ANACHRONISME

31.1.12

ORELSAN-14



Il n y a qu'un post que je n'ai pas écrit sur ce blog parce que j'ai ligoté ma langue.
J'avais envie de parler mais sur le coup j'ai manqué un peu de couilles. En amont, j'avais essayé de répondre en commentaire sur certains blogs. Et j'ai religoté ma langue, parce qu'en tant que femme, le problème ne pouvait venir que de moi. Je devais être trop laxiste sur cette question là.

Ce post non écrit et qui arrive un peu tard il est sur Orelsan, le rappeur.

Il y a un peu moins de 3 ans, ce mec, Orelsan donc, avait fait polémique parce que certains avaient ressorti de derrière les fagots une chanson. "Sale pute", c'est le nom. La chanson avait déjà plusieurs années, mais d'un coup elle était devenue très problématique pour des tas de femmes et d'associations qui y voyaient, en substance, un appel à la haine des femmes.

J'ai écouté la chanson qu'à l'époque je ne connaissais pas. Je ne l'ai trouvé ni bonne ni de très bon goût, mais je n'ai, pour autant, pas été choquée par cette chanson.

Et je voulais écrire cette note pour vous expliquer pourquoi je n'ai pas été choquée et j'aimerais qu'on puisse en parler ensemble(à froid puisque plusieurs années plus tard).

On est en 2009, le premier album d'Orlesan vient de sortir. La polémique autour du titre S.P (abrégeons la formule) vient polluer toute la com de ce jeune homme, on ne parle que de cette chanson. C'est con parce qu'en plus le single n'est même pas sur son album, très vite il s'est lui-même rendu compte que ce morceau était moyen et a donc décidé de ne pas le mettre sur Perdu d'avance.

Alors cette chanson S.P, de quoi elle parle?
C'est une chanson où un mec  vient de découvrir que sa nana se fait peloter et embrasser par un autre. Dégoûté, il se bourre la gueule et envoie à cette nana, sa nana, un mail horrible dans lequel il l'insulte. Il l'insulte violemment et la menace de choses terribles.

Alors dit comme ça, et vu comme je m'émeus de l'utilisation abusive du mot "Cougar", il y a de fortes chances que vous demandiez comment je peux être "conciliante" avec une chanson où un branleur bourré menace sa nana de la pire manière qui soit et en attaquant directement ce qui fait "sa féminité" (cette formule n'est pas joyeuse, mais je n'ai pas trouvé mieux!)

Non parce que moi aussi je me suis demandée, mais dés le début, il y a quelque chose que j'ai trouvé extrêmement gênant dans le lynchage dont a été victime ce garçon.

Et puis j'ai commencé à réflechir à d'autres chansons, et j'ai commencé à mettre le doigt sur ce qui me gênait.

Je vous mets en lecteur Deezer, deux chansons intéressantes de ce point de vue.

Meurtre à l'extincteur, album L'Homme à tête de chou, Serge Gainsbourg


Pour éteindre le feu au cul de Marilou
Un soir n'en pouvant plus de jalousie
J'ai couru au couloir de l'hôtel décrocher de son clou
L'extincteur d'incendie
Brandissant le cylindre
D'acier je frappe paf et Marilou se met à geindre
De son crâne fendu s'échappe un sang vermeil
Identique au rouge sanglant de l'appareil
Elle a sur le lino
Un dernier soubresaut
Une ultime secousse
J'appuie sur la manette
Le corps de Marilou disparaît sous la mousse

Pas assez de toi, album Puta's fever, Mano negra


(L'utilisation du "J'ai comme envie de" systématique à chaque début de phrase, met les mots à distance, ils ne parlent que du fantasme)

De quoi parle la chanson de Gainsbourg?
Elle parle d'un mec fou de jalousie qui va tuer Marilou (pour ceux qui connaissent l'album, on sait que Marilou, son amante shampouineuse, le trompe).
Evidemment comme chacun sait, Gainsbourg n'a tué personne, au même titre que dans l'album Histoire de Melody Nelson, il n'a pas couché avec une adolescente de "14 automnes et 15 étés".
Même s'il emploie le "je" dans toutes ses "narrations", Gainsbourg n'est ni tueur ni pédophile. Ce qu'il chante n'est pas ce qu'il est ou ce qu'il promeut. Tout comme l'utilisation des mots "macaques" ou "nègres" dans respectivement les chansons Flash-Forward et l'Hôtel particulier ne sont pas représentatives de la pensée profonde de Gainsbourg. Pourquoi on devine que ce n'est pas représentatif de sa pensée? Parce qu'on connaît globalement l'oeuvre de Gainsbourg, son histoire et le reste. Il ne peut donc pas parler au nom de Serge dans ces deux chansons et ce même s'il emploie le "je".
Mais comme chacun sait, Gainsbourg est talentueux, unanimement même et visiblement, pour certains, cela lui donne plus le droit de chanter ces choses là...

Alors pourquoi on fait ce procès à Orelsan? Pourquoi sa chanson à lui serait sensée menacer toutes les femmes?
On parle bien d'une oeuvre, la qualité de cette oeuvre, que les gens la trouvent bonne ou mauvaise ne compte pas du tout, Aurélien (le vrai prénom d'Orelsan) n'a menacé personne, il ne fait qu'incarner la douleur alcoolisée d'un mec humilié et haineux. Je vous renvoie à la préface du portrait de Dorian Gray de Wilde pour ce qui concerne la non pertinence de l'éthique dans l'appréciation d'une oeuvre.

Alors le problème serait-il lié au rap?
J'écoute du rap depuis très longtemps. Evidemment, ça a habitué mon oreille à tout un tas de formules "hardcore".
La méconnaissance de toute chose nous fait faire des contre-sens. La méconnaissance (ou la non-habitude) de cette musique n'aide pas à appréhender le rap correctement. Comme dans tout remarquez, il n'est pas possible de prendre les oeuvres a priori et espérer en avoir une connaissance à la hauteur d'une connaissance a posteriori.
Dans le rap, comme dans tout remarquerez, il y a des degrés de lecture. Qu'on trouve que cette musique soit nulle, inappropriée ou violente, je le comprends, mais estimer qu'elle est nécessairement premier degré, ce n'est pas vrai.
Il y a une posture dans le rap, un rôle. Qu'on ne l'aime pas, encore une fois, je le comprends. En revanche, ce qui me surprend, c'est de voir à quel point le rap est un style surveillé. Très surveillé, en tous cas, plus surveillé que d'autres domaines de la vraie vie.

Il y a là, je pense, une piste de réflexion...


≪Ou j’te fais jouir ou j’te fais mal,c’est très simple, ma définition avec des textes à prendre à 1 degré 5≫

(Booba, Ma définition, dédicace à guapaSunshine qui adore cette chanson...)

Voilà, j'en ai terminé. 
Vous me trouvez incohérente? Vous en pensez quoi vous de cette histoire?

Je vous embrasse..




50 commentaires:

Ann a dit…

Peut-être parce Serge G. et la Mano Negra ont en grande majorité un public 'initié' au second degré, plus 'mature'..pas des ados à la recherche de leur identité...et qui écoutent du rap au 1er degré...
Colonel Reyel et son 'Amélie' par exemple, ça me choque...Michel Sardou et son 'Je suis pour' itou...alors que le culte 'I shot the sherif'...beaucoup moins...
Je crois que c'est ça la clé: la capacité du public à mettre en perspective les paroles ce qui induit une certaine maturité et une certaine éducation. Et dans 5 min. je militerai pour le vote censitaire, bravo ma chérie ;-(((

anna a dit…

Moi elle ne m'a jamais particulièrement choquée, car je me mets dans la position du garçon en question , et je serais peut-être aussi violente dans mes propos.
Cela arriverait à la gente féminine les réactions seraient aussi violente (connard ! ptite bite encu... et j'en passe et des meilleures.)
J'ai déjà entendu des filles se venger assez sévèrement pour un acte de tromperie (fringues déchiquetées, caisse rayée).
ALors je refléchis et me dit c'est juste une chanson qui décrit l'état d'esprit d'un jeune homme désabusé et trompé à un moment X, chaque réaction face à des situations comme ça sont différentes, certains pleurent, d'autres enragent.

Bon après j'aime pas spécialement Orelsan (pas à cause de cette chanson, j'aime pas sa façon de rapper)

severi27 a dit…

Ce sont les pouvoirs publics et les médias qui persistent à ne pas vouloir considérer le second degré dans le rap, ça fait peur à ceux qui n'en écoutent pas, ça va dans le sens de faux enjeux politiques, effrayer les gens pour leur faire gober n'importe quoi et voter pour vous ...

severi27 a dit…

D'ailleurs, à ce propos, j'ai vu il y a peu un film génial : les nouveaux chiens de garde.
http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/les-nouveaux-chiens-de-garde,224217

Soniachocolat a dit…

pas du tout incohérente, et même tout à fait sensée!
C'est vrai que les non initiés suspectent trop souvent le rap de premier degré, chose qui est moins souvent vraie dans d'autres domaines artistiques. mais c'est parce que les rappeurs sont trop bêtes pour faire du second, ou 3è ou...degré tu comprends!!!
Bref! Très intéressant ce post, et comme toi j'avais été choquée par tout le ramdam autour de cette chanson qui n'était même pas sur l'album. J'aime beaucoup Orelsan faut dire ;-)
Bon ben je ne sais pas si je suis très bon juge niveau incohérence, vu le com totalement décousu que je viens d'écrire là...:/
Bonne aprem!

