MALUCA MALA

30.3.11

maluca15


Il y a quelque temps, en commentaire, une lectrice Inès me laisse un lien Youtube pour visionner un clip.

Je suis docile, j'y vais. Et je tombe sur ce clip.





La chanteuse s'appelle Maluca Mala. Maluca parce que ça veut dire fofolle en espagnol (de ce que j'ai compris) et Mala parce que ça veut dire mauvais.
En vrai elle s'appelle, Nathalie Yepez, elle a pas 30 ans et est née à New York de parents dominicains.


Maluca2



J'ai commencé à regarder des photos d'elle sur internet, ses sites, son Myspace.
La musique De Maluca ressemble un peu à celle de Mia. Certains de ses morceaux sont produits par Diplo (que j'aime beaucoup et qui a aussi collaboré avec MIA d'ailleurs) et surtout, sa musique est super efficace.


me-and-maluca


Elle fait des vidéos, qu'elle appelle
des Wepasodes.

Elle a un site sur lequel il y a une mixtape vraiment chouette à télécharger (Notamment le morceau Hector que je trouve mortel).

Bref, j'aime bien cette fille. En terme de sapes, c'est pareil. C'est dense, y a des tas de références elle ne ressemble pas à toutes les autres filles.


maluca (1)

Je vous embrasse.

LA OU JE SUIS NEE

28.3.11

AC_StDizier_Madeleine_inside01_0





En début d'année, sur le site de Rue 89, je tombe sur cet article. Un article triste sur la vie triste des gens de la ville où je suis née. Saint-Dizier, en Haute-Marne, une ville de 30 000 habitants.

J'ai passé toute mon enfance et mon adolescence à détester Saint-Dizier.
Comment l'aimer en même temps?
Je détestais le manque de loisirs, la pauvreté, les ballades en ville à me faire chier, la politique qui s'extrême-droitisait d'année en année, les gens qui parlaient fort et le reste.

Ce dont je me souviens avec le plus de précision, c'est l'ennui de ma vie à Saint-Dizier.
Je n'attendais qu'une chose, partir.


AC_StDizier_Sahara_inside02


À l'adolescence, en famille, je ne parlais que de ça, de cette ville de merde et de mon impatience. Impatience de partir. Mon papi m'écoutait, raclait sa gorge et partait faire des trucs dans la cuisine. J'ai compris plus tard que cracher sur Saint-Dizier, c'était aussi cracher un peu sur eux, sur leur vie et sur ce qu'on y avait partagé.


AC_StDizier_Bowling_inside01


L'adolescence n'est vraiment pas l'âge des délicatesses.

Je remontais dans la Clio de ma mère, elle me jetait son regard noir.
"On sait que tu veux partir. On sait qu'ici c'est pas assez bien pour toi... Arrête de le répéter, ça fait de la peine à Papi... Il pense que t'as honte d'ici, que t'as honte de nous."


C'est vrai que Saint-Dizier c'est moche, qu'il ne se passe rien, que les jeunes à force d'ennui font n'importe quoi, qu'après 18h45 y a plus rien dans la rue, qu'il n y a plus de travail et que même Miko, gloire locale, se barre.


AC_StDizier_Miko_inside01


C'est vrai. Rien n'a changé, je crois même que ça a empiré, c'est dire.

Mais Saint-Dizier, c'est chez moi.

Quand j'avais lu cet article, j'étais contente. J'avais trouvé cet article délicat. Moi j'avais toujours vu que le gris de Saint-Dizier et n'avais jamais réussi à y mettre quelque chose de plus délicat.

Pendant que vous lisez ce post je roule vers chez moi.

Et je suis contente...


AC_StDizier_inside02


Toutes les photos sont d'Audrey Cerdan pour Rue 89.

Je vous embrasse.

ASTERIOS POLYP

26.3.11

Image-3




Ca fait quelque temps que je pensais faire un peu évoluer le blog (pour les habitués de ma versatilité, rien de neuf sous le soleil, je ne peux pas m'en empêcher... À 31 ans, il serait peut-être temps d'accepter ce qui ne peut être modifié, comme certains traits de mon caractère par exemple. Ou mes cernes.).

Quand je parle avec mes copains de ce blog, certains me disent que son absence de parti pris "rédactionnel", brouille peut-être les choses.

Un peu de mode, pas beaucoup de looks, trop de personnel, des séries, du rap, mon incapacité à choisir les choses n'est pas inhérente à ce blog, mais comme elle est moi, elle se tape l'incruste dans chacun des aspects de ma vie.
C'est vrai, j'aimerais que les choses soient plus régulières, plus mono-thématiques (en l'occurrence la mode et ses variations) mais il se trouve que depuis que la mode s'est popularisée, voire ultra vulgarisée, je ne m'y retrouve plus.

A force de voir beaucoup de looks, trop tôt, trop vite, n'importe comment, la mode en a terminé avec le rêve.

Bref.

Un blog ne vaut que par ses régulières mises à jour et si on ne veut parler que de mode (ce que j'aimerais idéalement), on peut vite se retrouver à ne plus rien raconter de bien intéressant, des trucs creux qui n'intéressent pas grand monde, et sûrement pas celui qui écrit.

Je n'ai ni les moyens, ni l'envie de sur-consommer et pour être tout à fait honnête, ça me fait forcément tourner en rond dans les thèmes et le traitement.

Par exemple j'aimerais pouvoir parler de livres, de films, de séries, de relations amoureuses, de nostalgie, de rêves, de tricot, de musique, de BD.

Je l'ai déjà dit, c'est vrai, mais je passe pas encore le cap. Ca va venir.

Hier, j'ai acheté une BD. C'est très rare.

Hormis Mafalda que je vénère (et conséquemment Quino) et Marjana Satrapi, mon rapport à la BD se résume à quelques blogs.
Bref, j'y connais rien quoi!

Je suis tombée sur la couverture d'Asterios Polyp de David Mazzucchelli un peu par hasard.
J'ai regardé vite fait sur mon téléphone pour voir ce que ça racontait (quand t'es néophyte comme moi c'est le contenu qui compte le plus, moins le style).

Je suis rentrée, ai lu tout d'un coup. J'étais émerveillée par les vignettes, les dessins, les personnages et la manière dont Mazzucchelli les avait dessinés.
Je ne connais pas les codes de la BD, mais je savais que ce que je lisais était spécial et surtout, réussi. Je le savais parce que malgré mon ignorance en la matière et en ses codes, à plusieurs reprises, j'ai senti mon coeur se serrer, au sens littéral. C'est pas courant, ça?

