ANACHRONISME

31.1.12

ORELSAN-14



Il n y a qu'un post que je n'ai pas écrit sur ce blog parce que j'ai ligoté ma langue.
J'avais envie de parler mais sur le coup j'ai manqué un peu de couilles. En amont, j'avais essayé de répondre en commentaire sur certains blogs. Et j'ai religoté ma langue, parce qu'en tant que femme, le problème ne pouvait venir que de moi. Je devais être trop laxiste sur cette question là.

Ce post non écrit et qui arrive un peu tard il est sur Orelsan, le rappeur.

Il y a un peu moins de 3 ans, ce mec, Orelsan donc, avait fait polémique parce que certains avaient ressorti de derrière les fagots une chanson. "Sale pute", c'est le nom. La chanson avait déjà plusieurs années, mais d'un coup elle était devenue très problématique pour des tas de femmes et d'associations qui y voyaient, en substance, un appel à la haine des femmes.

J'ai écouté la chanson qu'à l'époque je ne connaissais pas. Je ne l'ai trouvé ni bonne ni de très bon goût, mais je n'ai, pour autant, pas été choquée par cette chanson.

Et je voulais écrire cette note pour vous expliquer pourquoi je n'ai pas été choquée et j'aimerais qu'on puisse en parler ensemble(à froid puisque plusieurs années plus tard).

On est en 2009, le premier album d'Orlesan vient de sortir. La polémique autour du titre S.P (abrégeons la formule) vient polluer toute la com de ce jeune homme, on ne parle que de cette chanson. C'est con parce qu'en plus le single n'est même pas sur son album, très vite il s'est lui-même rendu compte que ce morceau était moyen et a donc décidé de ne pas le mettre sur Perdu d'avance.

Alors cette chanson S.P, de quoi elle parle?
C'est une chanson où un mec  vient de découvrir que sa nana se fait peloter et embrasser par un autre. Dégoûté, il se bourre la gueule et envoie à cette nana, sa nana, un mail horrible dans lequel il l'insulte. Il l'insulte violemment et la menace de choses terribles.

Alors dit comme ça, et vu comme je m'émeus de l'utilisation abusive du mot "Cougar", il y a de fortes chances que vous demandiez comment je peux être "conciliante" avec une chanson où un branleur bourré menace sa nana de la pire manière qui soit et en attaquant directement ce qui fait "sa féminité" (cette formule n'est pas joyeuse, mais je n'ai pas trouvé mieux!)

Non parce que moi aussi je me suis demandée, mais dés le début, il y a quelque chose que j'ai trouvé extrêmement gênant dans le lynchage dont a été victime ce garçon.

Et puis j'ai commencé à réflechir à d'autres chansons, et j'ai commencé à mettre le doigt sur ce qui me gênait.

Je vous mets en lecteur Deezer, deux chansons intéressantes de ce point de vue.

Meurtre à l'extincteur, album L'Homme à tête de chou, Serge Gainsbourg


Pour éteindre le feu au cul de Marilou
Un soir n'en pouvant plus de jalousie
J'ai couru au couloir de l'hôtel décrocher de son clou
L'extincteur d'incendie
Brandissant le cylindre
D'acier je frappe paf et Marilou se met à geindre
De son crâne fendu s'échappe un sang vermeil
Identique au rouge sanglant de l'appareil
Elle a sur le lino
Un dernier soubresaut
Une ultime secousse
J'appuie sur la manette
Le corps de Marilou disparaît sous la mousse

Pas assez de toi, album Puta's fever, Mano negra


(L'utilisation du "J'ai comme envie de" systématique à chaque début de phrase, met les mots à distance, ils ne parlent que du fantasme)

De quoi parle la chanson de Gainsbourg?
Elle parle d'un mec fou de jalousie qui va tuer Marilou (pour ceux qui connaissent l'album, on sait que Marilou, son amante shampouineuse, le trompe).
Evidemment comme chacun sait, Gainsbourg n'a tué personne, au même titre que dans l'album Histoire de Melody Nelson, il n'a pas couché avec une adolescente de "14 automnes et 15 étés".
Même s'il emploie le "je" dans toutes ses "narrations", Gainsbourg n'est ni tueur ni pédophile. Ce qu'il chante n'est pas ce qu'il est ou ce qu'il promeut. Tout comme l'utilisation des mots "macaques" ou "nègres" dans respectivement les chansons Flash-Forward et l'Hôtel particulier ne sont pas représentatives de la pensée profonde de Gainsbourg. Pourquoi on devine que ce n'est pas représentatif de sa pensée? Parce qu'on connaît globalement l'oeuvre de Gainsbourg, son histoire et le reste. Il ne peut donc pas parler au nom de Serge dans ces deux chansons et ce même s'il emploie le "je".
Mais comme chacun sait, Gainsbourg est talentueux, unanimement même et visiblement, pour certains, cela lui donne plus le droit de chanter ces choses là...

Alors pourquoi on fait ce procès à Orelsan? Pourquoi sa chanson à lui serait sensée menacer toutes les femmes?
On parle bien d'une oeuvre, la qualité de cette oeuvre, que les gens la trouvent bonne ou mauvaise ne compte pas du tout, Aurélien (le vrai prénom d'Orelsan) n'a menacé personne, il ne fait qu'incarner la douleur alcoolisée d'un mec humilié et haineux. Je vous renvoie à la préface du portrait de Dorian Gray de Wilde pour ce qui concerne la non pertinence de l'éthique dans l'appréciation d'une oeuvre.

Alors le problème serait-il lié au rap?
J'écoute du rap depuis très longtemps. Evidemment, ça a habitué mon oreille à tout un tas de formules "hardcore".
La méconnaissance de toute chose nous fait faire des contre-sens. La méconnaissance (ou la non-habitude) de cette musique n'aide pas à appréhender le rap correctement. Comme dans tout remarquez, il n'est pas possible de prendre les oeuvres a priori et espérer en avoir une connaissance à la hauteur d'une connaissance a posteriori.
Dans le rap, comme dans tout remarquerez, il y a des degrés de lecture. Qu'on trouve que cette musique soit nulle, inappropriée ou violente, je le comprends, mais estimer qu'elle est nécessairement premier degré, ce n'est pas vrai.
Il y a une posture dans le rap, un rôle. Qu'on ne l'aime pas, encore une fois, je le comprends. En revanche, ce qui me surprend, c'est de voir à quel point le rap est un style surveillé. Très surveillé, en tous cas, plus surveillé que d'autres domaines de la vraie vie.