Anonyme a dit…

Moi qui suis qualifiée parfois de "féministe" (tout ça parce qu'on est fan de simone de beauvoir...), cette chanson ne m'a pas choquée non plus, j'y ai même très peu prêté attention, j'écoutais orelsan à cette époque (pourtant j'écoute peu de rap et beaucoup de rock) et quand j'ai entendu parler de la polémique je suis allée voir ce que c'était par curiosité et certes les paroles sont un peu crues mais j'me suis pas attardée dessus, les morceaux perdu d'avance, sous influence ou changement m'avaient déjà prouvé qu'il avait du talent. J'me suis dit une polémique de plus, on en a marre en fait. C'est marrant parce que j'écoutais son nouvel album ce matin et il dit "oui c'est bien moi qui ait écrit sale pute" ou un truc du genre et j'avais même complètement oublié, c'est dommage qu'on ne le juge que là-dessus, certes on aime ou on n'aime pas, mais faut connaître pour pouvoir juger. Et je n'ai encore rencontré personne qui connaisse plus de deux chansons de lui qui n'en soit pas fan.
Bises

Anonyme a dit…

"Un SMS vient d’arriver, j’ai 20 ans,
On l’a fait sans se protéger mais je veux pas d’un enfant,
L’horloge tourne, les minutes infanticides
Et moi je rêve de remonter le temps."
Mickaël Miro.
il parle de quoi là? Moi ce que je comprend c'est qu'il parle de l'avortement de sa copine! un infanticide! mais bon, ça a l'air de passer "en douceur" cette chanson! l'idée véhiculée me semble pourtant plus grave qu'un "sale pute"!

simplement moi a dit…

Perso à l'époque je n'ai pas entendu parler de tout ça. Bon, ok, je n'écoute jamais de rap, en fait je n'écoute que très peu de musique, même si j'aime beaucoup la musique. Mais bref.
Tout ça pour dire que d'autres textes sont en effet aussi choquant, c'est la façon dont on les perçoit qui est dérangeant pour certains.
Après, un sujet peut blesser une personne plus qu'un autre. l'infanticide pour l'avortement... Le meurtre.
Et puis, très franchement vraiment honnêtement... Personne n'a jaamis eu envie au moins une fois d'être violent envers quelqu'un, même brièvement ? Même en regrettant après coup sa pensée d'un millième de seconde ? ALlez, soyez toutes franches envers vous mêmes, moi cela m'est arrivé de me dire "putain je vais le tuer !". Cela ne veut pas dire pour autant que je suis folle, ni que je le ferais, ni que j'ai aimé cette pensée là. Certains, avec talent ou pas, c'est un autre débat, arrivent à coucher sur le papier ce genre d'instinct, de pensée éphémère que d'autres mettent en actes en fermant leur bec. Et ce sont bien les deuxièmes qui sont dangereux, pas les premiers, qui contrairement à ce que l'on pense ne "suggèrent" rien...
Bref.. Bises ;-p

Anonyme a dit…

ca me rappelle mon sujet de philo au bac (vintage 1994) "une oeuvre d art peut elle immorale"...
On est d accord que le morceau d Orelsan n est peut etre pas une oeuvre d art, mais elle reste quoi qu il en soit de l expression artistique.
Je ne vois pas au nom de quoi la morale, le feminisme ou le bon gout devrait s emouvoir ou porter aux nues politiquement une chanson voir un film, sinon quelle distance avons nous ? Et surtout, sommes nous tous, nous citoyens, des etres sans cerveau pour ne pas savoir apprecier la distance necessaire et garder notre libre arbitre ?
A ce train la et bien interdisons d antenne radio les chansons de Noir desir (je precise que je ne suis pas fan a part 2 ou 3 titres) et une bonne partie des films d art et essais....

Ca fait des annees que cette espece de Police du bien pensant me gonfle a un point, a cause de ca on se trouve avec des emissions formatees toutes pourries a la tele, avec des manif debiles devant des theatre, a des attentats suite a des caricatures de bd... Il suffit !

merci d avoir souleve le probleme en tous cas ;-)

Anonyme Amande

ps : j ai entendu Orelsan chez Colin (France Inter) y 2 semaines, j ai tjr ete charmee par l intelligence du garcon (qui est fort mignon en plus), et son dernier albulm a juste l air d une "tuerie"...

Elise a dit…

My two cents.
Je connaissais cette chanson bien avant qu'il y ait toute cette polémique. Elle ne m'a jamais choquée. Au contraire, je me sens anormale car j'ai trouvé les paroles touchantes de violence. Si mes souvenirs sont bons, à un moment il dit bien "j'ai la haine, j't'aime". Dire des saloperies et souhaiter le pire à quelqu'un qu'on aime et qui nous a trahi, je trouve ça humain. Cette chanson m'a donnée envie d'en découvrir d'autres d'Orelsan, je suis alors tombée sur "suce ma bite pour la saint-valentin" (on a fait plus poétique) que je trouve nettement plus vulgos, mais aussi second degré, genre TTC, pas de quoi s'offusquer à part peut-être le "tu vas te faire Marie-Trintigné" mais bon, le rap, c'est la provoc, rien d'anormal si on prend un minimum de recul. Pourtant, le personnage d'Orelsan m'intriguait, je trouvais qu'il avait quelque chose de profond, de sensible. Et comme ça j'ai découvert tous ses autres morceaux. Je trouve qu'il a vraiment du talent, un véritable "enfant du siècle" avec toute une clairvoyance et en même temps, tant de mélancolie.
Les chiennes de garde lui sont tombées dessus sans chercher à creuser, ou à dissocier Orelsan du personnage de sa chanson "SP", c'est pitoyable. C'est comme faire l'amalgame entre Nabokov auteur et Humbert Humbert, son personnage de pédophile amoureux. Quelle régression!
Mais étrangement, je ne suis pas aussi "indulgente" avec tout le rap. Les morceaux qui insultent la France, j'ai beaucoup de mal par exemple.

Anonyme a dit…

Je suis à moitié d'accord avec toi, car tout ce que tu dis est parfaitement juste mais personnellement je trouve que ce n'est pas suffisant. Parce que oui il est trahi, oui il est blessé mais la vraie violence ne vient de son envie de la tuer à mon sens. La violence réside dans le fait que le personnage exprime sa colère en réduisant la femme aimée à un objet sexuel sale. Et l'expression de sa colère est particulièrement explicite. Il décrit de façon très réaliste et vulgaire ce qu'il veut lui faire. A mon sens c'est ce qui rend ce texte aussi violent.
Personnellement je l'écoute au second degré parce que je suis habituée à la culture hip hop. Mais dans le fond je comprend que cette chanson choque.

Anonyme a dit…

Hmmm...
Moi je comprends pourquoi cette chanson a pu choquer, même si je ne suis absolument pas d'accord avec la polémique ou toutes les actions qui ont suivies.
Le problème ce n'est pas qu'il pense à se venger d'une fille qui l'a fait souffrir, et ce avec une grande violence. Cette violence, on s'en fout. Le problème, c'est que là il s'agit d'une violence sexuée, genrée.
Il ne parle de lui péter la gueule, mais de "la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen".
Une phrase comme "j'veux que tu pleurs tout les soirs quand tu t'endors", ou 'ai la haine , je rêve de te voir souffrir", ça passe, c'est une réaction normale de mec véner.
En revanche, "j'vais t'mettre en cloque & t'avorter à l'opinel", bah c'est tendu comme idée de vengeance...
Une femme pourrait-elle avoir envie de se venger d'un homme en utilisant une sorte de viol comme moyen?
Je ne suis pas sûre...
Et du coup, cette idée là, elle réduit la femme à un objet sexuel et le rapport sexuel lui-même à un potentiel rapport de domination.

Bon, et puis plus généralement, un homme qui trompe sa meuf est un enfoiré, mais tout le monde considère qu'il le fait pour son propre plaisir.
Une femme, tout de suite elle "suce pour du liquide".
Et puis d'ailleurs si ça la fait kiffer, c'est encore plus une sale pute "juste bonne à se faire péter le rectum"

Donc voilà, je ne crois pas que ce soit la violence du texte qui dérange, mais plutôt une certaine idée du rapport sexe / femme / homme qui y est véhiculée...

petitprunier a dit…

hey biche!