Il m'arrive régulièrement de vouloir lire un bouquin, mais pas Un bouquin en particulier (Ca vaut aussi pour les films, la musique et les séries).
Je rentre dans une librairie, vais voir la/le libraire et lui demande, simplement, de me dire quels sont ses livres préférés.
Je ne lui parle pas de mes propres goûts même s'il me le demande, je veux juste connaître ses préférences à elle/lui. Et j'achète.

Je trouve qu'un des aspects les plus terribles de l'évolution intellectuelle, c'est cette idée généralisée que chaque être humain a un avis sur tout et que tous les avis se valent. Comme si chacun pouvait avoir un avis sur le cinéma de Godard, sur l'économie, sur la manière dont le socialisme construit son projet ou sur les Soprano.
Comme si chacun avait toute les données nécessaires, et ce malgré un flemmardise intellectuelle quasi générale. On serait devenu des experts de tout, sans avoir rien fait pour. o__O

Je lis relativement peu et les goûts des autres, ceux qui savent mieux, même un peu, m'intéressent, parce qu'en plus de m'ouvrir plus aux autres, ils me donnent une clé sur ce qui est vraiment intéressant chez l'autre: ses goûts, ses passions, ses emballements...

La profession, les possessions et le statut marital de quelqu'un ne m'intéressent pas parce que je trouve qu'ils ne racontent rien sur personne.

Bref, tout ça pour dire que du haut de mes 6 BD lues, j'aurais vachement aimé que me vous me disiez ce que vous, "experts" en BD, vous aimiez.
Vu que je n'y connais rien...

PS: alors mes beautés, je rentre dans le grand Est, pour une bonne dizaine de jours.
Des post sont programmés, en revanche, je n'ai plus d'ordinateur portable donc je ne pourrais pas répondre à vos commentaires. Les post vont s'enchaîner sans que je réponde aux coms du précédent. Je le ferai en rentrant.

Je vous embrasse fort.

PS 2: Soyez sage mais roulez quand même des grosses pelles.

4 MOIS

22.3.11

smoke




J'ai arrêté de fumer depuis 4 mois.

Quand je vois Brando sur cette photo, beau comme un Dieu (être aussi beau, ça nous trouble, nous les autres, les humains normaux), je m'aperçois que la seule chose qui me manque vraiment, c'est de voir les volutes sortir de ma bouche.

Je trouve toujours les gens qui fument hyper sexy. Mes amoureux (ouais j'ai rien de moins qu'un harem) qui allumaient leur clope sont la chose la plus sexy que j'ai vue.

J'ai un poil grossis (euphémisme très léger... ;-)).

Je suis moins pauvre.

J'ai le sentiment d'être gentille avec moi.

Je n'insulte aucun de mes amis fumeurs. Même quand ils fument chez moi.

Je rejoue à Guitar Hero... histoire de m'occuper les mains, quand il fument chez nous en se racontant des trucs de fumeur. Des trucs que je ne peux plus comprendre, on oublie vite ce genre de choses.

Et surtout, ça va.

Je vous embrasse.

À demain.

QUESTION D'EGO

lomop




(J'aime beaucoup Julien Doré. J'écoute en boucle ce morceau, et me dis qu'il réussit vachement bien à faire du sens avec des trucs qui, pourtant, ne disent rien. Et même s'il fait genre, ça me va.)



D'abord merci beaucoup pour tous ces commentaires après le post "Bien Traîter", pour certains c'est peu, mais pour moi, ça veut dire beaucoup.

MERCI.

(Chialerie, sensiblerie et truc de filles, terminés)

Je me suis prise un peu en photo aujourd'hui, parce je devais faire des papiers admi...
Non, c'est pas vrai.
Je me suis prise en photo aujourd'hui pour rien, sans raison, pour le plaisir. En d'autres termes, je me suis prise aujourd'hui en photo comme une bloggueuse mode.

En regardant les photos, vaguement répétitives, c'est rien de le dire, je me demandais, quand était venu le moment où il était devenu moche de bien s'aimer?

C'est vrai, en général, on ne s'aime pas tout le temps, on ne s'aime soi que de temps en temps, et même ce "temps bref du temps en temps" s'il se fait surprendre par quelque'un d'autre, on en a honte. On a honte d'être satisfait de soi. L'autre, trouve ça déplacé de "jouer à être belle", ça, on l'a parfaitement intégré.

Un jour où on a l'oeil qui brille, on se regarde de plus près, "oh ben merde alors, je suis belle aujourd'hui. Faut surtout pas que je le dise ou que je me comporte comme tel, on va me traiter sinon. On va m'exclure du genre humain, génétiquement programmé pour ne jamais se plaire ".
En revanche, ces jours où je me trouve moche, pire parfois immonde (avec toutes la bienveillance qu'on peut y mettre), je peux me foutre de ma gueule en public, ça, c'est sûr, ça gêne personne.
Que l'on soit beau ou pas, ça n'a finalement pas une grande importance.
Il n'est certainement pas question d'objectivité, plutôt de vie intérieure, de comment on le ressent.

Ce post de Garance parle joliment de ce phénomène. Se sentir bien n'a rien à voir avec la réalité (laquelle d'ailleurs?). Et, forcément, pour se sentir moche, c'est pareil, il ne faut pas grand chose.

C'est bizarre.

Au collège, au lycée, je gribouillais mon prénom partout. Mes voisins de table me regardaient déjà comme si j'étais un petit monstre. "Qu'est ce que t'es égocentrique!" qu'ils me disaient.

Je me ravisais, rangeais le stylo dans la trousse après avoir soigneusement gribouillé tout le long de mon prénom pour être sûre d'avoir enlevé toutes les traces de mon crime d'égo.

Après je me suis beaucoup matée dans le miroir. J'ai mis du temps à avoir un mec. Je n'avais aucun recul sur moi, je ne faisais guère d'effet et hormis ma mère qui me disait, entre deux bisous, que j'étais belle, je n'avais aucune idée de la chose. Enfin si, j'avais surtout l'idée que c'était pas gagné pour moi.

Le miroir m'a aidée à y voir plus clair.

Les photos aussi.

Mais je continuais à voir qu'il était préférable de ne pas trop tourner ses propres yeux sur soi... Ceci dit, sur qui aurais-je bien pu les poser en même temps? C'est vrai quoi, j'étais toute seule.

Alors pour essayer de comprendre pourquoi cette histoire d'égo c'était mal (en toute honnêteté je ne le comprenais pas), j'ai exploré les autres. J'ai écouté leurs histoires, leurs petites failles, leurs gloires, leurs victoires passées, leurs amours terminées, leur enfance, leurs complexes et j'en suis venue à cette conclusion: Les gens croient qu'être égocentrique, c'est mal parce que ça sous-entendrait, qu'on n'aime que soi, qu'on ne pense qu'à soi et qu'on est infoutu d'aimer les autres.
C'est sûr, ceux qui sont insatisfaits d'eux et de leur vie sont meilleurs en amoureux de l'humanité?