Il y a là, je pense, une piste de réflexion...


≪Ou j’te fais jouir ou j’te fais mal,c’est très simple, ma définition avec des textes à prendre à 1 degré 5≫

(Booba, Ma définition, dédicace à guapaSunshine qui adore cette chanson...)

Voilà, j'en ai terminé. 
Vous me trouvez incohérente? Vous en pensez quoi vous de cette histoire?

Je vous embrasse..




FRICOTE, I ♥ ET RUNNER'S WORLD

30.1.12



Je voulais faire un petit point magazine avec vous.
Non parce qu'à force de traiter les magazines féminins on se met à oublier de s'enthousiasmer pour ceux qui sont bien (ce que je dis pour les magazines vaut évidemment pour tout. Traitons moins, enthousiasmons nous plus).

FRICOTE

cuisine-deco-culture-fricote-L-ty8Ddz

Le premier magazine dont je voulais vous parler c'est Fricote, un magazine qui se définit comme un Epicurien urbain.
Fricote en fait c'est comme un magazine de cuisine.
Si j'ai commencé à lire ce magazine, c'est parce que leurs couvertures sont hyper belles et puis que j'avais très envie de voir ce que ça donnait un magazine de cuisine qui parle autrement de la cuisine. En plus j'sais pas pourquoi à chaque fois, je trouve qu'il y a comme du hip-hop dans les pages de Fricote. D'où me vient cette impression? Pas la moindre idée, d'autant plus que je ne suis pas sûre que cela soit tout le temps justifié.
Bref, Fricote, maintenant je l'achète à chaque fois (il ne sort pas tous les mois...) et même si ce magazine est un peu cher (4,50 Euros), il fait plaisir. Et puis les recettes tuent (ouais, je cuisine, comme quoi, ce truc de "bonne à marier", c'est très relatif!).

I HEART

I heart

Je vous avez déjà brièvement parlé du magazine I heart cet été.
Ce trimestriel est un peu particulier. C'est un magazine "généraliste" (bien qu'il y a peu de politique dans cette histoire) où il y a de la mode, de la musique, du parfum, de la bouffe, des adresses, des gens de la vraie vie. C'est un magazine qui explore le plus largement possible une ville. Alors plutôt que d'aller dans des villes classiquement "séduisantes" (i.e New-York, L.A, Tokyo...), I heart fait genre qu'il va hors des sentiers battus.
Alors attention, c'est plutôt un magazine qui se veut "branchouille". Le premier sur lequel je suis tombée, c'est celui qui se "baladait" dans Stockholm. Il était bien, j'y ai découvert plein de trucs, notamment une super interview de Ben Gorham le fondateur de la marque de parfums Byredo dont je rêve maintenant, mais qui évidemment coûte un poumon droit. Enfoiré.
Quelques pages plus loin, une interview de The Radio Dept et il n'en fallait pas plus pour que je succombe.
Le magazine coûte 5 euros, après Stockholm, le magazine s'est baladé à New Orleans, Auckland, Buenos Aires et dernièrement à Bruxelles.
J'aime beaucoup ce magazine.

RUNNER'S WORLD

couverture-runners-world-311

(Mais en vrai qui se tape des barres comme ça en courant?)

Alors c'est un peu différent, je ne suis pas venue au magazine Runner's world toute seule.
Valentine qui bosse pour le magazine, dans un mail, m'a proposé de m'envoyer 4 de leurs magazines. Elle lit mon blog, elle sait que je me suis mise à la course à pied et... Et elle sait que je ne fais pas d'article sponsorisé.
J'ai reçu 4 Runners' world. Que ça soit clair, jamais toute seule je n'aurais pensé qu'acheter des magazines de course serait une bonne idée. Jamais je n'aurais seule acheté Runners's world. Je n'en attendais rien de particulier.
Et je dois dire que j'ai été agréablement surprise.

Je cours toujours et je ne suis pourtant pas encore arrivée à ce moment tant attendu "mon Dieu mais moi la course, j'peux plus m'en passer, mon corps le réclame..." Mon corps ne réclame rien du tout, je me galère toujours pareil. Enfoiré.
je n'ai lu que Runner's world comme magazine de running, mais ce que j'ai aimé y trouver, c'est des pistes d'entraînements. Il n y a rien de plus répétitif que la course à pied. Je m'y ennuie profondément. Je tente des stratagèmes d'évitement de pensées type "j'écoute des podcast" ou "je chante à tue tête" ou encore "et si je comptais les voitures rouges qui passent" -__-
En lisant ce magazine, je me suis sentie moins seule, y a des plans d'entraînements, des pistes alimentaires, des réponses à mes questions (type: mais au bout de 6 mois je suis encore courbaturée, c'est quoi ce corps de vieille?). Et ben eux, ils m'expliquent.
Bref, j'ai beaucoup aimé, c'est bien écrit, des gens y parlent de leurs expériences, des vrais trucs de fous (genre, l'entraînement pour les marathons de l'enfer) et je me suis sentie plus boostée. Le magazine est pas hyper donné (4,95 Euros) mais finalement, dés que c'est un peu spécialisé, les magazines sont toujours un peu chers.


FASHIZBLACK
fashizblack_jan_fev_2012_

Fashizblack  est enfin sorti. Je suis ravie, j'ai reçu le mien dans ma maison vu que j'ai "backé" et que je suis pas peu fière de leur avoir apporté quelques deniers pour qu'ils puissent réaliser leur rêve. C'est fou cette jeunesse qui réalise ses rêves, j'adore, ça m'inspire. Le magazine est vachement bien et vous pouvez le trouver chez plein de buralistes.


Et vous? Des magazines cool vous en avez en rayon?
Et je voulais aussi savoir si quelqu'un avait déjà lu et savait où trouver le magazine australien Frankie (même en ligne, j'aimerais bien l'acheter...)?