(bon j'avais écrit tout un com et la connexion a merdé... trop cool..bref...)

j'avoue que je me suis aussi beaucoup questionnée sur ce texte d'orelsan.

j'ai écouté la chanson, lu le texte, et je l'ai d'abord trouvée ultra violente. pis après, j'ai écouté d'autres choses de ce mec, et, même si sur le coup, ça m'a arraché la bouche de me l'avouer, j'ai aimé.


pis encore après, j'ai réfléchi un poil à mon aversion première. jveux, dire, j'ai laissé de côté tous les affects négatifs qui avaient resurgi (parce que ne nous mentons pas, si cela choque tant, c est aussi parce que ce texte frappe là où ça a fait et fait encore mal...).

il est vrai que la polemique et la censure immédiate et "affective" de cette chanson m'ont dérangée profondément.

d abord parce que les paroles ont été complètement décontextualisées, sans qu'occasion n'ait été donnée à son auteur de s'expliquer et d'avoir un droit de réponse aux critiques véhémentes et à l'interdiction dont il a fait l'objet.

ensuite parce que certains arguments avancés dissimulaient mal un discours pseudo féministe que j'ai trouvé assez déplaisant. s'il est évidement que les violences faites aux femmes sont inacceptables et intolérables, diaboliser le rap, les hommes et que sais-je encore, et remettre à nouveau la femme dans une position de pauvre petite chose déterminée par son sexe à subir et non décider (de ce qu elle doit consentir, de à qui elle doit consentir, de ce qu elle doit écouter et trouver appréciable, du degré de lecture qu'elle doit avoir des choses)me gêne aux entournures (et se trouve aux antipodes du feminisme, accessoirement).

enfin parce qu effectivement, la distanciation est une nécessaire et indispensable qualité dans l'art et, de ce que j'ai pu en entendre par la suite, orelsan me semble équipé pour comprendre et maitriser cet indispensable recul et pour en jouer.


Mais,et c'est là que cela m'interpelle, ceux qui vont l'écouter ne sont pas tous capables de la prendre, cette distance, volontairement ou non, d'ailleurs.


je m'explique. dans mon taf, je rencontre beaucoup d'enfants et d'ados (et pas mal d'adultes aussi...) pour qui les mots ne sont sous tendus par aucune connaissance "absolue" du monde qui les entoure, par aucune pensée abstraite non plus, par aucun référent. si les mots ne sont pas connectés aux actes, comment voir que les actes ne sont pas obligatoirement connectés aux mots?Ces personnes développent un mode de pensée du type: ce qui est vrai, c'est ce que je dis, ce que j entends, ce que je vois (et ce n'est pas forcément de leur faute s'ils en sont là). et de vrai à juste, il n'y qu'un tout petit pas qu'il est si facile de franchir.

ceux là, que vont ils entendre? là ou certains voient de l'art et prennent du recul, que vont ils y superposer, quelles intentions vont ils percevoir?


en choisissant de ne pas intégrer ce morceau à lalbum, peut etre y a t il pensé?


(chui désolée pour la longueur du com! et aussi pour le cote lééégèrement verbeux du truc :-p mais je voyais pas comment dire autrement!)

des bisous ma belle, take care

Anonyme a dit…

Ma belle, suis fan de ton blog mais alors la suis un peu en colere. marre de ce laxisme ambiant, de cette desensibilisation de l'ame, lasses et blases de tout. plus rien ne choque. que c'est triste.

Suis desolee de ne pas etre politiquement correcte mais au nom de la liberte d expression ou de l'art, faudrait il dire des choses abjectes, deguelasses et ultra violente. savez vous combien de femmes meurent chaque annee sous les coups de leurs mecs ?


sur le rap ma grande ceci je peux t en parler. Du vrai hip hop east coast des annees 80 tte ma vie - depuis grandmasterflash, peterock,MosDef Wutanclan, Not BIG, nwa etc..tout sauf de l incitation au meurtre et au viol.
en parlant de cette sous categorie de pseudo rap francais

Ministère Amer

Extrait de la chanson "Flirt avec le meurtre" :

j'aimerais voir brûler Panam au napalm sous les flammes façon Vietnam
tandis que ceux de ton espèce galopent
où 24 heures par jour et 7 jours par semaine
J'ai envie de dégainer sur des f.a.c.e.s. d.e. c.r.a.i.e. (face de craie = homme blanc)
dommage (...) que ta mère ne t'ait rien dit sur ce putain de pays (à propos de la France)
me retirer ma carte d'identité, avec laquelle je me suis plusieurs fois torché

Smala

Extrait de la chanson "meurtre légal" :
Quand le macro prend le micro, c?est pour niquer la France
Guerre raciale, guerre fatale ?il pour ?il dent pour dent organisation radicale, par tous les moyens il faut leur niquer leurs mères
Gouers (Français) c?est toi qui perds?.Flippent pour ta femme tes enfants pour ta race?on s?est installé ici c?est vous qu?on va mettre dehors

Extrait de la chanson "Du miel les abeilles" : La France est un pays de pute

La Clinique

Voulez-vous une lutte armée ? Si c?est oui, on est préparé, les jeunes sont équipés, fusils à pompes pour vous zigouiller

Ménage à 3
Car mon armée, en un seul attentat va tout exploser, le troisième front en force contre le front
J?parle aux boys Cé-fran (français) 98 la 3e guerre se passe maintenant
Je les saigne, faut qu y mecraignent
On rosse les gringos (blancs) du front
Faut Calotter Jean Marie et Debrey, envoyer le GIA (Groupe Islamique Armé)


ET LE MEILLEUR POUR LA FIN
/PAROLES-SHEITAN,BATARDS-DE-BARBARES-SHEITAN,
15 coups dans la gueule, pute j'ai la main lourde Je déterre ta grand mère et la viole comme une chienne!
Et si t'es pas content je viole ton père Quand ta pute me suce je perds des kilos Prêt pour la douche, je te pisse dessus, je te brise le cul petit fils de pute
Je te fiste nu, ne te crispe plus
Vulgaire comme la chatte à ta meuf Ramène tout ton clan et ta mère à la cave Prêt pour la tournante, j'vais t'faire un nouveau frère Ne pleure pas, pédale de merde

C'est mortel c'est le bordel. Ecrase le blunt et protège tes seuf, C'est la guerre espèce de petit bâtard Meurs et crève petit hatai Moi je baise tout ce qui bouge Qui suce et qui crève Quand j'te baise tu crames et t'es presque mort Salope de chienne de lesbienne de porc Quand les flammes te dévorent le corps Tu cries comme une pute ta peau se décolle Gentiment je t'immole

Que des bâtards de barbares ... ( X8 ) Terroriste, ennemi public J'fais sauter les trains, les tours et les écoles Moi j'me shoote à la colle Je suis une bombe humaine dans une maternelle Un cutter dans le cœur de ton paternel

/PAROLES-SHEITAN,BATARDS-DE-BARBARES-SHEITAN,101166539.html

Un seul mot.

et pourquoi pas l Apologie du viol de bebes sous et de la necrophilie sous le couvert de l'Art et de la liberte d expression.. sans etre pourtant pro censure, faut pas exagerer.
Ah !! il a bon dos l'Art.

Marie a dit…

Ann: C'est probable oui, mais ce qui veut dire qu'il faudrait qu'il (les rappeurs) fassent attention pour leur public?

Anna: :-) oui c'est vrai.

Severi27: ... c'est possible oui! (merci pour le lien)

Soniachocolat: je l'aime beaucoup aussi! Merci pour ton commentaire. Bisous.

Anonyme: On est d'accord...
Bise.

Anonyme: Et puis en plus cette chanson, c'est juste pas possible!

Simplement moi: oui le débat du talent c'est autre chose, qu'on trouve le rap "nul" c'est un point de vue, mais ce n'est pas cela qu'on "juge".
bise.

Amande que j'aime: :-) j'ai vachement hésité avant d'en parler... je t'embrasse.

Elise: C'est ce que je me dis aussi, l'exemple de Lolita je voulais le prendre aussi, mais après c'était moins de la chanson, mais je pense effectivement qu'il est bon!
je ne suis pas fan non plus, et puis là, je parlais bien de ce morceau, il y en a des tas (des morceaux de rap) avec lesquels je suis moins indulgentes.

Anonyme: Le problème est là, "objet sexuel sale", c'est vrai (j'avais tenté de trouver une bonne formule tu l'as trouvé). Je comprends aussi que cela choque, je constatais simplement que ce morceau a été plus incriminé que d'autres, plutôt dans le même registre. Et ça m'interroge!

Anonyme: Que la chanson choque je suis d'accord (le rap est fait aussi pour ça), la question que je me posais c'est doit-on niveler les "chansons" au thème commun et sur quels critères?
Parce qu'il y a plein de morceaux, de Gainsbourg notamment, qui sont à forte tendance misogyne?

Petit prunier: Merci pour ce long commentaire. Comme on l'a dit au-dessus, il y a la problématique du récepteur au message. qui écoute du rap, dans quelles conditions, avec quel prisme?
Et c'est là que le bât blesse, ça se complique. Doit-on imaginer qu'un mec comme Orelsan est responsable de comment est entendu son texte?
J'ai pas vraiment de réponse à cette question...
Je t'embrasse.