Je me suis détestée, haïe, ai tellement voulu être autrement que je ne réussis pas à trouver ça fondamentalement mal de parfois, me sentir bien avec moi. Et quand bien même c'est vide de sens pour la plupart des gens (superficiel ou puéril marchent aussi), ça me permet de faire un truc très important que de faire des moues boudeuses devant la glace toute seule, ça me permet de m'incarner. Un peu.

Se voir soi permet d'être moins dur, plus indulgent et de se rendre compte que, dans le fond, ce qui nous paralyse tant, n'a pas grande importance.

"T'en as pas marre avec tes "moi je moi je"....?".
Non. Essayer de m'aimer ne veut pas dire que je ne t'aimerais pas toi...

Je vous embrasse.

PS: Je vais essayer de mieux faire pour ma régularité de post, j'ai été négligente.

PS2: Toujours pas de Matt Houston en lecteur Deezer et personne se plaint? Le R&B va hyper mal les copains (et c'est une meuf qui suit M.Pokora sur Twitter qui dit ça... Je sais vous vous demandez pourquoi... Je ne peux pas vous apporter de réponse, je ne le sais pas moi-même).

PS3: À demain.

BIEN TRAÎTER

16.3.11

kate_moss_87




"C'est vrai que c'est pas très beau à voir, mais Kate approche la quarantaine et est humaine comme nous."

"Moi je pense que la maison L.V aurait certainement dû faire porter à Kate Moss une tenue plus adaptée à sa morphologie de femme de 4o ans. Au moins tout le monde aurai été d'accord."


"C'est pas beau.
Si on a de la cellulite mieux vaut ne pas porter le short en ville.
Kate Moss ou pas."

"Elle est trop vieille il faut savoir raccrocher! "

"C'est terrible car au fond ce qui gène... c'est qu'elle devient vieille! Encore plus difficile à cacher qu'un minuscule bourrelet . Notre société vit très mal la prise d'âge, encore plus que le surpoids je crois."



Alors, je fais preuve d'un peu de mauvaise foi, certains commentaires sont plus tempérés voire "élogieux", mais là n'est pas vraiment le propos.

Les phrases ci-dessus sont toutes tirées des commentaires de l'article sur le défilé Louis Vuitton où Kate Moss était en culotte sur le site Tendances de Mode.

Que des nanas. Tous les commentaires que vous venez de lire sont écrits par des nanas.

Je suis effarée.

Ce jeunisme et cette idée que seule la perfection puisse exister, défiler, bien vivre et être beau me donne la gerbe.

Je lisais les commentaires en me demandant à quel moment on s'est dit que se traiter tous comme des merdes était une bonne alternative.

On ne s'aime pas, je ne vois pas d'autres hypothèses. On ne s'aime pas soi alors on se met à être dur avec tout le monde, plus aucune enveloppe, intelligence, forme de féminité ne trouvent grâce à nos yeux désenchantés et exigeants. Mais de quoi parle-t-on?

Kate Moss est née le 14 Janvier 1974. Elle a 37 ans.
37, ce n'est pas 40, on fait toujours des prix de gros quand il s'agit des autres.

Il ne faut donc, pour les FEMMES, pas prendre de poids, ne pas se marquer (ces conasses de rides!) et ne pas vieillir.

Il y a quelques mois, un article dans le Marie-Claire. Des mecs qui vieillissent ou qui ont peur de vieillir, j'sais plus, répondent unanimement à la question "qui vieillit mieux, homme ou femme?", HOMME.

Tous sans exception. Là où la virilité se patine, la féminité se fane.
T'sais quoi, je vous emmerde. Mes rides naissantes, mes bourrelets, mes 31 ans se joignent à moi.

C'est pas comme si c'était notre faute, non?
L'âge, le temps, si on ne met pas un peu plus de bienveillance là-dedans, on va finir monstrueux à force d'aigreur.

37 ans et Kate Moss est vieille?
Qu'on lui mette un short sur son cul de presque quarantenaire et on frôle l'incident esthétique.

Ces quoi ces conneries de "fanatisme" esthétique qui disent que telle morphologie est autorisée à porter telle chose, courte, dévoilante... C'est le cul d'une personne elle en fait bien ce qu'elle en veut.

L'aisance de Kate Moss à montrer ses petites rides naissantes, son visage qui n'est pas figé, son petit bidon qui pousse parfois, me RASSURE. Elle s'en accommode avec grâce, et rien que ça, c'est doux pour mes angoisses!

On arrête pas nous dire que c'est moche, dur, de vieillir. Que "l'âge est un naufrage". Un âge qui commence à 26 ans si tu regardes bien.

Tout ça est pathétique et ne prouve qu'une chose, le vide de nos préoccupations. La manière de traiter notre corps, nos expériences, notre envie avec ce prisme de perfection est super flippant!

L'âge, les rides, le cul qui pousse, sont des choses inévitables, pourquoi culpabiliser le monde de ne jamais être assez beau, grand, mince et jeune lorsque ces mêmes choses sont absolument Nécessaires? Elles ne peuvent pas être autrement.

Si on arrête pas de nous répéter qu'on est moche, vieux, flasque, que la vie et le beau s'arrêtent à 24 ans, qu'est ce que notre vie va devenir?

On devient beau parce qu'on nous aide à le comprendre... Qu'on nous le dit.
Pareil pour la bonté et le reste. Les choses se réalisent comme une prophétie, avec l'aide des autres.

J'étais un peu énervée. Mais...

Je vous embrasse.

GAËLLE CONSTANTINI

11.3.11


Gaelle Constantini 3





Le 9 avril 2009, je découvre, via ma copine Aline, une créatrice de vêtements, Gaëlle Constantini .

J'avais même fait un post pour l'occas' (un post  / vidéo, ma grande passion de l'époque...).

J'avais trouvé les fringues de Gaëlle Constantini vraiment jolies et, fait pas si courant, différentes.

Gaelle Constantini 4


Je garde un souvenir ému d'un de ses bloomer(s)...

J'en parle dans cette vidéo de ma voix douce et sensuelle...



Ma copine Aline, again, est devenue très proche de Gaëlle Constantini, ce qui me permet d'avoir toujours des infos, des visuels, et... De continuer à kiffer... J'y reviendrai après.

Avant d'aller plus loin, je tenais à préciser que ce post n'est en rien sponsorisé... Et dans le même temps, est-ce que, vraiment, ça nécessitait une précision?

