, dire à l'autre, "je suis décérébrée, j'ai du temps à perdre dans ces conneries et conasseries qui n'intéressent certainement pas les gens sérieux, alors vas-y flagelle-moi, j'aime ça!".
Et c'est comme ça que ça se permet!

Alors là, je m'intéresse surtout à la blogosphère, mais on pourrait parler de la mode sous d'autres aspects. La blogo n'est qu'un prétexte pour ceux qui la méprisent (la mode) et pour moi dans ce post!

4)

Alors pourquoi la mode a-t-elle été, est et sera sûrement central dans ma manière d'appréhender le monde?

Pour une raison toute simple, parce que le monde est difficile et anxiogène. On a que très rarement prise sur les choses. Il faut s'adapter, renoncer, s'aplatir parfois, négocier souvent. Pas dans la mode, ici, malgré parfois ma timidité relative, j'y suis tout bonnement toute puissante.

J'y fais ce que je veux, elle permet de m'évader quand je sais que les lendemains ne chanteront pas du gospel.

Ça n'est pas un moyen d'expression pour moi, de toutes façons la plupart des gens ne voient pas d'excentricité chez moi, donc ça ne les heurte plus, en revanche, ça me soulage comme ça soulageait mon tract en primaire. Je sais à quoi je peux ressembler même si je ne sais pas ce à quoi le monde va ressembler demain, c'est donc un début, comme une béquille sociale.

Je suis très intéressée de connaître votre avis sur la question et surtout que vous expliquiez, si vous avez le temps (on est pas des bêtes), le pourquoi de votre affection pour la mode! Pourquoi vous vous l'aimez, pourquoi vous occupe-t-elle vos après-midi déprime, pourquoi voir les nouveautés sur Asos et Topshop vous procure tant de plaisir?

Je n'en ai pas fini avec cette question, ça n'est que le début et j'ai besoin de vous et de vos mots pour élargir le propos.

Je vous embrasse...
arène 2

LES GENS JE VOUS PRÉSENTE MAMAN, MAMAN JE TE PRÉSENTE LES GENS...





( Le dernier Cocorosie est sorti... Joie et félicité, tac, tac, je frappe des mains et cogne des petons sur le plancher...)

Je vous ai parlé, dans ce post de certaines photos de l'adolescence de ma maman qui m'avaient:

✔ Vachement émues.
✔ Et inspirées.

Maman a 14 ans, 15 au plus... J'adore ces photos... (Et me ferai donc peu bavarde dans ce post...)


bateau

Elle est fraîchement pubère que déjà elle met des jeans qui remontent sur sa taille...

maman chapeau

Elle ne lâche rien. En 73 ou en 74, on n'avait sûrement pas 345 pantalons dont on pouvait se lasser. La jeunesse avait tout intérêt à réinterpréter le patte d'éph'.

robette

Des fois, c'était plutôt robe. Ma mère se souvient que celle-ci, la noire boutonnée sur le devant, venait de chez Etam. Ouais ouais... Et je ne parlerai certainement pas du panier qui est le sac estival le plus efficace qui existe, puisque vous le savez déjà!

maman maillot

Point d'Erès à l'horizon...

maman lunette

Mais de la moto à gogo (Oui "à gogo", on est bien d'accord, j'étais pas obligée...)!

moto

mooto


Ce qui est bien, c'est qu'immédiatement, elle m'a transmis sa grâce...

tortue

(Ouais ouais, j'ai 3 dents, classe...)

Bon peut-être pas dans l'immédiat, mais vite quand même. La marinière et moi c'est AMPTSDMOVADMPLE (Amour pour toujours sans divorce mais on va attendre 2 minutes pour les enfants!) et pis à l'époque, même pas peur du premier degré avec le chapeau de marin!!!

marin

Je vous embrasse les rock'n'roll pupuces!

CONTINUITÉ...




Dans mon dernier post, j'ai trouvé un com de Poppy 51 intéressant.

Elle met le doigt sur un point que j'ai survolé dans la réflexion sur le complexe et qui est peut-être fondamental!


Pourquoi une personne, en l'occurrence une femme qui m'est a priori chère, se permet de se faire violente du propos, sans me prendre en compte dans mes failles et dans mes fragilités? En d'autres termes, pourquoi a-t-elle abandonné la délicatesse au profit d'autre chose dans nos échanges? Et par extension pourquoi cela a-t-il pris autant de sérieux dans ma tête?


✔ Nous savons tous nous adresser aux gens que nous aimons, j'entends nous adresser à telle ou telle personne, le mieux possible.

Je ne parle pas à ma mère, à ma pote, à mon mec de la même manière. Je les connais aussi dans leurs limites intimes et leurs complexes, donc sauf dans certains moments de cruauté gratuite (type engueulades avec mon mec), je m'adresse à eux de la manière la plus délicate possible.
Ça, ça vaut s'il n y a pas d'enjeu, mais parfois, il y en a. À 30 ans on est loin d'avoir abandonné les enjeux de pouvoir, de territoire ou de séduction primaire, bref, on est loin, très loin d'avoir réglé nos propres enjeux egotiques et l'autre, comme souvent, prend...

La personne qui m'a dit cela n'a pas que des motivations nulles à mon égard, sinon je ne l'aurais pas aimé comme ça a été le cas, en revanche, elle était aussi ça.