Anonyme: je comprends ton commentaire (bon le "ma grande", je suis pas fan j'vais pas te mentir).
Evidemment que je ne peux pas dire que les paroles que tu as recopiées sont "bien", ou "acceptables".
Mais je ne parlais pas des chansons dont toi tu parles là. Pas du tout, je parlais bien de SP d'Orelsan et de la polémique.
La question que je me posais c'est simplement le nivellement dans les créations, que certaines "créations," du fait de leur talent avéré étaient dispensées de tout caractère immoral alors que d'autres pas du tout.
je n'ai même pas pu lire toutes les paroles de ton commentaire, c'est dire que j'ai mes propres limites .
Mais dépassons le domaine du rap, par rapport à ce que tu dis, quelle est ton opinion face à une oeuvre comme Lolita de Nabokov par exemple?
pour conclure, je t'assure que des tas de choses me choquent, là n'est pas le propos.

Anonyme a dit…

Salut,

J'avoue que je ne connaissais pas cette chanson car je n'écoute pas de rap, je n'aime pas.

Mon avis là-dessus recoupe plusieurs commentaires, je pense surtout en effet que beaucoup d'ados qui écoutent du rap n'ont pas les "codes 2eme degré". Cela dit un auteur ne peut pas être responsable du fait que certains ne vont pas comprendre ce qui relève de l'image, du fantasme etc., je pense.
Personnellement ces paroles me choquent, ça me fait penser à de la torture.
Mais les paroles d'autres chansons me choquent aussi!

Ce problème de l'art et de ce qui y est dit je me le suis posé il y a moult années lorsque j'ai lu Gabriel Matzneff, tu connais? En gros, il raconte ses histoires d'amour avec des adolescentes (et aussi ses virées à Manille entre 2 amours parisiennes...)... Et je n'ai pas de réponse!

Bon bref je n'ai d'avis trop tranché, je m'en tiens à ce que je ressens face à chaque chose.

Mon comm est un peu décousu je m'en rends compte...

Pour finir je dirais juste qu'en fait, les paroles de la chanson dont tu parles me mettent mal à l'aise plus qu'elles ne me choquent en fait.

Et pour finir vraiment, bien que n'aimant pas du tout le rap, je pense quand même que c'est un genre musical plus surveillé en effet, qui fait plus facilement "polémique", il me semble. Et ça aussi c'est gênant je trouve..

Bisou
C.

Anonyme a dit…

Ah tiens j'aime beaucoup cette chanson de la Mano,je ne l'ai jamais ressentie comme un appel à la violence enver les femmes,ce nest pas l'esprit de ce genre de groupe.

ANNESO

minhoi a dit…

je suis la génération NTM j'ai grandit avec eux et avec IAM à l'époque c'etait un peu l'un contre l'autre d'ailleurs.

dans le RAP j'aime NTM forcement puis j'adore oxmo puccino, j'ai aimé assassin...

forcement à l'époque déjà NTM et surtout joey starr c'etait très controversé violent machin chose...

je trouve que les paroles de sheitan au dessus n'ont absolument rien à voir avec ce qu'on pu chanter les groupes de RAP que moi j'aime.

Je suis contre la censure dans sa globalité par principe je dirais parce que la liberté d'expression est là base d'une démocratie, après oui y'a des paroles qui me choquent mais j'estime que ça n'est pas que ça le RAP.....

ça me gonfle terriblement quand on reduit le rap à de la violence et des meufs à poils et des gros durs qui balancent wech à tout bout de champ comme dirait joey star dans polisse dans un autre contexte "c'est pas que ça c'est bien plus que ça c'est plus complexe"

tout comme la chanson française peux regrouper du facho au romantique en passant par de l'humoriste.

après Orelsan je le trouve gentillou :-D et puis ça me fait marrer depuis "suce ma bite à la st valentin" je vois plus arriver la date de la meme manière ça me fait rire j'adore parce que cette st valentin je la trouve culcul à souhait !
puis comme dit mon mari "si c'est qu'a la st valentin ça va il est pas exigent"

Princesse Audrey a dit…

J'ai grandi en écoutant Doc Gynéco, en particulier "Ma Salope à moi", et tous les mecs du Ministère A.M.E.R. donc les paroles de S.P. ne m'ont fait ni chaud ni froid. Et honnêtement, dans le cas où une femme serait trompée, quelles horreurs elle-même n'irait-elle pas proférer, comme un exutoire ? Et comme je l'enseigne, l'art n'est pas moral, il est l'expression d'une émotion, et doit en provoquer une. Je fais toujours lire "La Charogne" de Baudelaire, à ce sujet.
Bisous.

Anonyme a dit…

Bonjour Marie,
Il y a longtemps que je voulais t'écrire que ton blog me plaisait beaucoup. Il m'apporte beaucoup et tes posts sont toujours (à mon humble avis !) toujours pertinents.
Aujourd'hui par contre je ne suis pas d'accord avec toi, voire un peu colère. Peu importe à mon sens que l'on aime ou pas ladite chanson, le fait est que l'incitation à la violence est lamentable, voire condamnée par la loi dans certains cas. L'homophobie et le sexisme sont souvent présents dans certains textes de rap et c'est lamentable. Je le condamne d'autant plus que je travaille en collège en Seine-saint-Denis et que ces textes idiots et gratuitement violents ont une résonance particulière dans ce contexte (le droit à l'avortement ça existe et il faut le défendre bec et ongles. les jeunes filles planquées dans des survets difformes pour éviter les tournantes ne disent pas merci à "orelsan"). Il n'y a pas longtemps lorsque mes élèves ont fait le lien entre le groupe "sexion d'assaut" et les sections d'assaut d'Hitler (eh oui belle référence ! ) ils ont conclu en disant que ce groupe était composé de "bouffons !". Et ouais, des bouffons !
Le coup marketing du jeune dont tu parles est raté et il n'a pas le talent de Gainsbourg (que je n'apprécie pourtant pas)ou de la Mano Negra (eh oui la distance.) Dans ces cas très précis, la moindre virgule compte pour être d'un coté ou l'autre de l'acceptable. Vive le RAP et les valeurs universelles, telle que l'Egalité entre tous les hommes et le respect mutuel.Et encore merci pour ton blog.

IAMUNTIGRE a dit…

Je suis content de voir que toutes les femmes ne partagent pas les idées de Ni putes ni soumises ou de nos amis les politiques à propos d'Orelsan et de cette chanson.

J'écoute du hip-hop/rap depuis plusieurs années (que ce soit du US ou du FR) et je suis choqué de voir que dès qu'on dit qu'on aime ce genre musical, on est directement associé à des choses violentes. Les polémiques, que ce soit à propos de NTM (condamné il y a une dizaine d'année je crois), d'Orelsan pour "Sale Pute" ou encore Youssoupha pour une toute petite punchline à propos de Zemour sont pour moi totalement infondées comme tu le dis. Personne n'a jamais fais chier Gainsbourg pour ces chansons plus choquantes que celle d'Orelsan.

Ensuite, je viens de lire dans les commentaires, que quelqu'un n'avais jamais entendu des choses aussi "violentes" dans le hip-hop du Wu tang ou de Mos Def. Je conseille à cette personne d'aller écouter "Hit Em Up" de 2Pac, juste pour le plaisir de l'entendre dire à B.I.G qu'il a baisé sa meuf. Ce genre de violence n'est pas un spécialisation du rap français, loin de là (étant donné que le rap en France est une dérivée du hip-hop américain).

Orelsan ne méritait surement pas cette polémique, allant jusqu'au boycott pour plusieurs festivals (il est bon de le rappeler hein). Il a juste servis de coup de pub à ces pseudos associations de défenses des droits de la femme. Comme l'a dit Youssoupha dans "Menace de Mort": "A la place d'Orelsan, moi c'est clair, j'aurais eu le seum".

Pour finir sur cette défense d'un genre musical, qui est devenu celui des révoltes (Stupeflip dans "Stupeflip Vite"), il est aussi bon de rappeler que souvent c'est de l'ironie et qu'il ne faut pas prendre ça au premier degrés: le rap, c'est pas juste des meufs à poil sur des voitures à 1.000.000€, libre à vous de chercher les messages.

Kery James - Lettre à mon public
Orelsan - Perdu d'avance
Game ft Chris Brown - Pot of Gold
2Pac - Brenda's got a baby
Médine - Besoin de révolution

P.S: Le rap dénonce ce que le rock dénonçait à une époque, avant de perdre de ses couilles.

Anonyme a dit…

http://sylvainreboul.free.fr/orselsan.html

"T'es juste une sale juive, une sale youpine..."

si on vous dit que c'est pas à prendre au 1er degré, ça vous va toujours ? quelle mauvaise foi, le second degré n'existe pas dans cette chanson, il nya rien a lire entre les lignes.il disait avan le buzz avoir écris ça sous la colère, la colère a rien à voir avec le 2e degré au contraire.la chance d'Orelsan c'est juste d'avoir eu le bon faciès. un arabe qui aurait écrit ces merdes ne serait pas à l'heure actuelle le cul posé à siroter du champ' dans toute les rédacs de france.triste réalité. mais tant qu'il y'aura des femmes pour défendre ce genre de choses, alors tout va bien.