Pour le coup, j'ai un peu insisté auprès d'Aline pour en savoir plus sur Gaëlle, sur le pourquoi du comment, sur ses inspirations (ben attendez, ça se fait grave la question sur les inspirations, c'est Donatella qui le dit dans Le Jour D'Avant de Prigent... Impertinence, tel est mon credo )... Et sur qui elle était!

Gaelle Constantini 6

Gaëlle Constantini a longtemps bossé en boîte de nuit à Paris. Elle cousait déjà ses propres vêtements, un peu aux copines, mais encore rien de très engagé.
Un soir, une amie lui ramène une veste militaire qu'elle va customiser et, comme la copine, les copains de la copine ont été ravis et plus qu'encourageants, elle s'est dit, pourquoi pas.

En Septembre 2010, elle gagne le concours du Who's Next.


Les vêtements de Gaëlle Constantini sont uniques puisqu'elle les crée à partir de sapes vintage et de fripes. Comme ces vêtements existaient déjà sous une autre forme, elle n'encombre rien et c'est important pour elle.
Elle m' expliquait que plus le vêtement était grand, large, plus il était facile pour elle de le travailler et de moderniser sa coupe.


Gaelle Constantini2


Gaëlle vénère Ricardo Tisci (Givenchy), dit que c'est un génie.

Elle aime la nuit, pas seulement parce qu'elle y a longtemps travaillé, mais aussi parce que les gens de la nuit sont inspirants.

Gaëlle crâne vachement depuis qu'André lui a dessiné son nouveau logo.

Gaelle Constantini

(Cette veste, je meurs...)



Pour ceux qui sont intéressés, les points de vente sont:

- Modetrotter

- Simmone et Lisa B, à partir du 1er Avril, dans le 3ème

- Et pour le reste, on peut consulter les points de vente sur le site de Gaëlle Constantini .

(Et genre si tu vas au Japon et que tu veux te la raconter):

- Edit For Lulu

- Hollywood Ranch Market

(Soit dit en passant, ces deux sites japonais sont superbes! Rien que pour le coup d'oeil...)

GAELLE Portrait


Voilà mes beautés.
J'ai été une menteuse éhontée cette semaine. J'ai rien posté.

J'espère que vous allez bien.

Je vous embrasse, passez un bon week-end.

Si tout le monde est sage, lundi en lecteur Deezer, je balance un bon gros Matt Houston des familles. Si c'est pas de la veine ça...

Luv 4 Ever.

And Kiss Together.

L'AMÉLIORATION

7.3.11

tumblr_lgrruaxnlt1qa42jro1_1280

(Photo de Terry Richardson)


Salut les gazelles!
Bien?

Alors, depuis ce post datant du 15 février, il y a eu du changement.

Ma peau va nettement mieux.

Je vous raconte... Et ça va être palpitant...

Est-il utile de préciser que si t'as de la testostérone dans ton corps, tu risques pas vraiment de t'y retrouver dans ce post!

Les produits Mene&Moy dont j'avais déjà parlé, ont amplement rempli leurs objectifs, j'espère, pour celles qui ont investi après ce post, que ça va mieux pour vous.

Je rappelle:

J'utilisais:

- Glycolic Masque aka le masque qui te fritte tellement que tu pourrais vendre ta main gauche, la plus inutile de toutes façons, pour que ça s'arrête.

- La Facial Lotion C20 aka la lotion à la vitamine C pour pas être vieille de la figure mais, qui comme tout ce qui existe sur cette Terre, présente un inconvénient majeur, celui de ne pas pouvoir te mettre la tête au soleil sous peine de rendre ta peau rouge et moche et malade... Super!

Après une bonne semaine d'utilisation, ça allait, relativement mieux. Mais il y avait quelque chose dans l'aspect de ma peau que je trouvais changé.

Ce changement n'est pas arrivé avec les produits Mene & Moy mais avant. En même temps que ces satanés boutons.
Et les produits Mene & Moy n'y changeaient pas grand chose, après, certes, une très brève utilisation j'ai légèrement modifié mon "programme". Peut-être qu'ils auraient eu le même effet, seuls, si j'avais été plus patiente, je ne peux pas le savoir.

Je me lavais le visage avec des produits type gel visage Normaderm et, après la "fulgurance" des débuts, l'effet Mene & Moy n'était pas suffisant.

Alors, je suis revenue aux fondamentaux. Tout simplement.

Mon programme se résume à ça:

- Savon d'Alep.

Solide. Le plus simple possible. Je ne suis pas pro gel d'Alep liquide, il est moins "naturel" que la version solide, originelle. Et bien moins chère (vous trouvez un savon d'Alep qui dure longtemps pour 5 euros max). Mais moins pratique en voyage. Ceci dit, on part pas chaque week-end à Ibiza non plus.

Savon d'Alep le matin. Et le soir après le démaquillage.

Le matin j'enchaîne avec,

- La Facial Lotion C20.

Comme cette crème nécessite une protection solaire et que je ne voulais pas mettre 35 euros dans la crème Mene & Moy, je mets, le soin solaire visage de chez Caudalie. Techniquement, je pense que le mieux comme protection serait Anthélios, la protection solaire de compèt'. Je rajoute une crème solaire TOUS les jours. Et je masse beaucoup ma peau.
La crème de Mene & Moy est très efficace. Ma peau est vraiment lissée et son aspect amélioré. Comment je sais que c'est cette crème qui marche et pas les autres dont je vais vous parler? Parce que ma peau est bien plus belle maintenant, dans sa texture, qu'elle n'est plus froissée au réveil comme avant et que les autres crèmes, je les ai déjà, longuement, utilisées auparavant.

- Maquillage... C'est pas le propos du post, je zappe!

Le soir, et c'est là que ça devient intéressant:

- Démaquillage avec le Lait démaquillant La Roche Posay.

 Comme le conseille Joëlle Ciocco (epidermologue, si c'est pas une profession qui en jette ça...), je me démaquille 2 fois.
Une fois pour débarrasser ma peau du maquillage. Et l'autre, après rinçage et séchage de la première fois, on est pas des crawouèds, pour enlever le reste, la saleté de ma figure.
Je n'utilise pas de coton et fais tout avec les mimines.

- Re savon d'Alep.

- Séchage.

Très important de bien se sécher la peau, les bactéries prolifèrent plus en milieu humide que sec. Donc on prend son temps pour sécher. Le mieux étant de le faire avec une serviette qu'on mettra au sale ensuite.

- Ensuite, une crème que j'avais découverte il y a moult, la crème Epithéliale A.H de A-Derma que certaines ont dû voir depuis, chez Coline.