La parole de l'autre, dans ce cas de figure ou comme dans certains de vos témoignages (la violence de ce qu'a vécu récemment Flux, que j'ai plus ou moins aussi vécu, en est un parfait exemple), n'a de valeur que si déjà, nous avons un terrain propice à l'entendre.

Je m'explique, si cette même personne s'était adressée à moi en me disant que mes cheveux étaient rachitiques du bulbe (restons sérieux!), je l'aurais juste prise pour une débile, rien de plus. Et je suis sûre qu'à aucun moment, cette critique aussi gratuite et naze soit-elle, ne m'aurait atteinte. Elle aurait glissé, je ne m'en serais pas souvenue et je n'aurais sûrement pas fait un décollement de racines (NDLR: un décollement de racines est un acte capillaire consistant à soulever les racines des cheveux pour créer une sorte de volume artificiel... J'espère que cela ne se pratique plus depuis 1991, sinon... Sinon c'est la merde!)

Ça c'était la première chose. Si cela résonne en nous c'est que, matraquée par une éducation culpabilisante toute judéo-chrétienne, j'étais très propice à entendre ce genre de conneries, à l'intégrer et à le mettre dans mon système d'auto-appréciation. Il est devenu mien, comme si c'était normal et surtout vrai.

✔ Il y a un autre élément important (bienvenue dans ma tête ;-)), c'est que la fille n'est pas que bienveillance pour ses congénères. C'est un lieu commun qu'on tente de modérer en disant que si, c'est trop cool les filles entre elles, mais encore une fois, restons sérieux, je suis une fille, et ça n'est pas que ça.
En revanche, ça n'est pas que de la faute à nos chromosomes, dont celui "langue de putas", c'est certain.

Les filles jugent, je dis cela sans misogynie ni généralisation, mais cela est plutôt vrai! Les mecs, parce qu'ils ont moins d'enjeux sociaux à jouer, sont nettement plus décontractes sur la question. Ce n'est pas le genre qui veut ça, c'est la place que le genre occupe dans la société qui veut ça. Un rôle qui va à tout le monde et qui permet de tout garder en place.

Je tolère qu'une femme me dise cela, pire, je considère que cela fait partie de mon fardeau.
Je suis une nana, j'ai fait des études mais je suis encore, dans mon cortex, une femelle, qui doit payer son prix, comme toutes les autres. On peut me regarder et m'envisager comme de la viande. Une partie de moi l'accepte tandis que l'autre se révolte en vomissant (gracieux...)

✔ Le troisième point (c'est dimanche, on a le temps et pis je vais arrêter de me limiter à un nombre de mots, par peur de faire trop long, c'est comme ça, moi je cause!) c'est le procés d'intention. J'ai fait de la rhétorique à la fac, j'adorais ça. On a étudié les Liaisons dangereuses de Laclos pour repérer tout un tas de figures de rhétorique et les analyser.
Donc le procés d'intention c'est le fait d'analyser la valeur d'une action d'une personne qu'en fonction de ses actes et pensées antérieures.

Par exemple, Maurice est infidèle ( Dans les Liaisons dangereuses, on peut remplacer le nom de Maurice par celui, beaucoup plus classe, de Valmont), il l'a toujours était. Ginger, sa femme apprend de la bouche d'un tiers que Maurice l'a trompé et qu'il ne fallait pas s'attendre à mieux vu qu'il l'a déjà fait moult. Ginger a déjà un doute très orienté mais demande la vérité à Maurice par acquis de conscience, même si elle a déjà la réponse dans son cœur. Ce pauvre Maurice, innocent pour le coup, est victime de son passé et se fait larguer comme une merde.

Le procès d'intention marche, bien évidemment à l'inverse. Comment une personne qui a toujours été bienveillante, intéressante et tendre, pourrait-elle me dire "elles sont moches tes jambes", si cela n'était pas vrai?
Une personne bonne pour moi, depuis toujours ne peut pas avoir de mots mauvais, tout simplement... Voilà tout simplement ce que je me suis dit.

Et c'est comme ça qu'une simple phrase peut avoir de l'impacte sur mon auto-appréciation.


✔ A posteriori, 3 ans plus trad, je me rends compte que j'ai fait mien un avis. Je l'ai fait mien alors qu'il ne me concernait en rien. On parlait des enjeux tout à l'heure, cette femme, la "copine" de Flux devant la glace, l'amie de Minhoi qui a un avis très définitif sur la question de la juste harmonie ou encore le gamin traitant les petons de La Lionne, avaient leurs propres enjeux. Leurs propres enjeux dans lesquels nous avons jouer un rôle, celui du déversoir.
Les gens, même les meilleurs, ne sont pas qu'élégance ou amour, ils ont aussi leurs propres limites, envies, colères et frustrations...

Mais je reste d'accord avec vous, qu'ils arrêtent de nous casser les couilles... (Ouf, un gros mot, on l'a échappé belle)

Ça peut donner une impression de beaucoup de sérieux pour pas grand chose, mais le blog, dans mon cas et grâce à nos échanges via com, est clairement cathartique! J'adore cela.

Je voulais conclure sur une note poétique. Il y a déjà plusieurs mois, j'avais vu chez Fonelle, un post où elle expliquait, en substance, qu'elle avait toujours privilégié l'humanité à la vérité. Elle concluait en disant que les gens devenaient beaux à force de se l'entendre dire.

Je vous embrasse...


L'image est une photo d'une oeuvre de Mark Ryden.

Une Chic Fille All rights reserved © Blog Milk - Powered by Blogger