Eve-Liu-x-Frankie-Magazine (1)


Love les copains, à demain.


MOHAMED ALI

28.1.12

Malcolm X


(Je n'arrive pas à savoir si ce remix est bien ou trop beauf pour ça... Il est peut-être les deux remarquez!)

Je ne sais vraiment pas d'où vient mon goût prononcé pour Mohamed Ali et tout ce qui l'entoure, mais, je l'aime d'amour.
Je viens d'acheter un nouveau poster pour ma nouvelle maison, ma mère m'a acheté un t-shirt à Noël, bref, encore quelques trucs et je commence une collection.

The Beatles

Elvis Presley

Un petit post saturnien (ouais c'est l'adjectif de samedi, incroyable, non?) pour vous montrer ces quelques photos.

Marvin Gaye


Stevie Wonder

Je vous embrasse, bon week-end (ici c'est soleil, en Bretagne, et ouais mon pote!)

Gary Coleman and Todd Bridges


Photos du site Retronaut

<3

MACEDOINE ON NE SAIT PLUS VRAIMENT QUEL NUMÉRO

27.1.12

gianni-versace-paris-19921



Pour finir cette semaine, une bonne petite macédoine qui me fait plaisir.

✓ Je ne sais pas si vous avez lu cet article chez Ithaasur l'origine des Susan Boots de Chloé. Mais si les bottes à clous créées par Paulo Melim Andersson qui ont fait un hold up monumental dans la sphère mode il y a quelques années et qui sont re-sorties cette année sous le nom de Susanna (vendues bien trop cher). Et bien ces chaussures là sont en fait un pompage de fou sur un modèle créé par Gianni Versace. Je vous mets la photo  prise sur le site de Ithaa.

versace


C'est pas trop drôle cette histoire? La mode qui aime attaquer Zara et ses consorts, ne manque définitivement pas de toupet... (Non parce qu'il y a inspiration et puis il y a copie!)

✓ Cette semaine j'ai découvert la saga Millenium. En 2012 parfaitement.
J'adore d'amour David Fincher et là pour le coup, je me suis sentie obligée.
Je ne connaissais ni Mikael Blomkvist ni Lisbeth Salander.
Et Lisbeth est un personnage qui déchire, je l'ai adoré (comme tout l'univers si j'ai bien compris!).
Interprétée par Rooney Mara, j'ai vu cette série photos dans le magazine W et j'ai voulu vous la montrer. C'est beau hein? Bon je vais finalement lire le deuxième volet, j'peux plus attendre. En 2012, parfaitement.

mara

millenium-rooney-mara-lisbeth-salander


✓ J'ai découvert deux séries le mois dernier.

Homeland


J'ai découvert Homeland, série qui a permis à Claire Danes d'obtenir le golden globe de la meilleure actrice dans une série dramatique cette année.
J'ai beaucoup aimé Homeland.
En plus y a le premier chef d'Esprits Criminels dedans, Mandy Patinkin aka Jason Gideon.
Homeland, je pense que vous en avez déjà entendu parler, sans rentrer dans les détails, c'est une série qui traite des Etats-Unis post 11 Septembre. Le terrorisme, la paranoïa, les renseignements, l'armée, la politique.
Contrairement à plein de choses qu'on a déjà vu, je n'ai pas trouvé Homeland cliché ou facile.
Je vous le conseille vraiment.

kelsey-grammer-boss_10

Et puis au-dessus il y a une autre série, une série encore mieux, encore plus belle, mieux jouée. Cette série c'est Boss. Contrairement à ce qu'on entend ou lit partout, elle n'a pas été créée par Gus Van Sant mais par Farhad Safinia (il a bossé sur le film de Gibson, Apocalypto).
Van Sant a réalisé le premier (et très beau) épisode et est producteur de la série.

la série raconte la vie du maire de Chicago, Tom Kane (joué merveilleusement par Kelsey Grammer qui a lui aussi obtenu un Gloden Globe) qui apprend dans la première séquence du tout premier épisode qu'il est atteint de démence à corps de Lewy, une maladie dégénaratrice incurable. Il sait qu'il va mourir (alors oui, dit comme ça, on pense à Breaking Bad) et il est à la tête d'une des plus grandes villes des Etats-Unis.

Je vous conseille vivement de lire cet article , ou ce blog en entier tellement il est génial, pour vous faire une vraie idée de la chose.
C'est une très belle série.
Je vous ai mis le générique que je trouve... enfin que j'adore quoi!



✓ Cette veste en jeans de 3.1 Phillip Lim est parfaite.


3.1 phillip lim

✓ Le magazine Elle a de nouveau fait polémique cette semaine. La polémique est née d'un article (vraiment au taquet, depuis enlevé du site du magazine, mais que vous pouvez lire sur le magazine papier, celui avec Charlize Theron en couverture) qui parle de la mode chez les égéries noires. Je vous laisse le lien de l'article chez Afrosomething pour vous faire une idée de la chose -__-



img-winona-ryder_162345386713


✓ Dans les années 90, Winona Ryder était la fille. Cette fille c'est bien simple, tous mes copains la voulait comme petite copine. Sa carrière était super cool, ces mecs pareil en plus d'être fous d'elle. Et puis elle s'est faite gauler en train de voler des fringues chez Marc Jacobs et après, ça a été une longue traversée du désert pour Winona. Et je trouve ça très injuste.


5.winona by herb ritts


22


 (Photos par Herb Ritts)

tumblr_l1gp8sJsZN1qa214go1_500

Après pour se marrer Juergen Teller s'est amusé avec Winona dans les campagnes Marc Jacobs de 2003.

white - Marc Jacobs Spring 2003 Winona Ryder by Jeurgen Teller - 2


juergen-teller-marc-jacobs-advertising-1998-2009-03



✓ Et pour finir cette macédoine, en cherchant des photos de Winona je suis tombée sur celle-ci de Kate Moss avec Johnny Depp...

young_celebs50



Bonne journée les copains. 