Cette crème est très bien.
Elle fait le taf'.
C'est à dire qu'elle lisse la peau, réduit les pores, et surtout aide fort à la cicatrisation.
Au bout d'une nuit, vous verrez, normalement, déjà une légère amélioration. Et ça va continuer les copines... Vous allez être belles de l'épiderme, faites moins confiance (non, toujours pas d'article sponsorisé...)

Elle coûte, en moyenne, une douzaine d'euros.

C'est mon soin de nuit. Je le mets sur tout le visage.

- Ensuite, s'il me reste des boutons, je rajoute une crème, qui est aussi très bien, La fameuse Cicalfate que m'avait fait découvrir Aline.

C'est une crème qui répare les peaux lésées et qui contient des sels de cuivre et de zinc.
Je la pose sur les boutons, je masse et rectifié! Elle pourrait faire double emploi avec Epithéliale, mais en fait non, je trouve qu'elles se complètent bien.

(Elle marche pour toutes les peaux irritées, genre, on touche le fond, après l'épilation. Elle est miraculeuse dans ce cas!)
Elle coûte, dans sa petite version, une huitaine d'euros.

(On a peut-être affaire, aujourd'hui, à mon post le plus glamour depuis les débuts de ce blog en septembre 2006).

- Dodo.

- Plus de clopes! (j'suis un poil relou, je sais! mais tous ces cons qui vous disent que votre mine serait vachement mieux sans tabac ont raison... Les cons! Moi je bois toujours pas assez d'eau, c'est mon vice, je ne vous juge donc pas!)

J'ai fait une petite pause avec le masque Mene & Moy, je suis trop une chochotte et ce que je fais, si j'ai une poussée de boutons, tout simplement, c'est que je pose un masque tout bête à l'argile sur les parties concernées, pas partout sinon ça assèche trop! Je pose le masque tous les jours jusqu'à ce que les boutons partent. Prenez donc, de préférence, de l'argile en poudre, pure, à laquelle vous rajouterez un eau florale basique.

Ca fait 2 bonnes semaines que je fais ça et, dés le cinquième jour, ma peau s'était déjà considérablement améliorée. Plus rien ne pousse et ne fais donc plus que soigner mes cicatrices...

Je vous retiendrai au courant mais la texture de ma peau est redevenue normale.

PS: Et aussi, on change régulièrement sa taie d'oreiller. Tous les jours étant le mieux.

PS2: Les tignasses comme moi, on attache ses cheveux pour dormir...

Je vous embrasse.

À demain!

RAG & BONE

6.3.11

ragbonecampaign7




Ce sont d'abord les publicités qui m'ont donné envie de voir les sapes.
Je ne connaissais pas vraiment Rag & Bone avant.

ragbonecampaign2


ragbonecampaign5


Alors on ne voit pas beaucoup les sapes sur les pub, mais la marque nouvellement rachetée, de David Neville et Marcus Wainwright, fait des choses vachement jolies, non?

Ca change un peu d'Isabel Marant? J'dis ça j'dis rien...

Rag & Bone 1


Rag & Bone3


Rag & Bone 2


Rag & Bone 5


Rag & Bone7

Je sais que je raconte jamais trop grand chose quand je mets des photos de défilés. Je trouve toujours, a posteriori, que ce que j'ai raconté, était vachement naïf.

Je vous embrasse.

Bon dimanche.

À demain pour parler belle peau... Parce que c'est bon, ma peau est revenue...

CARVEN

5.3.11

00360mCarven




Comme tout le monde vous me direz?
J'aime Carven comme tout le monde?

C'est vrai.
Mais ces duffle-coat parfaits avec ces attaches en corde me rendent dingue.

00060mCarven


Je vous embrasse fort.

PS: Si t'as pas vie sociale digne d'un samedi soir, sur Arte, à 21h45, Le Jour d'Avant de Diane Von Furstenberg. Si tu préfères twister dans les bas-fonds de la ville, libre à toi... Dépravée... C'est cool hein? D'être une dépravée.

♥ (le smiley Elsa et Glenn Medeiros, un roman d'amitié qui s'élance entre nous 2...)

00120mCaren


00040m Carven

Photos Style

LA GRANDE MACÉDOINE VOLUME SOIXANTE DOUZE

4.3.11

photo (4)


(T'as vu comme je me la joue ingénue de la mine là?)


(Ca fait deux mois que je me retiens de mettre encore et encore Booba dans le lecteur Deezer, donc maintenant, il suffit.)

Salut.

Un post bordel, pour vous donner quelques infos qui, même si je suis bavarde, ne peuvent pas faire office de post tout de même.

Pour ceux qui me suivent sur Twitter (ici, juste au cas où) vous savez déjà certains des trucs en questions...
À ce propos, j'avais tenté, il y a quelques mois, de créer une page Facebook pour ce blog et je n'ai, finalement pas donné suite. Pour ceux et celles qui attendent ma réponse, je ne snobais personne.
Donc, finalement, mon compte Facebook fera office de page, pas la peine de prolonger ma schizophrénie.
Ma vraie page Facebook, c'est ici.

✔ Yelle a sorti un nouveau single de son album à venir, Safari Disco Club. Ce morceau est vachement bien. Alors, je préfère vous prévenir tout de suite, c'est pas du Léo Ferré pour le texte, mais si on peut plus se taper de barres, où on va. Merde.
Une chanson que vous pouvez entendre ici mais il est possible que déjà, vous branchouilles et parisiens, vous me trouviez toute naze avec mon truc que vous écoutez depuis des semaines.
Je suis comme une sorte de Tania Bruna-Rosso, une buzzeuse très à la bourre.

(Interlude futilement pétasse)

✔ J'ai, avec vos conseils, eye-liné ce week-end. Ca progresse. Effectivement il ne fallait pas que je fasse toute la paupière mais, bizarre, je trouve que le crayon, moins net que le liner, est plus joli. L'autre est trop noir, et liquide et j'aime pas trop l'effet... Possible que ça soit mes approximations qui fassent ça!


✔ J'ai trouvé un coiffeur. Yipla (onomatopée marquant la joie intense!) grâce à Frenchimalvi, demoiselle bretonne. Une coiffeuse bien, qui fait confiance à ce que je dis sur mes propres cheveux (fait pas si courant) et qui est, en plus, vachement attentive.
(Comme ça, on pourrait se demander l'intérêt de la partie de ce post, mais ça, c'est parce que vous n'avez pas vu mes racines ces dernières semaines, on aurait dit Courtney Love mais sans aucune grace.)