Anonyme a dit…

Je vais faire ma pourrie, mais tout simplement c'est moche non comme paroles ?? aussi moche que "dam dam déo je vais arrêter le temps !!!"

Finalement on s'en tamponne un peu de la polémique , ou pas , tout le monde à le droit de dire ce qu'il pense : mais c'est moche.
Je ne vois pas en quoi ça peut apporter quelque chose à celui qui l'écoute , y'a rien de constructif là dedans, c'est pas très recherché ni intelligent .....et devant un public jeune qui n'a pas besoin qu'on lui apprenne à détruire ( il le fait déjà tout seul)c'est bien le constructif non ?
Quant à "l'ironie"quelques commentaires plus hauts,je doute que certains arrivent à l'entendre. Il suffit de prendre les transports en commun et d'habiter une grande ville pour avoir envie de gerber à écouter les conversations de certains, où juste à les regarder et faire le lien avec la musique qui hurle hors de leur téléphone ou MP3....c'est méchant ce que je dis mais le "respect" dont le rap aime à faire recette : IL EST Où ???
Ce que je viens d'écrire est à moduler à l'oral hein ....

La blonde-stupide-qui-n'aime-pas-la guerre ;)

PS : je suis brune ;)

Benedicte a dit…

Je pense surtout que l'époque est devenue extrêmement bien-pensante, politiquement correcte et que le moindre dérapage est monté en épingle par les médias et les sacro-saintes associations. Et ça, c'est SUPER gonfant.
Quant au rap ; l'image des femmes dans les clips me donnent personnellement envie de vomir, mais si il y en a qui trouve ça sexy ou arty, grand bien leur fasse, moi, je change de chaîne.

Deldra a dit…

Je suis complètement d'accord avec le commentaire du dessus. Ca peut peut-être paraître radical mais voilà radical, c'est quand même prendre le problème à la racine et là, je ne vois aucun second degré. Ce qui me choque encore plus d'ailleurs, c'est que des nanas puissent ne pas être choquées par ces propos. Des exemples:
"T'es juste bonne à te faire peter le rectum même si tu disais des trucs intelligents t'aurais l'air conne"
"J'déteste les sales traînées comme Marjolaine
Les petite chienne les chichiteuse les filles à problèmes
J'rêve de la pénétrer pour lui déchirer l abdomen
J't'emmènerai a l'hôtel j'te ferais tourner dans ma villa romaine
Tu suces pour des liquides tu te casse à marée basse
Pétasse tu mériterais seulement d'attraper le DAS
Les seul liquide que j't'ai donné c'est mon sperme
Si j'te casse un bras considère qu'on s'est quittés en bons termes"
Voilà, c'est juste des exemples pris vite fait pour montrer que non, ça peut pas être du second degré à partir du moment où ce mec a décidé de diffuser cette chanson.
Elle véhicule, encore et toujours, une image dégueulasse des femmes et pour moi c'est à comparer à ce que véhiculent les pornos crades qu'on peut trouver sur le net.
Alors peut-être que spécialement ce mec a été incriminé (par rapport à d'autres qui ne l'ont pas été, de par leurs caractéristiques sociales, ethniques, leur implantation dans le monde de la musique etc...), n'empêche qu'il faut quand même pas oublier que c'qu'il dit c'est grave, et surtout que tous les gens qui vont écouter cette chanson n'ont pas les connaissances nécessaires pour faire la part des choses. Attention, je suis pas en train de dire que s'il y a des femmes qui se font encore violer de nos jours, c'est de sa faute. Ce que je dis, c'est que ce genre de propos et surtout la manière dont les gens minimisent ceux-ci, contribue à véhiculer l'image d'une femme-objet, conne, qui n'aime que le sexe et l'argent, et qu'on peut, du coup, baiser comme on veut.
Sinon pour en revenir au débat que tu as lancé, j'ai personnellement réagit sur cette chanson parce que clairement c'est la seule que je connais qui véhicule ce genre de propos, tout simplement. Ceci dit, vu mon engagement, j'en aurai fait de même que la chanson soit du rap, de la chanson française, du métal ou que sais-je encore...
A bientôt Marie, j'aime lire ton blog, même si cet article m'a beaucoup interpellé (d'où ce très long commentaire).
PS: J'aurai aimé faire une vraie analyse sociologique, mais je prends trop ce sujet à coeur pour le faire maintenant. Si ça m'arrive un jour, je te ferai parvenir ça.
@+

Ann a dit…

Ah ben oui Marie c'est un minimum de faire attention à son public, c'est une responsabilité...j'écris, je choisis de diffuser, de rendre mon travail public DONC j'en assume les conséquences (positives ET négatives)
Un mec qui chanterait 'Le suicide, c'est tendance' je ne dis pas que ça va provoquer des vagues de pendaisons mais si un gars/une fille un peu influençable le prend au mot, il pourra pas dire 'c'est pas ma faute, rien à voir là dedans, je suis que chanteur, c'est de l'art, vive la liberté d'expression et c'est la société qui a rien compris...' En clair, je ne dis pas qu'il faut condamner/censurer, je dis que chacun doit être prêt à assumer...Pour exemple, je ne suis pas (plus) fan de Mylène Farmer mais lors d'une interview elle avit expliqué qu'à l'origine sa chanson 'Une belle journée' avait pour refrain 'C'est une belle journée, je vais me tuer...' Du Mylène tout pur quoi..hé bien, elle s'est auto-censurée, consciente du danger que pourrait représenter une mauvaise interprétation...c'est devenu: 'Je vais me coucher...' Elle a fait un choix...était-il le bon ? Je ne sais pas, je salue simplement le travail de réflexion à la source et la prise de responsabilité.

Anaelle a dit…

Hummm ce que j'en pense.. J'aime pas le rap de un, je le trouve violent, agressif, "mal parlé". Mnt le mot pute me choque un peu mais c'est un mot qui me choque tout court. Ce mot s'est banalisé a un point anormal. On en a oublié le vrai sens.

Que Gainsbourg utilise le mots negre ou qu'il couche avec des ado dans ses chanson, beh oui c'est clair que plus jeune je me disais "et beh... bizarre tout ca".
J'ai jamais entendu la chanson de ce Orelsan, je savais meme pas qu'il existait. Mnt j'ai pas vraiment d'avis en fait..
Mais je pense que oui c'est le rap qui a choqué (et michael miro m'a fait levé les yeux aussi - mais egalement raphael ou bruno mars (teach me how to doggy)c'est toujours bizarre d'entendre des truc "de la vie" qu'ont raconte normalement a personne..
Ce commentaire est nul de sens. Sorry. Ferais mieux a prochaine fois. Buena noches

Elise a dit…

Je pense en effet qu'il serait intéressant de pousser la réflexion à d'autres arts. Lolita comme je l'écrivais plus haut, j'aurais été contente que tu l'évoques mais c'est vrai que ça dépassait le propos, peut-être une autre fois, Marie? :)
Ce sujet est très riche! A brûle pourpoint, je pense aussi à Céline (peut-on amalgamer les idées persos de l'auteur -antisémite- et sa création? Et inversement, dans le cas d'Orelsan, peut-on amalgamer ce qui est chanté par un personnage de chanson aux pensées d'Orelsan lui-même?) ou à L'Orange mécanique de Burgess et adaptation de Kubrick, au niveau de la violence. Y a-t-il incitation? Rapport de cause à effet sur le public et donc responsabilité des auteurs?
En tout cas, je persiste à dire que je ne vois pas d'incitation à la violence dans ce morceau.
Je conçois que ce soit choquant et même éprouvant mais est-il de la responsabilité d'Orelsan de fournir un manuel d'utilisation, une notice explicative, pour chacune de ses phrases?
Il s'agit d'un cas d'insultes
bien particulier, qui ne me semble pas généralisable à toutes les femmes. Je trouve que les paroles si explicites dédouanent Orelsan. C'est tellement violent et too much, le clip montre bien un type fringué comme un cadre, bourré qui plus est... Bref, juste un personnage selon moi.
Je ne connaissais pas la chanson de Gainsbourg, je trouve les paroles plus choquantes en ce sens où il y a "passage à l'acte", le mec décrit un crime passionnel mais elle est en même temps plus belle. Sans doute choque-t-elle moins de par son côté poétique? L'horreur magnifiée est plus acceptable alors? Orelsan n'atteint pas ce niveau de transcendance, c'est sûr.


Quelqu'un évoquait la réflexion de Farmer sur un de ses titres. Orelsan a plus ou moins fait la même chose, puisqu'il n'a pas mis la chanson sur son album et ne l'a jamais chantée sur scène.
Finalement, ce sont même peut-être les assoc bien-pensantes qui ont fait de la pub à ce morceau.