RÉSOLUTION 2, RECHERCHER UNE ALTERNATIVE À LA TAGADA

26.1.12

GUY BOURDIN


(Photo relativement salace, c'est peu dire, de Guy Bourdin)

(Vous connaisssez Push up des Freestylers? Si non, ça va bien vous chauffer votre journée. So move your body, up and down push up)


J'ai eu une enfance hyper drôle, ma mère est genre la personne la plus drôle du monde. J'me suis vraiment trop marrée... D'ailleurs c'est ce qui a été le plus marquant dans mon enfance, le fou rire. Tout le temps.
Mais ma mère, vu qu'elle est trop drôle, a aussi quelques "failles". Ma mère, humm, comment dire ça sans que ça vexe... Ma mère, elle ressemble pas trop à Bree Van de Kamp. Ca aussi c'est peu dire.

Alors pareil, j'ai eu, d'un point de vue culinaire, une enfance teintée de fou rire, mais ça aide pas, plus tard, à manger avec plaisir des kiwis et ce genre de trucs qui sont pas terribles terribles.

J'ai mangé beaucoup de fromages, beaucoup de bonbons, beaucoup de trucs hyper trop bons en bouche... Et plein de Coca. J'me suis trop marrée.
Dans le même temps, j'étais petite, je faisais du basket du matin au soir, ça ne se voyait donc pas du tout.

Et puis bon, on peut pas rigoler tout le temps.
Un jour j'ai compris que je devais me calmer sur les bonbons Haribo, et me mettre au kiwi. Ou assimilé.

Comme je vous l'ai dit hier, je ne veux pas faire de régime, de tout ce que j'ai lu ça me paraît être un très mauvais calcul à long terme, oui parce que je vois bien que ce n'est pas dans le domaine de la privation que je dois aller, c'est du côté de la réorganisation totale de mon alimentation.

J'ai envie de bien manger, parce que j'ai bien l'impression que c'est le nerf de la guerre. Je ne veux rien enlever de mon alimentation, juste aménager les choses, faire ça bien, avec tendresse et respect pour mon propre corps.
Dit comme ça, comment dire non? C'est vrai! Mais bien bouffer c'est pas si simple, ça prend du temps, ça demande réflexion, ça mérite de se pencher sur la question.


Quelqu'un a dit hier dans les commentaires que bien manger c'était plus dur que d'arrêter de fumer. Je le confirme.
Perso je sais pas comment faire. Enfin si je sais concrètement, mais dans le quotidien, je me demande toujours comment je fais pour encore me retrouver en fin de journée à avoir bu un verre d'eau et manger aucun légume.
Sauf que dans le fond, je sais pourquoi. Parce que je n'ai pas l'habitude. Le cerveau fonctionne à l'habitude, c'est même pour ça qu'il est difficile de se déshabituer de ce qui est pourri pour nous!

Il faut probablement que je reparte sur ce truc de "21 jours" pour recréer l'habitude.

Sur les conseils de Severi27, j'ai commencé le Miam ô fruits depuis 8 jours.
Miam ô fruits c'est genre le petit déj de compèt. Plein de graines, 5 fruits, de l'huile de colza, un truc de champion quoi.
C'est hyper bon, pas hyper ragoutant, mais vraiment très bon. Il va probablement falloir que j'augmente les doses parce qu'avec ce truc de champion, j'ai faim 2 heures après -__-

Ah oui parce qu'il est aussi là mon problème majeur. La faim. J'ai une dalle de malade. Je ne mange jamais sans faim, mais j'ai beaucoup faim. Enfoiré.

Et en arrêtant de fumer, ça ne s'est pas amélioré cette histoire. Ouais parce que fumeuse, j'm'en moquais, fumer ça coupe l'appétit, je le faisais pas pour ça, mais faut regarder la réalité en face, fumer et rester mince c'était facile.
Mais je ne fume plus, et j'ai pas envie de recommencer.

Donc ma deuxième résolution, après ré-enchanter le projet, c'est ça, manger correctement, prendre correctement soin du nerf de la guerre. Il suffit! En plus je suis hypocondriaque, donc je préfère mettre toutes les chances de mon côté.

Vous avez peut-être des pistes vous remarquez... Je suis preneuse de tous vos petits trucs qui aident.

Et je crois que je vais me pencher sur la méthode France Guillain. Ca a l'air cool. Si ça se trouve, je vais me transformer en babos intégrale, un truc d'élevage de chèvres, c'est ma mère qui serait contente. Elle qui a le fantasme du Larzac, on se marrerait et la boucle serait bouclée.

Je vous embrasse, j'ai fractionné. Parce que faut qu'on parle du sport encore... Whou, mais c'est trop punk chez moi en ce moment!

Love.

LA MODE PEUT-ELLE FAIRE MAIGRIR?

25.1.12

karl



Cet été, dans le rayon "livres" d'un supermarché brestois, je tombe sur le bouquin du mec qui a fait perdre 40 kilos à Karl Lagerfeld.

Un peu curieuse de la chose, plus curieuse de lire l'entretien de 30 pages de Karl  que du programme de régime (oui j'ai grossis, oui c'est un peu pénible dans mon jeans, mais ça je vais y revenir après, mais les régimes ça me fait peur).

C'est un poche, je suis en congé et, et je suis curieuse... Bref j'achète le bouquin.
Vautrée sur mon lit, en mangeant des dents de vampire (ces bonbons sont vraiment un merveille... C'est sûr c'est pas les bonbons les plus matures du monde, mais je ne me lasse pas de mettre ces fausses mâchoires rose fluo sur mes vraies dents), j'attaque l'entretien de Karl.

Comme tout le monde j'avais été un peu surprise de la perte de poids spectaculaire, peut-être trop, du couturier. Si je ne me trompe pas il a dû perdre une quarantaine de kilos en un an. Spectaculaire j'avais prévenu.
N'importe qui dans la vraie vie qui perd des kilos si vite a  toutes les chances de les reprendre l'année suivante, plus même. C'est ce que j'ai compris sur les régimes, il ne faut pas priver le corps, après ça l'énerve, il stocke et il te fait payer.
Pas Karl, parce que Karl a un truc qui s'appelle la volonté, une tyrannie envers lui-même, le laisser-aller, il connaît pas. Il n'a aucun doute sur le fait qu'il continuera à avoir cette minceur si elle lui est encore utile.