(Interlude futilement pétasse terminé, pas la peine de s'impatienter)

✔ La nouvelle collection de Diane Pagan Poetry est arrivée.
La couronne Artemisia (comme mon parfum comme de par hasard) est superbe, je ne parle pas des colliers harnais et de ses nouvelles versions, ça va m'énerver.
J'aime beaucoup ce que fait Diane, je ne me suis encore rien achetée, mais c'est plus contextuel qu'autre chose cette histoire de non-achat. Un jour.

✔ Sur Itunes j'ai trouvé des tas de podcasts de conférences qui avaient lieu à l'IFM. Ca parle de mode comme moi j'aime. Les 3 podacast sur l'émergence sociale de la mode par Frédéric Godart sont, par exemple, vachement bien. Ceux où Suzy Menkes parlent de mode sont en anglais... Voilà voilà.
Putain.
Bref, pour ceux que ça intéresse, tous les podcasts sont disponibles sur Itunes (allez dans la partie podcast,tapez "mode" comme mot clé, et hop, c'est parti mon kiki... Je peux pas croire que j'ai sorti une chose pareille. Kiki, bordel!)

✔ J'espère que vous continuez à aller écouter mes copains que j'aime d'un amour infini, plus loin que les étoiles et bien en deçà de la galaxie?

C'est pas de la pub, c'est mes copains, c'est pas pareil...

✔ Je refume toujours pas et n'ai pas du tout d'envie. Et c'est cool. Je vous jure, les trouillards, c'est pas dur et c'est vraiment sur-estimé comme épreuve.

✔ Je vous embrasse très fort. Je serai là ce week-end, pour quelques photos de la Fashion Week.
Et je serai là lundi aussi... Ca fait rêver bordel!

✔ Salut les p'tits tarp'.

KIRSTEN / BAND OF OUTSIDERS

band19





Un post rapide, pour vous montrer ces photos de Kirsten Dunst prises pour le lookbook de Band of outsiders, dans un jardin botanique.

band6


Bonne journée.

band7


A tout à l'heure vu que je reviens.

band12


band14

band16


band18

GAGA

3.3.11

tumblr_lgfa9y8n5h1qa42jro1_1280



(Photo de Terry Richardson)




J'arrive amplement après la musique collégiale de l'entertainment, mais je parlerais bien de Lady Gaga quand même.

Vous n'êtes pas sans savoir que Born This Way, est

1) un pompage relatif mais pompage tout de même d'Express Yourself de Madonna

2) le single qui a été acheté 1 million de fois sur Itunes en 5 jours

3) le clip le plus attendu et commenté du moment.

Donc, même si je m'y prends un peu tard, ça mérite qu'on s'y intéresse non?

J'imagine qu'il y a des fans de la demoiselle chez mes lecteurs et j'aimerais vraiment que vous racontiez les raisons de votre affection voire de votre amour immodéré. Si vous voulez hein, on est pas des bêtes non plus.

Je dois d'abord vous dire que Lady Gaga, avant de la voir, quand je ne faisais que tomber sur ses morceaux à la radio, je n'arrivais pas à comprendre pourquoi elle provoquait un tel enthousiasme.

Ce que je vais dire dans ce post ne vaut évidemment que pour moi et, étant une vieille fan de Mylène Farmer, je sais à quel point l'opinion est 1) personnelle, 2) inexplicable et indéfendable.

Alors attention les gars, j'ai bossé, j'ai lu, j'ai maté les clips et tout et tout. Si je me trompe, n'hésitez pas à me le dire en com.

Il y a 8 mois, je vais chez le coiffeur (NDLR: Ipso Facto, rue du Dom Calmet à Nancy, demandez Virginie ou Stéphane, je les aime d'amour c'est les meilleurs!) et je discute avec Stéphane.
Je le sais fan de Madonna, donc je l'emmène sur ce terrain, sûre de passer un moment sympa à se marrer.

Mais je le trouve vachement moins enthousiaste qu'à son habitude.

"- T'aimes plus Madonna que je lui dis (il va pas me le faire Stéphane, je vois bien qu'il y a un truc qui cloche.).

- Oh si si, qu'il me dit, mais maintenant je préfère Lady Gaga, Madonna m'intéresse moins.

- T'es sérieux là que je lui fais en le regardant de mon oeil torve?

- Ah ben ouais, elle a quand même filé un sacré coup de vieux à tout le monde la Gaga!"

Il la compare à Madonna et je ne peux pas m'empêcher de trouver cela excessif. Et en plus mon Stéphane, il rigole pas du tout. Il a viré sa cuti.

Et puis je me dis que c'est peut-être la petite vieillerie qui s'installe en moi.

La petite vieillerie est une maladie que chope pratiquement tous les trentenaires, qu'importe leur génération.
Il se met, le trentenaire, à ne plus vouloir découvrir de nouvelles musiques, de nouveaux films / livres et seuls les mouvements artistiques et culturels de son époque trouvent grâce à ses yeux.

Exemple: ma génération et le grunge.


Le trentenaire, aime Nirvana ou Pearl Jam et, il n'est pas question pour lui de lâcher l'affaire.

 Le trentenaire n'aime pas trop modifier ses habitudes, et considère la musique "nouvelle" comme "nulle", "bof", "naze". Bref, les trentenaires, dans une bonne majorité, basculent vite dans cet état qui, pourtant, n'était pas censé arriver à les écouter : le vieux con-isme.

Le grunge peut éventuellement être remplacé par Public Ennemy, NTM ou Mobb Deep. Ca n'est pas lié qu'au rock cette histoire.

Si tu fais pas gaffe, ta vingtaine se barre et toi, dans le même temps, tu vires vieux con qui n'écoute que des vieux trucs.

Ah oui, toi, le vingtenaire là, ne fais pas trop la malin, ça t'arrivera aussi si tu fais pas gaffe!

Fin de parenthèse.

Revenons-en au sujet, Lady Gaga.

J'aime la pop culture. Lady Gaga est même le premier phénomène pop de grande ampleur qui ne me "parle" pas!

Mais force est de constater que c'est loin d'être le cas de tout monde, ça a donc attisé ma curiosité.

J'ai donc regardé tous ses clips plusieurs fois en revanche, je n'ai pas voulu trop m'attarder sur sa musique vu que je la trouve sans intérêt (hormis Téléphone que je trouve vraiment sympa!).

Et, à force de regarder, elle a commencé à vraiment m'intriguer. Je trouvais que Lady Gaga était phénomène pop vraiment à part.

Les questions que j'ai commencé à me poser étaient:

- Dans quel but Stefani Joanne Angelina Germanotta a-t-elle créé Lady Gaga? Ou plutôt dans quel but elle et son équipe (le collectif Haus of Gaga) ont-ils créé Lady Gaga?