Je me demande si les filles qui sont choquées par ce morceau le sont aussi, dans ce cas, par certaines paroles de Rihanna où elle s'affiche comme objet de sexe pas toujours très propre non plus pour ne pas dire complètement crados. Et elle n'a pas besoin de mec pour cela! Mais bon c'est de la pop et je m'égare.
Super sujet en tout cas, comme toujours! (et désolée pour le pavé :/ )

Elise a dit…

Je pense en effet qu'il serait intéressant de pousser la réflexion à d'autres arts. Lolita comme je l'écrivais plus haut, j'aurais été contente que tu l'évoques mais c'est vrai que ça dépassait le propos, peut-être une autre fois, Marie? :)
Ce sujet est très riche! A brûle pourpoint, je pense aussi à Céline (peut-on amalgamer les idées persos de l'auteur -antisémite- et sa création? Et inversement, dans le cas d'Orelsan, peut-on amalgamer ce qui est chanté par un personnage de chanson aux pensées d'Orelsan lui-même?) ou à L'Orange mécanique de Burgess et adaptation de Kubrick, au niveau de la violence. Y a-t-il incitation? Rapport de cause à effet sur le public et donc responsabilité des auteurs?
En tout cas, je persiste à dire que je ne vois pas d'incitation à la violence dans ce morceau.
Je conçois que ce soit choquant et même éprouvant mais est-il de la responsabilité d'Orelsan de fournir un manuel d'utilisation, une notice explicative, pour chacune de ses phrases?
Il s'agit d'un cas d'insultes
bien particulier, qui ne me semble pas généralisable à toutes les femmes. Je trouve que les paroles si explicites dédouanent Orelsan. C'est tellement violent et too much, le clip montre bien un type fringué comme un cadre, bourré qui plus est... Bref, juste un personnage selon moi.
Je ne connaissais pas la chanson de Gainsbourg, je trouve les paroles plus choquantes en ce sens où il y a "passage à l'acte", le mec décrit un crime passionnel mais elle est en même temps plus belle. Sans doute choque-t-elle moins de par son côté poétique? L'horreur magnifiée est plus acceptable alors? Orelsan n'atteint pas ce niveau de transcendance, c'est sûr.


Quelqu'un évoquait la réflexion de Farmer sur un de ses titres. Orelsan a plus ou moins fait la même chose, puisqu'il n'a pas mis la chanson sur son album et ne l'a jamais chantée sur scène.
Finalement, ce sont même peut-être les assoc bien-pensantes qui ont fait de la pub à ce morceau.

Je me demande si les filles qui sont choquées par ce morceau le sont aussi, dans ce cas, par certaines paroles de Rihanna où elle s'affiche comme objet de sexe pas toujours très propre non plus pour ne pas dire complètement crados. Et elle n'a pas besoin de mec pour cela! Mais bon c'est de la pop et je m'égare.
Super sujet en tout cas, comme toujours! (et désolée pour le pavé :/ )

Elise a dit…

Et désolée BIS pour le doublon ^^

Agatano a dit…

c'est sur, des choses au moins aussi violentes ont été écrites par d'autres... peut-être ce rappeur aurait-il du attendre d'être mieux connu? histoire de pas etre pris pour ce qu'il n'est pas....
Question compliquée que tu soulèves là, et je pense que le rap souffre en effet d'a priori par rapport à d'autres styles...

Emyb a dit…

Hello Marie,

Je médite, et c'est difficile. J'y penses depuis hier.
Reprenons l'exemple de Gainsbourg. Ses chansons sentent le second degré à plein nez. Je penses qu'énormément de gens peuvent être capable de le comprendre. On le connait aussi, on connait son histoire.

Je n'aime pas le rap. Alors c'est encore plus difficile d'émettre une opinion positive. J'aime rarement ce que les rappeurs mettent en avant dans leurs chansons. La violence, la révolte, le sexe, les femmes-objets.
En ce qui concerne ce cas-ci. J'ai véritablement du mal à trouver un second degré. C'est trop cru, trop trash, ... C'est également, trop vulgaire... Pour moi des propos ainsi présentés dénigrent la femme. J'estime qu'il y avait surement d'autres manières moins dénigrantes et vulgaires pour la femme.

Je ne sais pas trop me prononcer. Désolé.

Anonyme a dit…

Bonjour bonjour !

Je tiens à apporter ma petite pierre à l'édifice des commentaires parce que ce sujet là, je le trouve extrêmement intéressant et surtout, très révélateur d'une "façon de penser" que l'on peut avoir aujourd'hui.

Pour ma part, je ne te trouve absolument pas incohérente dans tes propos ! Je suis même entièrement d'accord avec toi (alors que je n'écoute que très peu de rap).

Je voulais commencer par un petit exemple personnel. Il y a deux anx, dans mon cursus universitaire, j'ai pu assister à un cours d'études féministes. Je venais de passer un semestre à étudier les gender studies et la notion de construction du genre donc je trouvais que c'était une belle manière de compléter ce qui venait d'être pour moi une révélation.
Tout se passe bien, mis à part quelques débats qui, à mon sens, tournaient au vinaigre (bien âcre, le vinaigre).
L'exemple ? Le film Juno ! Hissé bien haut par la prof et une grande majorité des élèves comme un film pro-life, anti-avortement. Or, si le message de ce film est "l'avortement c'est le mal" c'est que vraiment, j'ai rien compris à ce film. Mais, je me considère comme assez intelligente pour ne pas voir cette bobine comme cela.

Juno, c'est l'histoire d'une fille qui va essayer d'avorter mais va avoir trop peur. Trop peur de ce planning familial anxiogène.

Pour moi, ce film n'est sûrement pas pro-life (qui plus est quand on connait la scénariste, Diablo Cody!). Il parle d'une jeune fille qui a PEUR.
Ce n'est pas parce que l'avortement est légal que c'est super simple d'y aller. Mais voilà, pour ces jeunes filles autour de moi, si on ne se sent pas capable d'avorter, c'est qu'on est pro-life (GROSSO MODO).

Plus le droit à la peur, plus le droit à la "faiblesse", plus le droit à l'angoisse.


Mon exemple est assez long, mais je trouve qu'il fait un bien joli parallèle avec le cas d'Orelsan.
Quelque part, c'est bien là le problème ; on ne lui laisse pas le droit à sa faiblesse, à ses angoisses.

(suite après...)

Anonyme a dit…

(suite...)

Mais surtout, Gainsbourg avec son 18ème degré (quoique ... ;) et je dis ça comme inconditionnelle de Gainsbourg) restait GAINSBOURG. Comment cette chanson peut-elle nous renvoyer à nous-mêmes alors que c'est un grand monsieur qui la chante ?

Orelsan, alors encore peu connu ne peut pas complètement incarner cette chanson face à nous. Des femmes peuvent alors l'incarner dans un homme dont elle ont peur (qui peut être, par ailleurs, une pure construction comme un homme existant réellement) et des hommes peuvent s'identifier à ces paroles difficiles.

C'est donc cela, cette chanson pourrait nous renvoyer à nos propres faiblesses (et non pas celles de quelqu'un d'autre comme pour Gainsbourg).

Bien sûr, il y a encore d'autres enjeux à prendre en considérations (surtout la mauvaise image du rap aujourd'hui - encore illustrée hier par le fait que IAM soit refusé pour donner un concert à Orange!).

Mais je veux finir par un dernier exemple pour compléter cette idée de "nous renvoyer à nos propres faiblesses".

Il y a encore quelques semaines, l'ancienne actrice porno Ovidie avait eu carte blanche chez envoyé spécial pour faire le reportage qu'elle voulait. Elle y parlait du "rhabillage" (par ailleurs, un magnifique reportage, que tous devraient voir !) des actrices porno.
Mais le plus troublant, est une de ses anecdotes personnelles ; alors qu'elle a arrêté depuis une dizaine d'année le métier d'actrice, pas moins de 2 jours avant le plateau d'envoyé spécial, elle s'est fait insulter dans le métro parisien par un contrôleur de la RATP.
Comme elle le dit, beaucoup d'hommes se sentent obliger de faire ça car, en la croisant "en vrai", ils sont confrontés à leur propre image d'eux, regardant un film porno. Un côté qu'ils aimeraient sûrement refouler.

Le refoulement passe par l'insulte et l'agression.

Lorsque l'on veut cacher sa propre misère, blâmons celle des autres. Voilà, quelque part, cette triste "façon de penser" que l'on retrouve bien trop souvent de nos jours.

Désolée pour le pavé ;) Mais ça me fait plaisir :D

J.

Marie a dit…

C.: Non je ne connais pas Gabriel Matzneff, mais oui finalement, ça touche au même type de questions!
Je comprends qu'elles mettent mal à l'aise, la question générale de ce post c'est de comprendre pourquoi il y aurait deux poids deux mesures en fonction de l'auteur. C'est ça que je trouve intéressant!.