Utile oui? En tous cas en mode.

Parce que ce que j'ai appris dans ce bouquin, c'est que Karl a minci pour changer de look. Il en avait marre de se balader dans ses tuniques amples de créateurs japonais, il s'était lassé de cette apparence là.
Sensible aux coupes affûtées des costards Dior par Hedi Slimane, il a décidé de maigrir pour pouvoir les mettre.
Vous avez bien entendu, Karl Lagerfeld a maigri pour la mode. Il l'explique très bien, il était plus gros mais n'avait aucun problème de santé majeur qui nécessitait un amaigrissement, il l'a fait par pure vanité.
Pour être beau dans de nouveaux costumes près du corps.

Alors je me suis demandée si la mode était un argument suffisant pour maigrir?

Quand on prend du poids, en tous cas que nos vêtements ne nous vont plus comme avant, 2 possibilités:

- Soit on laisse faire, on est cool, ni complexe, ni problème avec ça, on renouvelle petit à petit sa garde robe en faisant un deuil rapide de son allure d'avant. Cette possibilité est celle que je perçois comme étant la plus "morale envers soi-même". S'accepter est le discours dominant, s'accepter si l'on change semble être une vraie preuve d'amour à son propre égard.

- Soit on est pas d'accord, la prise de poids a assez duré, on veut retourner à son corps d'avant parce que... Parce qu'on arrive plus à se saper, parce que ce nouveau corps, on aimerait être plus gentil avec lui, mais y a rien à faire, on ne le reconnaît pas, difficile d'être si intimement gentil avec un inconnu.

Karl lui il n'a jamais aucun problème avec son apparence. Plus gros ça lui allait, plus mince ça lui va. En lisant l'entretien, on s'aperçoit qu'il a changé de corps toute sa vie, et que ça lui va. S'il décide de changer, il change et c'est tout.

Moi je suis emmerdée, j'ai pris du poids, et le truc relou, c'est que j'ai une petite ossature, naturellement, mon poids de forme c'est menu. D'ailleurs mon corps, malgré le sport, n'est pas en forme, je le vois.
Mais ce qui m'embête le plus, c'est ce qui embête ma vanité.

Je veux remettre mes vêtements, mon allure épurée, sobre, à coup de jeans et de t-shirts blancs m'allait parfaitement, je ne veux pas changer ça, je ne veux pas m'accommoder, parce que c'est un inconnu qui ne m'est pas infiniment sympathique.

Ca me rend futile, superficielle, vaniteuse, je le sais bien, mais je n'arrive pas à la faire cool, en tous cas, cool au point de s'en taper.

...

A demain, pour ma deuxième résolution de 2012, évidemment liée à cette longue introduction.

Je vous embrasse.

A demain.


Riusuke Fukahori

23.1.12

Il est un peu tard, c'est vrai, mais avant d'aller dormir je voulais vous montrer cette vidéo de l'artiste Riusuke Fukahori, postée sur le mur Facebook d'un de mes amis, Karim.

Elle est superbe.


Dormez bien.

A demain.

COUGAR, JE CROIS QUE JE DÉTESTE CE MOT

IMG_0025




Oh je l'ai un peu employé ce mot, comme tout le monde, ça faisait mode, ça faisait phénomène de société. Ca me permettait de parler de Demi Moore.

Et puis j'ai commencé à trouver qu'on l'employait de plus en plus tôt ce mot. Et puis d'un coup, bim, je l'avais en face des yeux. Dire de n'importe quelle nana qui a 4 ans de plus que son mec, qu'elle est une cougar ça n'a d'abord aucun sens, et surtout j'ai bien peu que cela soit cruellement misogyne.

Une cougar, c'est une femme d'un certain âge qui aime flirter, aimer, des garçons plus jeunes qu'elle.
Théoriquement, la différence d'âge est évidente, pas de quoi tortiller.

Pourtant, plus le mot et le phénomène de cougar s'infiltraient dans les rues les plus reculées du plus petit village breton, plus l'âge de la dite cougar rapetissait. Plus le phénomène se généralisait, se popularisait au-delà de la villa de Demi Moore et Ashton Kutcher, plus n'importe quelle femme était potentiellement une cougar. 3 ans de plus que son mec et tac, elle se transforme en prédatrice séduisante. Même plus besoin d'être une MILF.
Une femme de 28 ans, si peu que son homme en ai 23, peut potentiellement être taxée de cougar. Ah je te jure on en est là.

Et puis à force de dire cougar, on s'est mis à négliger le sentiment amoureux, non, ces femmes sont finalement des prédatrices. je trouve ça tout pourri. Que le premier qui m'entend dire "cougar" me pète la gueule.

Ce qui m'ennuie le plus dans cette histoire c'est que l'équivalent lexical de cougar au masculin n'existe pas. Plutôt étonnant pour un phénomène qui est bien plus développé de ce bord là?

Pourquoi partout des articles, des docs sur ces femmes "avides de chair dite fraîche", alors que de l'autre bord rien? Ne pas dire les choses, ne pas les nommer dans ce cas là, c'est considérer que cela est parfaitement normal. Et d'ailleurs, tout nous prouve que oui, dans ce sens là, c'est plus normal. D'abord parce qu'on y est plus habitué mais aussi parce que c'est courant. Très courant. Un quarantenaire avec une petite minette, c'est courant.
L'inverse, moins. Mais on en parle plus.

Vous ne trouvez pas ça terriblement misogyne cette histoire de cougar dés 25 ans vous?

Oui ce post est brouillon.
Oui je reviens doucement.
Oui je reviens demain.

Je vous love.

FAUT PAS FAIRE CA

15.1.12

Marilyn by Bert Stern (27)


Marilyn by Bert Stern (26)

(Marilyn Monroe, Bert Stern)



Cher magazine Elle,

ce week-end je déménageais ce qui, j'en suis sûre, te fait une belle jambe.