- Leur démarche est-elle sincère? Cynique?

- Et surtout, y a-t-il une âme dans l'oeuvre de Lady Gaga?


La question de la célébrité est, au moins pour le tout début de sa carrière, centrale dans le discours que Lady Gaga véhicule auprès des médias.

Elle est sûrement une vraie musicienne. Elle est sûrement intéressée par l'art comme elle le montre à longueur de clips, mais ce n'est pourtant pas ce qu'elle a choisi de mettre d'abord en avant. 
Aurait-elle changé d'avis en cours de route?
Elle veut être célèbre, très célèbre, gagner beaucoup d'argent et, quand elle sera vraiment lancée, changer le monde de la musique. Je raccourcis mais il y a un peu de ça quand même.


Ses clips, et son discours de promo étaient quand même vachement dirigés vers une célébrité putassière. Sa franchise à ce propos était d'ailleurs, je trouve, assez rafraîchissante. Elle ne s'encombrait pas de puritanisme.

En soi, au tout début elle n'était guère différente de Paris Hilton: du cul un peu de povoc'.

Mais, elle avait déjà cette distance, une posture un peu créature que d'autres n'avaient pas (sûrement par choix d'ailleurs. En terme d'image, il doit être plus simple de choisir d'être une meuf bonne plutôt qu'une meuf bizarre). Je ne trouve pas que Lady Gaga, contrairement à ce que j'ai beaucoup entendu, ait axé sa communication sur le cul. C'est pas Madonna si je puis dire.


Yassine a dit un truc que je n'arrivais pas à verbaliser "Lady Gaga n'est pas dans le registre de la séduction, comme la plupart des artistes pop, elle, elle est dans le registre de la pulsion".

En d'autres termes, son attitude, le rapport qu'elle entretient avec son corps et avec la beauté est à des bornes de ce que l'on fait pour pécho un garçon ou une fille. Le propos n'est donc pas là.


En regardant son tout premier clip, Just Dance, celui où elle est maquillée comme Bowie, je ne vois pas de différence majeure entre elle et l'iconographie pop habituelle.

Elle est blonde, elle se trémousse, un peu de roulage de galoches à des filles, à des garçons, à qui veut, ça remue, ça saute en l'air et ça sait pas trop danser (Alors ça c'est une différence majeure avec Madonna. J'l'ai pas vu en live, mais la miss n'est clairement pas une danseuse).

Le single qui suit, Beautiful, Dirty, Rich, est du même acabit. Sauf, qu'en plus, on y a rajouté du fric. Du fric étalé. du fric brûlé. Du fric gaspillé parce que y en a trop.
La "provocation" du gaspillage n'émoustille plus grand monde, donc il fallait passer à un cap supplémentaire.

Et arrive Poker face.

Quand j'ai re-regardé ce clip, je me suis aperçue à quel point, dés sa sortie de la piscine entre les deux dogues allemands, Lady Gaga entre dans autre chose.

C'est encore assez léger, mais ça commence à se la raconter "arty".

Lady Gaga montre encore ses dents de fille rieuse, mais elle commence doucement à se transformer.

Puis (je vais raccourcir ce post commence à être long) suivent Eh, Eh (Nothing Else I Can Say, Lovegame, Paparazzi, Bad Romance, Telephone, Alejandro, Dance in the Dark et enfin Born this Way.

Chaque clip est une surenchère.

Clairement, Lady Gaga taffe son visuel.
Ses clips sont ultra bossés, qu'on les trouve de bon goût ou pas d'ailleurs. Mais une chanteuse, son métier, c'est de faire de son mieux pour d'abord faire de la musique, et systématiquement, dés que je vois un clip de Lady Gaga, avant que la musique ne commence je suis ravie mais, quand le son démarre vraiment et qu'elle se met à chanter, je suis déçue. C'est jamais (et c'est personnel on est d'accord) à la hauteur de ce qu'elle allume.

Aucune chanson, je trouve, n'est à la hauteur de sa mise en image.

C'est ambitieux, mais dans le fond, je me demande si ça n'est pas qu'une forme d'esbroufe. Un truc prétentieux quoi.

Un peu comme si quelqu'un nous disait qu'il était le plus grand artiste vivant en nous le hurlant et pas en nous le prouvant.


Est-ce vous trouvez que Lady Gaga, comme elle semble le prétendre, fait de la "grande" musique? Genre révolutionnaire?



Alors après, dans la construction de son personnage, il y a des tas de choses qui sont intéressantes:

- L'hypertrophie de son personnage. La mise en scène des pulsions de manière extrême.

- Le rapport à la féminité. Elle ne cherche pas à être belle, ce qui est très rare dans la pop. J'aime bien ça.

- Le développement autour du concept de "monstre" mais il pourrait devenir lassant à la longue.

- L'utilisation massive des références de la pop culture:

Le film Vertigo dont le thème musical illustre l'introduction de Born This Way, mais aussi la figure de la spirale du générique du film d'Hitchcock que l'on retrouve dans le clip Paparazzi.

Les films Kill Bill et Thelma et Louise dans Telephone.

Des références régulières au pop art. Je trouve d'ailleurs que la manière dont sont placés les produits dans ses clips s'apparente plus au Campbell's Soup Cans qu'à de la pub.

Les images de filles mortes dans le clip Paparazzi ressemblent à s'y méprendre à celles que l'on voit dans le film Les yeux de Laura Mars.

Et il y en a sûrement des tas d'autres...

Et, dans le même temps, certaines de ses "provocations" ou "performances", comme la robe en viande ou, dernièrement, ses implants dans le visage ne sont pas sorties directement de son imagination, même si celle-ci est fertile. La manière dont elle se les approprie est un peu gênante, ça ne ressemble, je ne sais pas expliquer pourquoi, pas du tout à des hommages. Ca a un côté vampirisant.

La robe est une oeuvre Jana Sterbak et les implants sont largement inspirés de l'artiste fraçaise Orlan comme l'avait remarqué By Glam.
Attendez, j'ai mieux, la première oeuvre d'Orlan s'appelait "Orlan accouche d'elle-m'aime" et montrait l'artiste accouchant d'un être androgyne... Sinon vous avez le clip de Born This Way?

Et puis, mais vous allez peut-être trouvé ça tiré par les cheveux, je trouve que pochette de l'album de Klaus Nomi ressemble un peu à la pochette de The Fame Monster. Les épaulettes, le noir et blanc,  la symétrie. Ce n'est pas une copie pure, mais y a des airs.

- Alors, à quoi lui servent réellement toutes ces références? Quel est véritablement son discours?