ANNESO: C'est vrai, peu probable pour un groupe comme la Mano, mais finalement cela ne rejoint-il pas ce qu'on appelle un procès d'intention (ou l'argument ad hominem dans le cas inverse). Quelqu'un que l'on considère comme bon ne peut pas avoir de mauvaises intentions alors qu'à l'inverse, quelqu'un que nous considérons comme "malintentionné" ne peut avoir que de mauvaises intentions... C'est comme pour gainsbourg. Nous voyons dans leur bouche à eux, du second degré.

Minhoi: Comme toi, tout comme toi. Ton com m'a beaucoup amusée.... Merci <3

Princesse Audrey: Merci Audrey pour ce commentaire. Ton exemple de la Charogne est effectivement très efficace.

Anonyme: je suis d'accord globalement avec ce que tu dis, mais le sujet de ce post c'est la différence de traitement, pas de savoir si le rap est moral et sa valeur d'anti-exemple.
Pourquoi ce qui vaut pour le rap ne vaut pas pour la chanson française par exemple?
Ou c'est rien ou c'est tout, non? Dans la chanson de Gainsbourg, il tue Marilou, l'enterrera dans la suite de l'album. ça va loin. Mais pour lui en tous cas, c'est de "l'art".
Où se situe la limite, c'est une question qui mérite qu'on s'interroge, je comprends qu'on puisse être à vif sur ces questions, mais je me demandais juste ce qu'on pourrait en tirer à froid?
je n'ai,par exemple, pas parler des propos homophobes du groupe sexion d'assaut dont tu parles, puisqu'ils étaient dans un contexte d'interview, ce qui est évidemment très différent, c'était bien eux, les individus qui parlaient.
Merci pour ton commentaire en tous cas.

IAMUNTIGRE: Merci pour ton com illustré et argumenté.

Anonyme: -__-
je ne défends rien, miser sur le pathos pour affirmer que ce que vous dites est le bien et ce que je défends le mal, excuse moi, mais c'est un drôle de procédé.
Quant à dire que ce que je dis ne fait que défendre les misogynes et légitimer la violence faite aux femmes (en substance), où avez-vous lu cela dans ce post?
Et ce dont parlait ce post c'est bien LA DIFFÉRENCE DE TRAITEMENT EN FONCTION DE QUI FAIT LES CHOSES.

Anonyme: je t'ai pris au mot, j'ai modulé à l'oral :-) Bon je comprends ton point de vue même si je ne suis pas hyper d'accord avec tout, je comprends.

Benedicte: Et ça je le comprends, évidemment. Merci ton commentaire modéré.

Marie a dit…

Deldra: La question n'est pas d'être choquée ou pas, mais ce qui m'avait heurté à l'époque, c'est de voir comme ce qui valait pour Orelsan, ne valait pas pour un mec comme Gainsbourg (qui je le rappelle, en deux albums, si on imagine que ce qu'il dit est sa réalité, couche avec une mineure, très mineure et tue sa maîtresse et l'enterrera sous la neige à mains nues...) La question est là, pourquoi faisons nous des traitements différents? Sur quel critère? Le talent?
Merci d'avoir pris le temps de commenter, en tous cas.

Ann: Alors cet exemple que tu prends de Mylène Farmer je l'avais déjà entendu mais comme tu l' aimais, tu sais aussi que cette chanson est plus récente que d'autres qui elles, véhiculent un message plus ambiguë sur la question du suicide.
Tristana, Je t'aime mélancolie, par exemple.
Elle a au fur et à mesure mûri sur ces questions et a mieux connu son public aussi (qui peut avoir tendance à quelques formes de fragilité).
Mais oui c'est un bon exemple de la responsabilité de l'artiste.

Anaelle: Non pas si nul de sens, je vois ce que tu veux dire, et surtout, tu ne parles pas que des dérives du rap, et ça fait plaisir. Bise.

Elise: Je n'ai pas parlé de Lolita sur le coup parce que c'est un bouquin, j'ai essayé de rester dans le thème ;-)
je vais te donner un autre exemple qui ne vaut que pour moi. Je suis extrêmement sensible aux images. A l'époque de la sortie du film de Gaspard Noé, Irréversible, je savais que je ne sortirais pas indemne de la projection. Je ne suis jamais allée le voir, parce que je ne peux pas. Mais la question de son existence ne m'a jamais traversé l'esprit. Je suis contente qu'Irréversible existe, même si je ne peux clairement pas le voir!
(Ton exemple de Rihanna est très bon, ça ça me choque!)

Agatano: Oui c'est vrai, il aurait dû attendre d'être plus connu ;-)

Emyb: Pourquoi ce qui vaut pour Gainsbourg ne vaut que pour Gainsbourg, c'est une injustice intellectuelle, tu ne trouves pas? Il y aurait donc une différence de traitement en fonction de notre ressenti sur la pensée profonde des gens?
Merci d'avoir exprimé ton ressenti, au moins c'est honnête, et merci d'avoir reconnu que parfois, on ne réussit pas à être forcément objectif sur certaines questions.

Anonyme a dit…

Je suis souvent mais très souvent d’accord avec vous et je partage avec plaisir vos analyses. Mais là franchement je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à débattre sur une chanson aussi vulgaire que celle là. Pour moi entendre ces paroles sur de la musique « on verra comment tu suces quand je te déboîterai la machoire,
je rêve de la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen
j'vais t'mettre en cloque (sale pute)
& t'avorter à l'opidec. » ne m’évoque rien d’autre que du dégout. C’est du non art, de la non chanson. En fait ça n’a aucun intérêt sinon faire du buzz à un petit mec.

Anonyme a dit…

c'est choquant de nullité marie,
Comme tu l'as dis toi mm cette chanson n'est "ni bonne, ne de très bon gout", et la partie instrumentale est également mauvaise... pour moi c'est à ce constat que l'on devrait s'arreter...

Marie a dit…

Anonyle: Mais où est donc cette suite tout cela était très alléchant?

Anonyme: je le comprends pas de souci, chacun ses limites.

Anonyme: Ah mais oui cette chanson ne me plaît pas et tu as raison, ce n'était finalement pas le sujet.
Et puis si on devait avoir toujours cette virulence avec tout ce que je n'aime pas, on s'en sortirait pas :)

Marie a dit…

J: Ah ben j'avais pas vu la suite de ton commentaire, c'est chose faite. Merci pour cette théorie du baillonage nage de ce qui nous fait peur en nous.
Freud avait parlé de cela dans une théorie, les angoisses et les pensées obsédantes révélatrices non pas de ce que nous étions dans le fond mais de ce que, potentiellement, nous serions capables d'être. En tant qu'humains. Merci en tous cas pour ce commentaire. bise

Marie a dit…

Hello,
Cette chanson, si on la prend de facon isolée, ne me choque pas...
Le truc c'est qu'on vit de plus en plus dans une société violente verbalement, gestuellement, comportementalement, et que du coup écouter des chansons violentes je peux pas...
Mais je comprend que certaines personnes ait besoin d'extérioriser tout ca. Mais parfois je me dis que si les rappeurs pouvaient être de vrais "grands freres" pour certains jeunes ce serait vraiment bien, j'entend pas là montrer le bon exemple et pas encenser la violence comme solution.

Et du coup lyncher quelqu'un en public est quelque chose de très violent aussi, donc pour moi les médias sont pas tout blanc quand même...

Quand à la violence qu'elle soit sexuée... comment dire, je m'en fou un peu, combien de femme sont cruelles avec les hommes?? je pense que la violence n'est pas un truc sexuée en soi.

Je suis pas sure d'etre très claire, c'est un peu confus pour moi ce débat, mais merci pour cet artcile qui une fois de plus fait réfléchir.

bizz

anne a dit…

moi ce qui me choque le plus dans toute cette histoire, c'est ce sous entendu que les gens qui écoutent du rap sont trop cons pour faire la différence entre une oeuvre de fiction et son auteur...et que heureusement que y'en a qui sont là pour éduquer ces pauvres gens, parce que sinon bientôt on pourra plus sortir dans la rue... j'exagère mais ça pue quand même la réflection élitiste limite rasciste tout ça non ?

guapaSunshine a dit…

Merci Marie pour la dédicace :)
Je crois que c'est un problème insoluble car la ressenti de "ah la la _a va trop loin" c'est relatif a chacun.
Booba Forever ! ah ha ha