Fatiguée, les bras contactés, la mine toute petite, le cheveux triste, je t'ai feuilleté samedi soir. J'ai encore quelques difficultés à me passer de toi même si cela fait bien longtemps que ça ne fonctionne plus entre nous.
Je t'ai feuilleté même si je sais depuis longtemps que ce n'est pas très sage de le faire, surtout si je veux me sentir bien, satisfaite et repue de confiance. Tu ne me fais pas toujours du bien.

Cette semaine, tu as encore été pas sage.
Cette semaine tu as encore titiller le mauvais narcissisme.

Des photos de 3 femmes, avant après. Avant et après quoi? Avant et après injection de produits comblant la mauvaise ride, celle qui rend les figures tristes.

Moi les injections, j'aime pas cette idée, si tu regonfles quelque part, je ne sais pas pourquoi, je me dis que ça va se dégonfler ailleurs. Un poil naïf, je te l'accorde. Mais j'imagine la figure comme un équilibre, quelque chose d'instable et de fragile.

Là, dans mon nouveau lit, mon cheveu triste et ma tête de mon arrière grand-mère regardaient ces 3 femmes "après" en se disant que c'était dingue, ça ne se voyait pas, elles étaient juste mieux. Objectivement c'était le cas, ce "après" c'était elle mais en ayant juste meilleure mine.
D'un coup je me suis sentie encore plus moche (la fatigue me met dans un état impitoyablement auto-flagellatoire, c'est systématique).

Dans cet article, ces 3 femmes, les commentaires, le ton léger tout était si décomplexé que ça semblait être la solution. Je me disais même "mais ouais pourquoi s'en priver, c'est con après tout, autant se faire la bonne mine (Ah mon tendre Narcisse je peux toujours compter sur toi!).

Et puis d'un coup Elle, je t'ai trouvé dégueulasse de faire la pub de ce type de pratiques de cette manière là. Comment dire non?
Pas un mot sur comment vieillir avec soi, sur les renoncements que cela nécessite mais sur les ouvertures que cela provoque. Tu me fais peur avec ces articles.

Ca veut dire que moi vieille c'est pas bien.
Que vieillir c'est un truc si moche qu'il ne faut surtout pas que je le montre aux autres.

Il y a des choses sur lesquelles je ne peux rien, c'est comme ça. Et ces choses contre lesquelles je ne peux rien, il serait tellement doux de ta part (responsable peut-être) de m'y accompagner sans glisser sur le  terrain de la culpabilisation. À ce jeu, je me laisse trop faire, tu sais.

Cher Elle je te fais des bisous, quand même, mais s'il te plaît tu pourrais faire un effort. Un jour j'ai entendu un psychiatre expliquant qu'il ne fallait surtout pas chercher à titiller la pulsion, le côté noir, il aime trop se répandre pour ça. Bon il parlait des émissions de télé-réalité, mais tout de même, ça vaut aussi pour ça, non?

<3

Marie

AIR JORDAN VS MADELEINE

12.1.12

Michael Jordan, Slamdunk Contest, Chicago, IL - 1988



Décembre 91, ou 92 je ne suis plus très sûre, on est le 25 décembre.
Chez mon papi et ma mamie, je compte l'argent que j'ai eu pour Noël. J'ai eu beaucoup d'argent, enfin ce que je considère comme beaucoup d'argent mais il m'en manque. Il m'en manque pour acheter le seul truc que je veux pour ce Noël là.

Depuis que j'ai 7 ans, la chose la plus importante et ce 25 décembre ne déroge pas à la règle, c'est le basket. Jouer au basket est la chose la plus importante de ma vie. Et j'ai un héros. C'était vite trouvé remarquez, le seul extra-terrestre du basket en 1991 c'est Michael Jordan.

Je vénère Michael Jordan. Encore maintenant d'ailleurs. Et je ne vais même pas savoir si ce mec est un connard (ce qui est probable j'imagine bien) c'est un héros pour moi.

Il y a une vidéo de moi, ce 25 décembre, où je parlemente, négocie avec ma mamie pour qu'elle mette l'argent au bout pour que je puisse acheter mes baskets. Les Jordan 6 noires en l'occurrence.
Je suis en sixième, je chausse du 37, les pompes n'existent ni pour femme ni pour môme. Elles n'existent que pour homme, elles commencent en 39, qu'est ce que ça peut bien me foutre, je rêve de ces baskets.

Ma mamie est d'accord, je suis joie. Les baskets sont miennes. Je vais jouer avec elles pendant très longtemps en pratiquant l'art de la tri-chaussette pour combler le vide dans mes chaussures.
Une vidéo de moi, filmée par ma mère me montre là, sur le terrain avec mes baskets immenssissimes, à alterner double-pas et shoot à mi-distance.

Qu'est-ce que j'ai pu crâner...

Et puis, sont arrivées d'autres baskets (le sport use les chaussures bien plus que le "cool") et j'ai donné mes baskets. Ouais tout le monde a bien compris, j'ai donné mes Jordan 6 à une coéquipière. Elles étaient rapées, je m'en étais lassée. Aujourd'hui je me tarterais bien la gueule quand j'y pense.

Entre temps, j'ai trouvé les Jordan 3, mais plus pour la forme vu que pour le coup elles étaient trop petites. Ebay. Ouais je sais... Il faut se planter aussi pour que ça arrive de moins en moins.

Ca n'aura échappé à personne, les Air Jordan sont revenues très fort à la mode ces dernières années. Voire un peu trop fort. Il suffit d'aller sur n'importe quel Tumblr américain pour les voir une page sur 4. La basket se serait presque pouffisée à force!

Sauf qu'au fond de moi, secrètement, ces pompes ont toujours gardé ce truc magique que je leur trouvais déjà à 12 ans. Ces pompes c'est Jordan, lui, le basketteur. C'est pas le swag pour moi, c'est pas du tout ça, c'est juste moi, môme, rêvant de sauter le plus haut possible. Ces pompes c'est Jordan qui parle à mon oreille et qui m'encourage et qui me jure que je vais y arriver et que non, je ne suis pas fatiguée. Qu'il ne faut surtout pas que je baisse les bras.

Hier, j'ai retrouvé des Jordan sur Ebay. *__* Le swag s'en fout tandis que la petite basketteuse en moi sourit très fort et a le coeur qui palpite.

Je vous embrasse. 