- Qui est-elle ? Une artiste pleine, dense, qui se serait fixé une mission, celle de populariser massivement des mouvements artistiques et culturels? Ou alors simplement une nana qui veut se faire un max de thune en bouffant à tous les râteliers? Peut-être elle est les deux remarquez.

- Ou alors simplement, Lady Gaga est une sorte de grand supermarché de la pop culture. Elle en assimile le plus, le plus densément, comme une sorte d'almanach en mode aléatoire qui met des couches, puis des couches et encore des couches.

Comme je ne suis pas sensible à ce qu'elle fait (mais j'ai quand même fait un post de 3 kms, c'est tout de même qu'elle m'intéresse), il y a des tas de choses dont je ne dois percevoir ni le sens ni l'intérêt.

En revanche, ce qui est certain, c'est qu'avec toutes ses accumulation et ses excès, je me demande vraiment comment elle va pouvoir durer. Non pas que je pense qu'elle ne puisse pas y arriver, en revanche ça va demander un travail difficile parce qu'à la différence de Madonna, par exemple, elle va très vite, très haut, très fort et cela provoque, forcément, une exigence totale de son public...

PS: Ceci dit, pour le moment elle kiffe, elle était la mariée au défilé Mugler hier.

PS2: C'était long je sais...

PS3: Je vous embrasse.

PS4: À demain.

DONATELLA

2.3.11

img-versace-fig-1_151603172728 (1)





Je n'ai pas créé ce blog parce que j'aime avoir des vêtements.
D'ailleurs, je n'ai jamais perçu ma compulsion acheteuse comme une "qualité", je me suis toujours sentie un peu honteuse du bordel. Je ne l'ai, en quelques sortes, jamais transcendée.

J'étais vendeuse dans une boutique de sapes et, un jour, mes copines vendeuses sont venues manger la raclette chez moi. C'était la première fois qu'elles voyaient ma chambre et, sa partie la plus honteuse, l'armoire. Elles sont devenues dingues en voyant l'amas de sapes, genre c'était cool.
Moi non, j'ai eu honte d'un coup. Pas qu'avoir plein de fringues soit nul, non, mais avoir plein de fringues alors qu'on n'en a pas les moyens me semblait, d'un coup, quelque chose un poil nul. L'argent qui devait m'aider à avoir le gros chien de mes rêves, un voyage en Australie, aux Etats-Unis et mon indépendance, je l'avais mis dans des piles de t-shirts... J'avais gâché, je crois que c'est dont je me suis rendue compte quand elles ont regardé mon armoire.

Une semaine après, je commençais ce blog.

Pas pour les fringues, pas pour déculpabiliser, pas pour trouver d'autres filles comme moi (la blogosphère n'est pas une thérapie de groupe, elle aurait même plutôt tendance à aggraver le cas).

J'ai créé ce blog, au départ, parce que j'aime profondément la mode. Je l'aime de loin, naïvement, mais toutes ces histoires sérieuses autour du vêtement, de sa forme, de ses couleurs ou de ses origines, me passionnent.

Et les regards sur la mode que je préfère sont ceux qui sont distanciés.
Sûrement pas blasés mais intéressants et surtout, surtout, amusants.

Il y a, depuis quelques jours, sur Arte, un spécial Fashion Week, introduit chaque soir par Karl Lagerfeld.
Hier soir, y était diffusé un nouvel épisode du Jour d'Avant.

Les films "Le Jour d'Avant" sont des documentaires qui nous montrent les quelques heures (jamais plus de 48!) qui précèdent un défilé.

Dans la première saison on pouvait voir les veilles de Fendi, Proenza Schouler, Sonia Rykiel et Gauthier.

La prochaine saison qui sort officiellement le 9 Mars suivra, Diane Von Furstenberg (diffusé l5 mars, samedi, sur Arte), Nina Ricci, Alexander Wang, Jeremy Scott, Narciso Rodriguez et Versace ( diffusé hier ).

A priori, Versace et a fortiori, Donatella, j'm'en fous.

En plus Donatella, elle aurait tendance à me faire flipper.

Quant à la mode de Versace elle est vraiment loin de moi.
D'ailleurs il faudrait visiblement "ne pas avoir peur d'être sublime" pour porter du Versace, dixit Garance Doré interrogée par Loïc Prigent, réalisateur du Jour d'Avant, autant dire que c'est pas dans la minute cette histoire de sublime.

J'aime, comme plein de néophytes je suppose, la mode que je porte. Celle qui parle à mon propre goût.

Mais il se passe quelque chose d'intéressant quand je regarde Le Jour d'Avant. Je me mets à voir le créateur, les robes, le travail, très différemment.
Mon goût n'importe plus tellement, mon regard change brutalement.
Après avoir vu les galères, le regard du créateur sur ses robes et manteaux, d'un coup les vêtements deviennent comme des prolongements, mercantiles certes, de l'âme et ça devient vraiment émouvant. Et je me mets à aimer ce que je n'aurais même pas regardé, comme quoi s'intéresser ça change vraiment les choses.

Mon goût n'aime pas les robes Versace.

En regardant hier Donatella Versace dans la caméra de Loïc Prigent, je l'ai trouvée vraiment très amusante. Elle est drôle, son physique ne va pas avec son regard distancié sur les choses, c'est fou de voir les contradictions humaines ailleurs que chez soi... J'avais envie de la voir Donatella pour la faire rire et qu'on regarde ses robes avec envie en imaginant les garçons tout troublés par toute cette chair moulée... Et aussi de traiter, avec elle, gentiment Luigi, le chef d'atelier de chez Versace.

En regardant Le Jour d'Avant de Versace, je me suis mise à tout aimer, les robes, les drôles de jeans de la créatrice, son physique extrême, la manière dont elle parle d'une attaché de presse hystérique.

C'est drôle quand même, non?

En je n'arrêtais pas de dire en voyant le défilé que "oh c'est beau ça". "Il est magnifique ce dos-nu". "La robe qui scintille taille 32 est un rêve".

Je vous conseille vraiment Le Jour d'Avant.

Le regard que porte Loïc Prigent est mon préféré, de loin. De super loin même. Parce qu'il est drôle, vraiment, il utilise les codes du film de fiction (le suspense en est le meilleur exemple) avec brio et, surtout, avec une distance hilarante.

La musique de suspense qui illustre une main qui essaie de couper un fil mais qui n'y arrive pas rend la chose tendrement grotesque.

C'est comme si Loïc Prigent filmait non pas la mode, mais ceux pour qui la mode c'est tout.

Je vous embrasse

Une Chic Fille All rights reserved © Blog Milk - Powered by Blogger