Anonyme a dit…

Personnellement, j'aime beaucoup la violence dans le rap ; c'est une motivation, un moteur de révolte contre l'Etat dans la plupart des cas. Ou juste un éxutoire personnel : entendre cette violence, ça peut être limite "jouissif" car la haine que nous portons en nous (nous en avons tous) est moins refoulée, sans pourtant donner lieu à des violences phyisiques, des vengeances... (souvent quand j'écoute du rap je me sens plus forte face à certains évenements de mon passé, et ça m'aide à mieux le vivre)
Par ailleurs, pour ce qui est de la créativité, de l'art (je vois qu'il y a pas mal de "convervatrices" ici = non l'art c'est pas juste des jolies choses, c'est de la provocation, de la puissance, de l'imagination en bref c'est bien plus puisque ça nous permet de voir le monde AUTREMENT en clair l'art n'a rien à voir avec la déco gentille).
On peut considérer la chanson d'Orselan comme un éxutoire ; que je sache il ne l'a pas tué sa copine, il s'est juste libéré de sa peine par l'écriture. Bon, je ne connais pas la chanson, mais j'ai pu lire quelques extraits ici, et franchement, des formules comme "te pénétrer jusqu'à te déchirer l'abdomen" je trouve que ça fonctionne bien, ça exagére la chose à tel point que ça montre la tristesse qu'il ressent. Ca donne une image de son ressenti plutôt qu'une image de ce qu'il décrit... Et dans tout ça, je ne vois pas d'incitation à la violence... Mais bon, le rap est encore peu légitimé, alors c'est facile de lui coller des problèmes sociaux sur le dos (autre genre musical ou plutôt chanteur très peu légitimée : Marilyn Manson, qu'on a accusé d'avoir provoqué Colombine car les ados avaient des posters de lui dans leur chambre :D)
Si vous voulez vous retourner contre la misogynie, lisez les théories du genre, essayez de faire bouger les choses en FRANCE : les vêtements moulants, à ras la salle de jeu, les collants, les choses serrées, les talons aiguilles, le maquillage = tant de choses pour se mettre en position de faiblesse par rapport à l'homme, pour devenir "désirable" mais mince doivent-ils consacrer autant de temps et d'efforts à se construire une apparence correcte eux ??? Sans oublier que tous ces artifices ne font que renforcer la différence hommes / femmes comme pour la justifier... Bref ça c'est un autre "débat".
Ah oui encore, la chanson Sheitan est magnifique à entendre : justement jouer sur la violence des mots et la douceur de la musique, je trouve ça sublime...

Autre chose encore : le rap n'est pas forcément violent non plus :D Ecoutez Oxmo Puccino.... Même une rappeuse comme Casez fait des textes comme "Chez moi" qui sont très jolis et très émouvants.

Bref, merci pour ce post Marie :) Et comme Lolita est mon livre préféré (et pourtant je suis très sensible au sujet qu'il traite, c'est dire puisque c'est du "vécu" ) j'attends avec impatience que tu nous en parles !

IAMUNTIGRE a dit…

Je suis étonné de voir que les gens (femmes?) qui sont sur ce blog sont si conservatrice, ce serait pourtant le moment de voyager vers d'autres horizons musicaux.

"Sale Pute" est vulgaire, mais elle est pas violente. Orelsan n'a jamais tué sa copine (ou alors il a bien enterré le cadavre), il faut arrêter de crier à l'appel au meurtre au moindre morceau de rap un peu vulgaire qui sort.

La musique, au même titre que la peinture, la poésie ou autre est une forme d'art. Pourquoi dans ce cas on critique un homme qui dit qu'il veut simplement "déboiter la machoire d'une meuf" alors que personne ne se penche sur les textes de nos poètes français: Louise Labbé n'est en effet pas la dernière à parler de chose tabou à une époque encore plus conservatrice.

Pour réagir à ce commentaire: "Comme tu l'as dis toi mm cette chanson n'est "ni bonne, ne de très bon gout", et la partie instrumentale est également mauvaise...". Il ne faut pas oublier que cette chanson n'apparait justement pas sur "Perdu d'avance" mais sur "Zero", donc pourquoi faire une polémique? De plus, que l'on aime ou que l'on aime pas, un minimum de respect pour Orelsan et ses textes ne serait pas de refus!

Un dernier petit mot: en cherchant un peu, on trouve des chansons beaucoup plus violente que celle d'Orelsan, mais pour ça, il faut encore faire l'effort de se renseigner plutôt que tailler un mec pour un seul morceau.
Un son de VII: http://www.youtube.com/watch?v=N-WRA9AgjO8&feature=related

"Avec un tournevis, je te crève les poumons".

IAMUNTIGRE

Emyb a dit…

Ralala Marie, merci!
Merci, ca fait deux jours que je penses à ce post et que j'ai un blocage.
Et je penses que tu as sans doute raison.
On attend au coin de rue la moindre bêtise des rappeurs. Je penses également que le rap est très peu pris au second degré par le public.
Un public trop jeune, trop naif sans doute. Ou un public ayant catégorisé de "vulgaire" le mouvement rap.
Je penses aussi qu'a l'heure actuelle, tout est un peu trop pris au premier degré. Plus qu'avant. Ou est-ce une idée ?

En tout cas, Merci :-) Bonne soirée

Lodi a dit…

Je n'avais absolument jamais entendu parler de cette polémique. C'est complètement idiot. Des chansons sur la jalousie, y'en a des tas. Et souvent, c'est justement la violence de ces chansons qui fait qu'elles sont super belles.

Ma préférée dans le genre: "Poison" de Benoît Dorémus...

Mais non, il faut que tout soit bien asceptisé. Et surtout surtout pas parler des sujets pas propres (les poils, tout ca, beurk).

lebonheurdesophie a dit…

Pour ma part ORELSAN je l'écoute en boucle dans ma voiture ainsi que Booba sefyu , etc donc il est vrai que comme toi mon oreille est " habitué " à certains propos assez " Spécial " pour ce qui est de la musique de SP je pense pour moi qu'elle ne me choque pas car comme tu le démontre beaucoup d'autre artiste détourne les mots pour au final écrire un texte avec les mémes types de phrase que Orel , bref tout cela pour dire que pour ma part cette chanson ne me choque pas et pour ceux ou celle qui ont un mauvais avis sur Orelsan je les invites à écouté :

La terre est ronde
et la petite marchande de porte clé

Et ensuite de le jugé ;)

En attendant ton blog est super et ton article est super !

Bisous ,

Sophie

Aube a dit…

rha! j'ai trop pensé a toi et ce poste... ^^

http://www.youtube.com/watch?v=68Q7Kd5E9qY


si je suis la derniere a poster, voici la bouffée d'air frais!

des bises!

Aube

Loute a dit…

Coucou Marie

Ton article me touche....

Les hommes ne sont pas des créatures divines, nous sommes une bande d'animaux plus ou moins évolués qui tentons de vivre tous ensemble dans ce qu'on nome notre société. Il n'y a pas foncièrement de bien ou de mal, les choses sont comme elles sont, il y a des personnes fortes, d'autres physiquement, moralement, monétairement, éducativement plus faibles. On s'en accommode, on crée des lois pour tenter de faire reigner l'ordre, un semblant de justice. On instaure des libertés, la liberté d'expression. Et comme toutes les libertés, il y a des limites. Cette chanson dépasse elle les limites ? Dans l'absolu, non, ce ne sont que des mots, de l'air, les mots ne blessent personnes. Le problème c'est que selon moi ces mots ne nous sont pas complement inconnus. Je les entends presque tous les jours, dans mon travail, dans la rue. Les memes, pas dans le meme ordre, mais avec la meme idées. La chanson inverse aurais été juste ridicule, on aurait traiter la chanteuse qui très violement aurait décrit des tortures à un ex copain comme une vieille féministe coincée, mais je pense que personne ne se serait sentit touché par cette chanson. sérieusement il y a des gars qui se font harceler dans la rue par des filles ? Alors que là, ce discours de haine, difficile si tu es une nana de ne pas le connaitre régulierement. Maintenant je dis pas toutes les filles, mais moi oui. Oui, cette chanson est legale, mais gravement moséabonde

J'aime bien le rap. Eminem qui tourne en boucle sur mon mp3 a fait une chanson assez semblable, je ne me souviens plus son nom, mais ou il se dechainait contre une fille. Pourtant cette chanson je ne l'ai pas senti comme une attaque personnelle. C'etait bordeline, violent, mais en rien comparable avec la chanson de l'autre . J'ai pas d'opinion vis à vis de la comparaison avec d'autres groupes, et la carrière avortée de ce musicien j'avoue que je m'en tamponne assez. Le second degrès... toute une histoire. Ca me rappelle quand au lycee des gars de ma classe humiliait un garçon bouc emissaire en le forcant à imiter des bruits d'animaux. Ca faisait bien rire la classe, et la prof aussi d'ailleurs. Tres drole. Moi aussi j'ai rigolé, mais surtout de soulagement de ne pas etre la cible de ces blagues. Glorieux souvenirs. Je m'egare peut etre ? Je suis desolée Marie, j'aime beaucoup ton blog, il est bien ecrit tu parles souvent de chose qui m'interessent, je devrais commenter plus souvent, mais là vraiment ton article m'a interpelé. Pour moi "le second degrès" n'est pas une excuse. Les gens ne sont pas stupides. Quand une blague ne passe pas, c'est un peu facile de dire que l'auditoire n'a pas d'humour.


Oh le gros paquet que j'ai ecrit :s a bientot !

Une Chic Fille All rights reserved © Blog Milk - Powered by Blogger