FAIRE GAFFE AU CONFORT

11.1.12

FP_IMAGE_6777415/FP_SET_6775751


(Vous devez vous dire que Nicole est tellement, tellement 2009. C'est vrai, mais j'aime bien cette fille que je ne connais pas. Et puis la voir sortir de sa salle de sport me permet d'analyser et de comparer avec franchise son look post-sport au mien -__- Voilà voilà)


Aujourd'hui soldes.
3 destinations en ce qui me concerne. H&M, Zara mais vite fait et Sephora. Soldes disco-punk, donc.

Chez H&M j'arrive dans les rayons L.O.G.G. Mais si L.O.G.G les fringue sobres, un peu farmer (à l'américaine) et souvent chinées de la marque.
J'aime bien les rayons L.O.G.G.. Certes c'est un peu chiant, mais je trouve ça efficace. Depuis 2006 c'est sensiblement les mêmes fringues mais qu'est-ce qu'on s'en fout vu que c'est chiné.

Bref, devant un rayon je tombe en arrêt sur du chiné gris de toute beauté fatale, je prends en main, je tâte, la qualité n'est pas terrible, mais Dieu que cette polaire est douce (phrase à haute teneur glamour, je le sais bien). Très bien soldée cette petite veste polaire, elle serait parfaite pour les joggings (l'activité physique pas le pantalon mou).

Je réfléchis deux secondes et je pense UGG tout de suite. Je regarde mes pieds.
Je remonte plusieurs années en arrière, une époque où je ne connaissais pas les UGG, une époque où je changeais de chaussures en fonction de ce que je portais, une époque où je pouvais porter autre chose que ces bottes ultra confortables. Ces bottes, je les enlève très (trop) difficilement.

Je re-regarde la polaire. Plus lucide, je la repose, non, décemment, je ne dois surtout pas chercher la merde. Je ne dois pas aller trop loin.
J'ai repensé à ce sketch de Florence Foresti.
Le sketch où elle nous dit qu'il faut se méfier de cette phrase  derrière laquelle on peut trop vite se cacher, j'ai nommé, "Ouais je sais, c'est pas beau mais c'est pratique" (qu'on peut remplacer par "confortable" dans le cas présent).
Moi en tous cas je dois me méfier.
C'est vrai, vite fait bien fait, un jour je vais baisser ma garde et je vais me retrouver avec une polaire et tellement je serai bien dedans, je la mettrai de plus en plus. Je connais mon penchant pour la chose.

J'ai reposé la veste polaire.

Avec les UGG ça faisait trop.

Love à demain. 

RÉSOLUTION 1, RÉ-ENCHANTER LE PROJET

10.1.12

PLAGE



(Nitin Sawhney et son morceau Tides, en live. Sublime)

Je vous disais il y a quelques jours que oui, même si c'est le truc le moins à la mode du monde, j'ai pris des résolutions pour cette année.
Des résolutions où je me fais du mal (j'aime tellement me faire du mal sûrement mon côté Séverine dans Belle de jour) parce que le contrôle, ou tout du moins l'expérience du contrôle est quelque chose avec lequel j'aime flirter.

Mais la toute première résolution que j'ai prise n'a rien à voir avec le contrôle, elle est même extrêmement cucul-la-proloche, voire vaguement niaise mais, je ne crois pas que ça soit une mauvaise chose.

Mon année 2011 a été un poil pourrave, n'ayons pas peur des mots. Je n'ai pas beaucoup aimé cette année, elle a été sous plusieurs aspects extrêmement décevante. Un peu dépassée par certains événements, j'ai trouvé en moi une forme de protection que je ne me soupçonnais pas. En moi, il y avait des kilos de cynisme qui n'attendaient que ça pour s'exprimer très fort.

L'année 2011 a été l'occasion pour moi d'expérimenter un truc que font les adultes déçus, tristes ou pire que font les adultes qui ont le coeur brisé.
Moi, mon coeur en 2011 il s'est un peu pété. C'était bizarre, surtout parce que ça ne m'était jamais arrivé et que j'avais pas l'habitude. J'ai donc réagi fort, comme si je luttais pour pas que ça arrive mais dans le même temps... Dans le même temps, je glissais.

Renforçant ce que je pensais de plus fidèle en moi, ma répartie, je me suis mise de plus en plus à flirter avec ce truc trop pourri, j'ai lâchement laissé tomber ma naïveté imaginant probablement que les autres, de toutes façons, on ne pouvait pas leur faire confiance.

Oui, en 2011 j'ai flirté avec ça, une réflexion digne d'une élève de cinquième qui croit que le monde autour de son petit nombril blessé ne s'intéresse pas à lui. Cinquième j'avais prévenu.

Ce qui m'a le plus manqué en 2011, c'est ça, ma niaiserie. Ma sensiblerie et surtout ma capacité d'émerveillement. Combien de fois, le soir, je me demandais pourquoi je prenais cette direction, pourquoi je me sentais incapable de faire demi-tour (les métaphores de la voiture, mes préférées...). je voulais pas et dans le même temps, c'était trop tard, je basculais dans ce que j'avais toujours vomi, l'aigreur.

Les coeurs brisés font des trucs bizarres pour se protéger, ils luttent, l'orgueil comme commandant en chef et bim, ils se frottent au pire de nous, à ce qui, jamais ne nous grandit. Je m'en suis voulue toute l'année dernière. Ma réaction systématique à moi, c'est celle-là, la culpabilité.

Et puis, décemment, je ne pouvais pas continuer comme ça, je n'aimais plus vivre avec moi, je me gonflais (je sais, vous allez encore dire que je suis dure avec moi!), l'hypothèse de divorcer de moi me traversait régulièrement l'esprit. Mais je ne savais pas comment faire pour inverser le processus, sortir de toute cette merde dans laquelle je m'enlisais, les mauvaises pensées.

J'ai tiré le Yi Jing (j'adore tirer le Yi Jing, mon côté oracle je crois bien!). Le tirage était bon, optimiste, porteur.  Mais je me suis dit que ce tirage ne me servirait à rien, tant que moi, je ne souhaitais pas vivre autre chose que ça. Parce que le fond était là, si mon année 2011 je l'avais laissé devenir ça, c'était parce que je pensais, tout au fond de moi, l'avoir mérité.

2012 en plus d'être l'année de la touze (j'ai tellement hâte ;-)) sera l'année du ré-enchantement et de la poésie. Je ne veux plus jamais ça, plus jamais d'aigreur, mon coeur, ce con là, risque encore de prendre cher, je ne peux pas me mettre dans une bulle en titane en attendant que ça passe, mais je ne veux plus jamais ça. Jamais. Plus d'aigreur. Jamais.

Je vous embrasse très fort et vous souhaite la même chose à vous tous, ré-enchanter votre projet.

Luv and touze 4 everybody (bien que ça soit à vous de voir, je ne force personne ;-))

LIVING WITH A LION

8.1.12

Lion 7




Ces photos sont tirées du magazine Life.


LWAL 1

LWAL 4



Je les trouve incroyables. Bon je suis pas sûre que là, à l'heure où je vous parle, personne n'ait été mangé, mais qu'est-ce qu'on s'en fout, il sont eu le temps de faire ces photos de dingue.

LWAL 2


LWAL 3

Thibo vient de nous dire en com que sur les photos on voit Tippi Hedren (Les oiseaux) et sa fille Melanie Griffith. Encore mieux quoi!


BLADE RUNNER

7.1.12

Blade-1



Comme j'ai plein de photos dans mon ordi et que je trouve ces photos hyper cool, je me suis dit que quitte à ne rien mettre sur ce blog le samedi et le dimanche, je pourrai en profiter pour vous montrer ces photos. Sans prétention, juste quelques photos.

Blade-2


Aujourd'hui 4 polas tirées du tournage de Blade Runner (le film de Ridley Scott que je vous conseille vivement si vous ne l'avez pas vu).


blade


Photos tirées du site Retronaut

PS: Si tu cherches ton coffret DVD de Blade Runner, cherche plus, il est chez moi!

LE COMPLEXE DU COL

6.1.12

marylin3




(Vous connaissez cette chanson de Michael Jackson? (*__*) )

Ca n'a échappé à personne, les cols de chemises se referment de plus en plus haut.

Après avoir été débraillé (ce qui m'arrangeait bien, vous vous doutez) et s'être baladé le torse à l'air, les boutons se sont fermés de plus en plus haut. Jusqu'à avoir des chemises boutonnées de tout leur long.

J'adore les cols fermés sur les chemises, c'est hyper classe. D'un coup, ça vous structure une allure.
Oui, je peux aimer avoir les seins à l'air et en même temps rêver de silhouettes structurées.

Sauf que ça ne me va pas. J'ai l'allure d'un saucisson endimanché si je ferme les cols de mes chemises. Un petit taureau agité qui n'a pas le bon corps, en tous cas pas la bonne tête pour ce corps là. Je ne comprends pas pourquoi sur moi, les cols fermés ça fait moche.

Au début, je me disais que ça avait à avoir avec mes cheveux, ou plutôt la taille de mes cheveux. Ca " disproportionnait " trop. Trop gros du haut et trop petit du cou.

Après, je me suis dit que j'allais me faire une queue de cheval pour vérifier. C'était mieux mais c'était pas ça.

Après je me suis dit que c'était pourri et je me suis mise à ronchonner. Probable que j'ai même fait la gueule, il en faut peu pour me contrarier.

Après j'ai changé de maquillage, j'ai retenté. -__-

Et puis j'ai mis ça sur le compte de ma pauvreté. Mes chemises sont mal coupées, les grosses connes.

Et puis j'ai observé objectivement mon reflet dans la glace. J'ai fermé le col, j'ai pas fait de grimace, ni de moue boudeuse, et il a bien fallu que je regarde la réalité en face.
Si ça ne me va pas, c'est parce que ça ne me plaît pas, on ne sort pas de 10 années de débraillage comme ça.
À force d'avoir coupé tous mes cols j'ai perdu l'habitude, sans mon torse à l'air et mon cou apparent, je ne me sens pas moi.

Allez kassdédi à Clarisse à demain, samedi!

Je vous embrasse. 

marylin 1


marylin 2

LE SWAG DE JAMEL SHABAZZ

5.1.12

back-in-the-days_9-540x837 +++



Jamel Shabazz est photographe.

Il est né et a grandi à Brooklyn et a commencé à photographier à l'âge 15 ans. Je ne vais pas trop vous raconter qui est ce mec, vu que je ne le sais pas encore bien (mais ai très envie d'en savoir plus). Je sais seulement qu'il a commencé à faire de la photo à 15 ans et que ce qui l'inspire, ce sont surtout les quartiers où vivent les communautés afro-américaines et hispaniques.

Shabazz 1

Je l'ai découvert avant-hier, avant ça, jamais entendu parler de lui. Je suis toujours effarée de découvrir toutes ces images aussi incroyables et dont je ne soupçonnais absolument pas l'existence. Quand j'ai cliqué et que j'ai vu toutes les photos de Jamel Shabazz sous mes yeux, j'étais genre folle. Han, le streestyle parfait. Un streestyle réel, incarné, poétique, d'une autre époque et avec, pourtant, tellement de swag ( elle m'a récemment expliqué ce qu'était le swag et si j'ai bien tout compris, le swag transpire franchement des photos de Shabazz).

shabazz 2


Immédiatement, j'ai commandé son livre le plus connu, Back in the days (il en a écrit 3 autres si j'ai bien compté). J'ai tellement hâte.

9781576872130

(Le titre de ce livre, A time before crack, sur cette photo avec le sourire de ses mômes là, c'est à nous crever le coeur hein?)


Jamel Shabazz c'est mon immense coup de coeur de ces derniers mois.
shabazz 3


Les mêmes lunettes que celles que Margiela avait créé il y a quelques années (ici). Je sais bien que la mode n'invente plus rien depuis longtemps, mais à chaque fois que je le re-découvre ça me fait quelque chose.

jamel_shabazz

Voilà, c'était tout, je vous love dans le cou. À demain.

med_6-jpg
 

Une Chic Fille © All rights reserved · Theme by Blog Milk · Blogger